Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 « Une fille sans ami est un printemps sans rose. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: « Une fille sans ami est un printemps sans rose. »   Mar 29 Oct - 22:42



« Une fille sans ami est un printemps sans rose. »


Yui Komori & Shuseï Fukasawa

C'était un jeudi après-midi. Les cours étaient enfin terminés et Yui, épuisée, avait décidé d'aller faire un tour dans les jardins de l'académie pour se remettre d'aplomb. Elle adorait ces jardins, avec ces belles fleurs et ce merveilleux lac. Mais ce qu'elle aimait le plus, c'était les buissons de roses. Les roses étaient ses fleurs préférées et elle ne manquait jamais une occasion d'aller les voir. Elle savait exactement où aller pour les trouver.
C'est donc du côté des roses qu'elle se dirigea. Une petite paire de ciseaux à la main, elle avait l'intention d'en couper quelques-unes pour décorer sa chambre. Bien sûr, elle n'avait pas la prétention de faire un bouquet entier et de ruiner le travail du jardinier en pillant tout un buisson : quatre ou cinq fleurs feraient largement l'affaire. Elle avait même emporté un vieux bout de tissu marron qu'elle utiliserait pour envelopper les roses. Elle n'avait pas l'impression de faire quelque chose de mal en prélevant quelques-unes de ces beautés : son geste était tout à fait innocent, à ses yeux et à ceux des autres. En effet, le jardinier lui-même, connaissant la délicatesse de la jeune fille, lui avait permis autrefois de se servir quand elle le voulait. Ahlàlà, Yui charmait vraiment tout le monde, des élèves aux professeurs en passant par le personnel... Il faut dire que peu de gens savaient résister à ses grands yeux enfantins et sa naïveté toute douce. Il serait en effet facile d'abuser d'elle et de la manipuler mais quel monstre serait assez cruel pour lui faire ça ?
Assise à genoux devant le buisson de roses le plus garni, la petite Yui se mettait déjà à la tâche, coupant délicatement les tiges des fleurs et les posant sur ses cuisses en prenant grand soin d'éviter les épines. Une fraîche brise agitait ses cheveux blonds avec douceur. A cause du temps un peu frisquet, elle avait mis un pull rose, mais pas de ce rose bonbon qui écoeure ou de ce rose fluo qui massacre les yeux : il s'agissait d'un agréable rose pâle. Le pull laissait voir ses épaules et était décoré de deux petits rubans bruns, du même brun que le short qu'elle portait. Un pull, avec un short. Contraste étonnant, non ? Mais ne vous y trompez pas : Yui n'avait aucunement l'intention de provoquer en laissant voir ses fines jambes blanches. Innocente comme elle était, elle ne voyait tout simplement pas le problème d'en porter un puisqu'elle n'avait pas particulièrement froid. Une chaîne dorée et un pendentif de la même couleur en forme de coeur complétaient sa tenue. Mignonne, n'est-ce pas ?
L'adorable ange blond s'arrêta à sa sixième rose. Les cinq autres posées sur le vieux tissu, sur ses genoux, elle prit la dernière entre ses doigts de porcelaine et la pencha vers son visage pour en sentir le parfum. Les douces effluves la ramenèrent longtemps en arrière et un petit air tristounet et nostalgique se forma sur sa figure. Elle revoyait les parterres de fleurs derrière l'église et le petit jardin de son père. Elle se souvenait des parties de cache-cache et de ses amis qui lui manquaient tant... L'imposant orgue sur lequel elle avait joué ses toutes premières notes. Le piano de la maison qui l'avait aidée à s'améliorer. Les gentils prêtres qui l'avaient si bien élevée, et surtout celui qu'elle appelait père alors qu'il n'était pas vraiment le sien... Sa naïveté et son innocence faisaient croire à beaucoup de gens que Yui n'avait jamais vécu de malheurs, qu'elle n'avait jamais eu de problèmes. C'était faux. Elle se réveillait encore parfois la nuit à cause de terribles cauchemars et attendait le matin en pleurant silencieusement sous ses couvertures. Mais Yui ne laissait rien paraître, elle ne laissait pas les autres se rendre compte de son état. A la place, elle préférait oublier et sourire sincèrement. Et c'est ce qu'elle fit en revenant à la réalité. Elle sourit et laissa s'échapper un rire angélique, qui sonnait clairement parmi les fleurs, comme si c'était une fleur elle-même qui riait.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « Une fille sans ami est un printemps sans rose. »   Mer 30 Oct - 13:18




Une fille sans ami est un printemps sans rose


"Un pétale ne vole jamais seul..."



Une journée ne peut jamais être source d'ennuie, il y a toujours quelque chose à faire ou à voir, découvrir partager vivre. C'est ce que Shuseï n'arrête pas de répéter à son frère, trop sérieux qui ne pense qu'à bien travailler ! Bon, c'est vrai qu'ils avaient un but, mais leur mère ne voudrait jamais les voir ainsi, ne jamais profiter d'une belle journée comme aujourd'hui. Grand soleil, une petite brise par moment, c'était une journée vraiment parfaite pour se promener. Shu, voulait vraiment sortir de sa chambre avec son frère mais celui-ci ne l'entendait pas comme ça. Grognant il sortit alors seul.

Habillé légèrement vu qu'il ne faisait pas encore assez froid pour sortir les gants et bonnets, il était simplement vêtu d'un léger polo de motif à carreaux gris et rose pâle, au col arrondit laissant voir sa clavicule, par-dessus une veste légère noire aux manches retrousser, ses poignets sont décorés de fin bracelet en fil finement tressé par quelques amies. Pantalon noir, serré montrant simplement que ses jambes étaient aussi fines qu'une fille et pour finir des chaussure noir, très original hein ? Coiffé de la même manière, c'est-à-dire, son œil droit cacher par sa franche, ses racines allant plus sur la droite laissant son œil magenta regarder le monde qui l'entoure et son oreille gauche à l'air libre décorer une boucle d'oreille ronde argentée.

Une fois dehors il mit vite fais une main au-dessus de son œil, la lumière du soleil était beaucoup trop forte, c'était juste le temps de s'y habituer. Une fois son œil habitué à la luminosité, son réflexe et de regarder autour de lui, les gens, l'environnement, tout était tellement différent de là où il a grandi, ici c'était si riche et heureux, là où il vivait c'était gris, mais on ressentait une certaine chaleur. Posant une main sur son torse comme pour calmer les battements de nostalgie. Il se mit en route vers un endroit encore inconnu et inexploré. Il n'avait jamais eu le temps de faire une petite visite guidée de Saotome, elle était énorme cette école ! On pouvait se perdre si facilement. Mais il se souviendra toujours de son arrivée avec son frère ce fut la crise internationale ! Les filles sous le choc bouche bées, demandant leurs noms et autres détails personnel. Il a eu vraiment le temps de se faire déjà une petite popularité avec son jumeau. Tant mieux c'est ce qu'il faut non ?

Ses pas l'emmenèrent dans un lien remplis de fleurs et d'arbre, surement le jardin, on aurait dit plutôt un immense parc vu les kilomètre de verdure qu'il y avait. Mais c'était un endroit magnifique, sa mère aurait surement adorée être ici, sortant un calepin avec un stylo il s'agenouilla près d'un par terre de roses pour les dessiner doucement petit sourire aux lèvres, rajoutant à côtés un signe signifiant important.Il y avait déjà une jeune fille en face de lui, elle semblait elle aussi, dans un lointain souvenir nostalgique, elle ne l'avait pas vu, pas encore, son regard lui faisait étrangement penser à son frère plus jeune, le même regard triste, mais il ne fit rien, il ne la connaissait même pas après tout.

Reposant son regard sur le calepin, il écrit, dessine, tout ce qu'il veut donner à sa mère, sa précieuse mère qui était vraiment la seule femme qui comptait dans sa vie, sa précieuse mère qui doit rouler en chaise roulante à cause de leur père... Il aurait voulu le voir encore pour lui dire toute sa haine qu'il à en ce jour...

Un petit rire discret, mais à la fois doux qu'il le réveillait, un rire qui ressemblait à un passé douloureux pour lui, laissant tomber son calepin à terre comme pétrifié devant la jeune fille en face de lui. Il voyait bien qu'elle n'est pas celle qui pensait, ce qui le réveilla après de longues minutes à regarder ce visage si tranquille, une petite blonde aux airs si angélique et pourtant de nos jours personne ne l'est vraiment... Fermant les yeux en reprenant son calepin il soupira, il fallait bien qu'il mette son masque non ?

« Un rire est plus charmant quand il est sincère. » Oups, aurait-il parler à haute voix ? Elle va surement le trouver bizarre. Tant pis ! Effleurant doucement un bourgeon en retard, souriant légèrement « Tu ne pourras que t'épanouir que lorsque tu auras affronté tous les malheurs de la vie. Comme cette fleur qui n'attend qu'un signe pour se montrer aux autres. Quelles couleurs sera t-il ? Rouge passion, montrant un amour éternel pour quelqu'un, Blanc étincelant qui montrera que la sincérité de ton être, un jaune chaleureux montrant tout simplement tes sentiments les plus dévoués pour les autres... Ou bien la rose noire, célèbre pour les trahisons et la haine. » Se réveillant il ne voulait pas l'effrayer ou autre, la regardant il se gratta l'arrière du crâne avec un sourire bêta.

« Pardon je me suis emporté sur des souvenirs, je ne voulais pas t'effrayer ou autres. »




Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « Une fille sans ami est un printemps sans rose. »   Mer 30 Oct - 15:42



« Une fille sans ami est un printemps sans rose. »


Yui Komori & Shuseï Fukasawa

Yui finit par poser la sixième fleur sur ses genoux, avec les autres. Les regardant en souriant doucement, elle les enveloppa du vieux tissu marron et les arrangea comme si ces six fleurs étaient en vérité le plus précieux des bouquets. Car la jeune fille prenait toujours soin de tout et s'occupait d'un petit pissenlit délaissé avec autant de délicatesse et d'attention que de la plus belle des tulipes. Pourquoi donnerait-elle plus d'amour à l'un qu'à l'autre ? Et c'était pareil pour les humains : professeur, élève ? Yui les traitait de la même façon. En effet, elle pensait qu'un homme restait un homme et que le même sang coulait dans leurs veines. Alors, pourquoi l'un subirait-il un traitement de faveur au détriment de son prochain ?

Shuseï ✿ Un rire est plus charmant quand il est sincère.

Surprise, Yui sursauta légèrement. Elle se tourna vers l'origine de la voix et découvrit un garçon de son âge - non, sûrement plus vieux qu'elle. Elle ne le connaissait pas. Mais, en fait, ce n'était pas très étonnant vu qu'elle connaissait à peine ses camarades de classe. Et celui-ci n'en faisait pas partie... Les grands yeux roses de la demoiselle se posèrent sur l'oeil magenta de l'inconnu. L'autre était dissimulé sous une mèche de cheveux argentés. Les traits de son visage montraient clairement qu'il était japonais. Mais ce qui frappa le plus Yui, c'était sa taille : il était grand, et peut-être même plus grand qu'Aaron... Mais cette grandeur ne l'effrayait pas, au contraire : elle rassurait la jeune fille. S'il s'était agi d'une autre fille, d'une fille normale, elle aurait certainement pensé avoir beaucoup de chance pour qu'un si beau garçon vienne lui parler. Mais notre héroïne n'était pas tout à fait normale, pas dans sa manière de réfléchir. En effet, cette pensée n'effleura même pas son cerveau.

Quant à la signification des paroles qu'il avait prononcées, elle restait un mystère. Yui n'avait pas l'impression de ne pas être sincère, elle ne pensait pas se mentir à elle-même en riant ainsi... Se trompait-elle ? Se pouvait-il que cet inconnu la connaisse déjà mieux qu'elle-même se connaissait ? Elle n'en savait rien. Mais, au fond, ce n'était pas si surprenant : incapable de cacher quoi que ce soit, on pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert...

Shuseï ✿ Tu ne pourras t'épanouir que lorsque tu auras affronté tous les malheurs de la vie. Comme cette fleur qui n'attend qu'un signe pour se montrer aux autres. De quelle couleur sera t-elle ? Rouge passion, montrant un amour éternel pour quelqu'un, blanc étincelant qui montrera la sincérité de ton être, un jaune chaleureux montrant tout simplement tes sentiments les plus dévoués pour les autres... Ou bien la rose noire, célèbre pour les trahisons et la haine.

C'était... poétique. Celui-là n'avait pas volé sa place à Saotome : il devait écrire de très belles paroles... Peut-être même faisait-il partie de la classe S de son année ? Elle esquissa un doux sourire tandis que les mots résonnaient encore dans sa mémoire toute fraîche.
La rose rouge. Elle se demandait si elle pourrait être cette rose-là un jour. Un amour éternel... Vivrait-elle cela ? Oh, elle pourrait sûrement. Après tout, elle était mignonne, Yui. Le seul problème était son innocence et sa naïveté : exactement comme une enfant. C'est pourquoi l'amour ne viendrait pas, parce que Yui se démarquait trop de par sa pureté d'âme et qu'aimer particulièrement quelqu'un semblait hors de sa portée...
La rose blanche. Sincérité, pureté. Yui tout craché. Cependant, elle n'avait pas la prétention de se l'avouer et ne se considérait pas comme particulièrement gentille, tout simplement parce qu'elle était incapable de voir la méchanceté de ses pairs.
La rose jaune. Les sentiments les plus dévoués. Cela aussi collait bien à Yui. Elle pouvait s'épuiser à aider les autres sans même espérer recevoir quelque chose en retour.
La rose noire. Trahison, haine. Cette rose devait être blanche à la base. Elle ne pouvait pas fleurir noire car personne ne naît mauvais. La pauvre a dû subir d'horribles choses pour en arriver là... Telle était la vision de la blondinette. Et, si un jour elle devait rencontrer un être abject et au coeur noirci par la haine, elle l'aiderait du mieux qu'elle pourrait et l'aimerait autant qu'elle aimerait ses amis.

Shuseï ✿ Pardon, je me suis emporté sur des souvenirs, je ne voulais pas t'effrayer ou autre.

Un nouveau sourire se dessina sur les lèvres de la jeune fille et, les roses enveloppées dans leur tissu en main, elle se leva pour mieux faire face à son interlocuteur.

Yui ✿ Ne t'excuse pas, il n'y a pas de mal.

Sa douce voix s'envola comme un oisillon sortant du nid pour la toute première fois.

Yui ✿ Je suis Yui Komori, compositrice en deuxième année, de la classe A.

Se présenter était la moindre des choses, non ? Toujours souriante, elle tendit une main à l'inconnu.

Yui ✿ C'était très beau, ce que tu as dit... Mais... Est-ce que ça veut dire que tu as vécu des malheurs ?

Elle pencha la tête sur le côté, un peu à la façon des chiens, mais d'une manière adorable. Naïve, certes. Innocente, certes. Mais pas totalement idiote...


Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « Une fille sans ami est un printemps sans rose. »   Jeu 31 Oct - 19:31




Une fille sans ami est un printemps sans rose


"Fleur de haine ou Fleur passion ?"


Cette jeune fille à la fois étrange et douce était surement le genre de personne que Shuseï adorait faire plaisir pour un rien et pour se faire voir, mais là, il n'avait pas envie de porter son masque pour la demoiselle devant lui. Elle semblait préparer un bouquet avec les fleurs qui décoraient l'endroit, avait-elle le droit ? Il n'en savait rien, il ne préférait même pas en parler, car si sa mère était là, elle aurait surement fait pareil. Franchement qu'est-ce qui lui a prit de dire ces mots sur les fleurs, elle doit le trouver bizarre, soupirant en se remit sur son calepin, il entendit les pas de la jeune fille venir vers lui. Elle était si petite et son visage semblait si fragile que si il la prendrait dans ses bras il pourrait la briser.

« Ne t'excuse pas, il n'y a pas de mal.»

Certes mais bon cela se voit que ce n'est pas elle qui a parlé à voix haute pour soit-même. Mais bon la voix de la jeune demoiselle faisait chaud au coeur elle semblait aussi délicate qu'une vierge sortit de son nuage, oh une vierge.. Cela faisait longtemps qu'il en avait pas croisé, les femmes de nos jours se font de plus en plus vite prendre je dois dire.. Mais ne parlons pas de ça. Soupirant il se redressa mettant son calepin ainsi que son stylo dans sa poche intérieure de sa veste noire, fixant à nouveau la petite blondinette.

« Je suis Yui Komori, compositrice en deuxième année, de la classe A.»

Oh une compositrice, peut être que Shiki la connaissait, elle doit surement créer des mélodies douces et reposante. Elle lui tendit une main, souriant légèrement il la prit délicatement la ramenant près de ses lèvres, c'était la moindre des politesses de saluer ainsi avec une jolie demoiselle. Gardant sa main il lui souriait comme réponse.

« C'était très beau, ce que tu as dit... Mais... Est-ce que ça veut dire que tu as vécu des malheurs ?»

Surpris de ce petit compliment il ferma le regard lâchant sa main, lui qui ne voulait pas du tout raconter sa petite vie, il lui prit une mèche de cheveux délicatement. « Certes comme tout le monde, mais mes malheurs ne doit pas être sur par une jolie fille comme toi, sinon ton beau sourire disparaîtrait et je ne veux pas ça.» S'éloignant doucement il s'étira « Sinon je suis Shuseï Fukasawa, Idole en classe S. ».

La regardant de haut en bas il fixa un moment son petit bouquet de rose se baissant pour les regarder il fixa son regard « Serais-tu amoureuse pour cueillir autant de fleurs rouges ? » Ouais il voulait un peu la taquiner.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « Une fille sans ami est un printemps sans rose. »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Une fille sans ami est un printemps sans rose. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un homme sans ennemis est un homme sans valeurs
» "Il y a pas de lumière sans clarté, pas de beauté sans bonté" - Sara Ebstein
» Êta Iota ηι 2/4
» « Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. » - Périclès.
» Une femme sans parfum est une femme sans avenir.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saotome Gakuen :: Archives :: Partitions perdues :: Archives RPs-
Sauter vers: