Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 [Terminé]Une rencontre tellement innatendue, mais si désirée [PV Kyohei ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

MESSAGES : 1014

Infirmière Sexy

MessageSujet: [Terminé]Une rencontre tellement innatendue, mais si désirée [PV Kyohei ]   Dim 10 Mar - 17:10

Il n'est que six heures du matin, comme chaque jour depuis deux ans je me lève sans hâte, sans savoir si ma journée me plaira ou pas, car je connais déjà la réponse. Je déteste ce que je fais, cela m'épuise, je peux travaillé deux ou trois jours sans dormir, mais bon cela n'est qu'un détail. Un même cycle ce met en place, je me dirige vers ma petite cuisine américaine pour boire mon café, ensuite je me dirige vers la salle de bain pour prendre ma douche, même la douche qui est sensé être un moment de détente, ne l'est pas pour moi, car mon outil de travail c'est mon corps, je suis strip-teaseuse, mais pourtant je suis diplômée en tant qu'infirmière, comment je suis arrivée là? C'est très simple, mon père m'a parié sur un jeux de poker, depuis je dois travaillé pour un homme qui est propriétaire d'une boite de nuit, une boite de strip-tease pour être précise. Même sous la douche je pense au travail que je fais, mais bon je dois me résigner à faire ce métier toute ma vie.
Une fois en dehors de ma douche et une fois sécher, je me dirige vers ma chambre pour m'habiller, mon armoire est rempli de vêtements de toutes sortes, mais surtout de vêtement sexy, je dois bien avoir ça sinon je risque de me faire engueuler par mon patron enfin bon. Ma tenue d'aujourd'hui mini-jupe blanche avec un décolleter gris et des talons aiguille de douze centimètre autant dire que je suis attirante dans cette tenue, mais personne ne me verra sauf le chauffeur de mon patron, oui pour s'assurer que je serais présente à mon travail il fait venir son chauffeur pour m’emmener à la boité, d'ailleurs  en regardant par la fenêtre je le voyais m'attendant sagement dans sa voiture aux vitres tintées. J'ai prit mes affaires avant de fermer la porte de mon appartement et de descendre pour monter dans la voiture. Comme d'habitude, aucune phrase n'est dites. Une fois arrivée, je me dirige vers ma loge pour me préparer, j'enlève mes lunettes décorative, oui j'ai une excellente vue, ensuite je me maquille, et maintenant ma tenue, sous vêtement en dentelle et en satin bleu marine avec une mini-jupe noir qui laisse voir le bas de ma tenue avec des chaussures à talons aiguilles. Maintenant je vais voir qui est mon client, je me suis dirigé vers le bar où ma feuille de planing était mise, c'est étonnant je n'ai qu'une seule personne pour toute la soirée de 19H à minuit, en générale les filles qui ont ça c'est qu'elle se prostitue, j'espère que c'est pas mon cas. Son nom :  Railley
Nous voilà 19h et mon client venait juste d'arriver, le patron l’accueil, il a dû me choisir sur le catalogue à mon avis, chaque fille est dans un catalogue en petite tenue et son nom de scène est à côté le miens est Asako. Enfin bon il est avec moi seul dans la salle VIP, donc allons-y. Je me suis diriger vers lui dans ma tenue provocatrice et à la fois sexy, m'accrochant à son bras le tirant doucement vers moi son bras toucher sans le vouloir ma poitrine, ce qui est normal vu comment j'ai pris son bras doucement entre mes mains.

« Je suis Asako, je vais bien m'occuper de vous Railley-sama. »

En marchant vers la salle VIP en sa compagnie, j'ai remarqué qu'il me regardait constamment, je me demande bien pourquoi. Une fois arriver dans la salle VIP, composé d'un lit d'un canapé, podium pour danser et du champagne, je l'ai délicatement installé sur le canapé et je me suis assise doucement sur lui plaçant mes bras derrière son cou en le regardant avec une extrême douceur.

« Par quoi voulez-vous commencer Railley-sama? »

_________________



Dernière édition par Risa Watanabe le Ven 26 Juil - 12:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: [Terminé]Une rencontre tellement innatendue, mais si désirée [PV Kyohei ]   Dim 10 Mar - 18:50

Il était tard, midi avait déjà sonné depuis une bonne heure déjà et Kyohei ouvrit doucement les paupières l'une après l'autre. Il mit quelque temps avant que ses yeux ne veuillent s'ouvrir complétement, s'habituant à la lueur du jour qui pénétrait violemment dans la chambre. Il regarda furtivement autour de lui, mais ne vit que des formes flous sans aucun sens, c'était comme des nuages de toute les couleurs qui flottait devant lui. Le jeune homme referma alors les yeux et passa doucement sa main sur son visage. Puis à tâtons il chercha un objet familier, qui l'accompagné très souvent. Sentant enfin une forme rectangulaire glisser sous ses doigts il prit ce qui semblait être des lunettes et les déposa délicatement sur son nez. De nouveau Kyohei ouvrit les yeux et cette fois le monde se modelait devant lui, les nuages avaient disparut pour laisser place et des commode rectangulaire sans ornements, des rideaux d'un vert délavé ainsi qu'une simple table de nuit où un réveil y était disposé. Un monde nouveau, tu parles ouais ! C'plutôt un nouvelle épisode de : Mon proprio m'fait la misère ouais ! Telles étaient les pensées du jeune homme en entendant les paroles mélodieuse du propriétaire venu le réveillé comme chaque jour. Des paroles toujours sensuelles mêlaient d'insultes aussi gracieuses l'une que l'autre.
Sans trop y faire attention Kyohei se leva alors péniblement du lit et marcha d'un pas lourd vers la cuisine miteuse ou séjourné une cafetière. Au passage le jeune homme attrapa son portable et vit plusieurs appelles maqués. Un inconnu et six de "Maman". En voyant ce doux nom, l'étudiant ce mis doucement à sourire. Il déposa alors le portable sur le bar de la cuisine avant de faire couler le café. Une fois la tasse prête ils s'installa à une chaise, la seule du bar, elle grinçait et les pieds étaient bancales, mais à force ont s'y faisait.
Kyohei prit une gorgé du liquide brun et le laissa coulé doucement dans sa gorge avant de prendre son téléphone pour le porter à son oreille. Il n'eut pas le temps de dire un mot qu'une voix s'éleva de l'autre côté, affolé, apeuré mais rassuré à la fois. Lançant des "Oh mon petit Kyo'", "Tu vas bien ? Personne ne t'as fait du mal ? J'ai cru que tu étais mort ! J'ai appelé plusieurs fois, j'ai faillit appelé la police !!" La jeune homme se mit à rire doucement en entendant ces paroles tant de fois répété qu'il pouvait les répétait par cœur. Finalement il laissa les mots sortir de ses lèvres pour rassurer la femme au bout du fil :
    « 'Man ne t'énerves pas tu risques de te faire mal. Je suis toujours vivant donc pas d’inquiétude. »
S'en suivit alors d'une longue conversation où Kyohei ne faisait qu’acquiescer, lui disant souvent de faire attention, enfin disons que pour lui c'était la routine. On aurait pu croire ainsi que c'était le fils à sa maman, mais c'était juste que le jeune homme ne pouvait pas la laisser seule, elle avait tant fait pour lui, il l'aimait plus que tout et ça ne le dérangeait pas plus que ça de parler avec elle. Elle le faisait rire alors qu'importe de quoi on le traité, du moment qu'elle était heureuse c'était ce qui importait le plus. Après deux bonnes heures au téléphone, il fut contraint de la laisser et ainsi il fut de retour à la réalité. Seul dans cette appartement vide et silencieux, encore assis sur ce tabouret. Le café n'était même pas fini, il était froid désormais. L'étudiant le bu rapidement avant de partir se changer pour être dans une tenue plus convenable que ce qu'il portait à l'instant, il ressemblait à moitié à un sans abris. Il s'habilla alors correctement, sans oublié de mettre ses lentilles.

Assis en tailleur sur le canapé, Kyohei regardait la télévision. Pour une fois c'était l'un des rare week-end où personne ne venait squatter chez lui. Il se demandait toujours ce que les gens pouvait bien trouver à son appartement pour qu'ils viennent aussi souvent. Il n'était composé que de trois pièces et les murs étaient délabrés, du papier peint était arraché et le robinet de salle de bain fuyait.
Le jeune homme s'ennuyait ferme sur ce canapé. Les programmes qui passaient n'était pas intéressant, mais il n'avait rien d'autre à faire. Regardant autour de lui, cherchant ce qu'il pourrait faire, son regard s'arrêta soudainement sur un catalogue. Le nom d'un club de strip-tease y était affiché en gros et une femme dans une position laissant voir ses atouts était affiché en-dessous. Kyohei se demanda alors comment un tel catalogue avait pu se retrouver chez lui, mais il ne chercha pas la réponse très loin. Des "amis" sans doute. Sans grande conviction il prit alors le catalogue dans ses mains et commença à le feuilleté, regardant ces femmes qu'il trouvait plus dégoutante les unes que les autres. Comment pouvaient-elle vouloir faire un tel métier ? Montrer sont corps à des inconnus sans aucunes gènes, n'avaient-elle donc aucune fierté ?
C'est alors que son regard s'arrêta sur une jeune fille, elle semblait alors le même âge que lui ou dans les mêmes eaux. Non que ses formes mise en valeur l'attirait mais il lui trouvait quelque chose d'étrange, mais d'attirant à la fois. Le jeune homme ne pouvait détacher son regard des yeux de la jeune fille. Ils étaient ternes, vides, aucun sentiments ne s'en échappé et malgré cela, elle l'intriguait encore plus. Il parcourut alors rapidement la page pour tomber sur son nom. Asako. A la vue de ce nom Kyohei fronça légèrement les sourcils. Cela ne lui allait pas, il n'aimait pas, ça ne collait pas avec ses yeux. Bien qu'il savait que c'était sans doute un pseudonyme, il aurait fallu faire un effort pour au moins en choisir un meilleur que ça.
Savant désormais ce qu'il allait faire, Kyohei empoigna son téléphone et appela la boite. Cette Asako l'intriguant au plus au point il ne réfléchit pas et réserva toute la soirée. De toute façon il valait mieux pour elle qu'il réserve toute une soirée plutôt qu'elle aille de vieux schnoques trompant leur femme en vieux schnoque déprimant de la vie, bourré toute la journée.

L'heure d'y aller était enfin arrivé, sortant furtivement de l'appartement pour ne pas que le propriétaire ne le course et monta rapidement sur son scooter. Ce n'était pas de la haute gamme mais Kyohei en était plutôt fière. Après quelques minutes de route il arriva enfin à destination. Il entra dans le club, il faisait noir, les lumières dansait dans un brouillon monumental et ces femmes parlaient gaiement à ces hommes qui lui inspirait la pitié plutôt qu'autre chose.
Un instant plus tard, un homme arriva alors près de lui, ce présentant comme le patron et l'étudiant ne pu alors s'empêcher d'afficher un sourire narquois et haineux à cette homme. Il savait que cet homme ne pensait pas à mal avec sa boite, mais il ne pouvait s'en empêcher, c'était plus fort que lui. Le patron commença à faire la discussion avant d'interpeller la fameuse Asako qui pointait le bout de son nez. Koyhei se tourna alors pour enfin la voir et de nouveau il rencontra son regard si intriguant qui l'avait amené jusqu'ici. Sans lui laisser dire un mot, elle l'entraina alors avec lui, le prenant doucement par le bras. Ses lèvres écarlate bougeait mais le jeune homme n'entendait aucun sons. Tout autour de lui tout était devenu silence. Son regard océan constamment plongé dans celui de la jeune fille.
L'étudiant revint alors à la réalité quand Asako l'assis sur un canapé pour ensuite s'asseoir à son tour sur lui, l'entourant alors de ses bras fins.
    « Par quoi voulez-vous commencer Railley-sama? »
Kyohei ne dit rien et se contenta de regarder la jeune fille droit dans les yeux, ne quittant ces prunelles d'un pouce. La regardant si intensément comme si d'un simple regard il lui demandait "Pourquoi ? Pourquoi fait-tu ça ?". Alors doucement le jeune homme mit ses mains sur les hanches de la jeune fille pour la lever légèrement et l'asseoir à coté de lui. Puis il mit les pieds sur la table devant lui et les mains derrière la tête avant de regarder le plafond. Il passa quelques minutes sans que personne ne bouge, pas un mot, pas un bruit, même les respiration s'était tut. Puis enfin Kyohei laissa sa voix briser le silence presque pesant qui s'était installé :
    « Moi c'est Kyohei, ou Kyo comme tu veux. Ça s'écrit avec le kanji Kyo qui veut dire vide et du kanji Hei qui veut dire soldat. J'aime l'idée d'être un soldat vide car on ne sait pas de quoi il est vide, on peut tout imaginer. Pour ma part j'imagine qu'il est vide de toute rancœur contre les gens, vide des ténèbres. Du moins il essaie, il fait tout pour. Il se tourna alors vers la jeune fille, un sourire au coin des lèvres. Et toi ? C'est quoi ton nom ? Asako ça ne te va pas, ça ne te reflète pas je trouve, et si c'est toi qui a trouvé de nom t'aurais pu choisir mieux franchement. »
Sans vraiment attendre de réponse, le jeune homme se pencha sur la table pour prendre la bouteille de champagne et versa l’alcool dans deux coupes transparentes, faisant monter la mousses jusqu'aux limites des verres, puis en donna une à la jeune fille. Il se ré-installa confortablement sur la canapé et laissa le liquide glisser sur ses lèvres pour pénétrer son âme. Il ne dit mot de plus, il attendait simplement, réponse ou non cela lui importait peu, et honnêtement si elle s'en allait sans rien dire cela ne l'étonnerait pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

MESSAGES : 1014

Infirmière Sexy

MessageSujet: Re: [Terminé]Une rencontre tellement innatendue, mais si désirée [PV Kyohei ]   Dim 10 Mar - 20:30

J'étais assise sur sur lui, mes bras positionnés derrière sa nuque, mais aucune réponse n'est sortit de sa bouche, il se contenta de me regarder dans les yeux, pourquoi ? Cela me gêne encore plus, je n'aime pas mon travail, mais la posture dans laquelle j'étais était encore plus gênante que d'habitude, pendant ce long silence j'entends encore mon patron me dire :  « prépare toi à perdre ta virginité se soir avec ce client ». Mon corps commençait à trembler, lorsqu'il me saisit pas les hanches mon cœur c'est arrêter, j'avais peur, mais il me posa délicatement sur le canapé à côté de lui, je l'ai alors regarder, il était très différents des autres clients que j'ai pût avoir, la plupart sont des pervers qui ne pense qu'à contempler le corps d'une jeune femme et pas que. Il posa alors son pied contre la petite table basse de verre où était placer la bouteille de champagne et les coupes à champagne, le silence c'est alors installé dans la pièce, je continuais de le regarder, qu'avait-il en tête ? C'est alors qu'il coupa ce silence.

« Moi c'est Kyohei, ou Kyo comme tu veux. Ça s'écrit avec le kanji Kyo qui veut dire vide et du kanji Hei qui veut dire soldat. J'aime l'idée d'être un soldat vide car on ne sait pas de quoi il est vide, on peut tout imaginer. Pour ma part j'imagine qu'il est vide de toute rancœur contre les gens, vide des ténèbres. Du moins il essaie, il fait tout pour. »

Il se tourna alors vers moi, m'adressant un un sourire doux et chaleureux.

« Et toi ? C'est quoi ton nom ? Asako ça ne te va pas, ça ne te reflète pas je trouve, et si c'est toi qui a trouvé de nom t'aurais pu choisir mieux franchement. »

C'est bien le seul à me demander cela, son prénom est plutôt jolie j'aime bien, mais maintenant qu'il le dit c'est vrai que Asako ne me va pas du tout, c'est mon patron qui me l'a donner, je n'ai pas vraiment le droit de dire quoi que se soit sinon on me passe à tabac, je l'ai subit une fois, mais pas deux. Le jeune homme se pencha pour prendre la bouteille de champagne et servir le champagne dans deux coupes, il me donna une coupe, je tendis timidement la main pour saisir la coupe, ma main tremblait encore, j'ai incliné ma tête vers le bas pour le remercier, il s'est ensuite ré-installer dans le canapé. Devrais-je vraiment dévoiler mon identité ? Il ne m'a pas l'air méchant ou quoi que ce soit. Je vais prendre le risque, je l'ai regardé timidement.

« J...Je m'appelle Risa...Risa Watanabe. » J'ai marqué un temps de pause avant de reprendre. « Ce n'est pas moi qui a choisi ce nom....c'est mon patron. »

Lorsque je le regardais, je le trouvais très attirant, mais ce n'est pas pour autant que je vais lui sauter dessus ce n'est pas tellement mon genre, de toute manière je ne suis jamais sorti avec un homme, je n'ai jamais connue réellement l'amour, enfin bon cela n'arrivera jamais. J'ai pris une gorgée de champagne avant de le regarder.

« Excusez-moi, mais pourquoi m'avoir réserver, si ce n'est pas pour « profiter » de moi ? »

Cela m'intrigue vraiment c'est la première fois qu'un client ne veux rien faire sauf boire du champagne en discutant.

_________________



Dernière édition par Risa Watanabe le Mar 16 Avr - 14:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: [Terminé]Une rencontre tellement innatendue, mais si désirée [PV Kyohei ]   Lun 11 Mar - 19:02

Allait-elle lui répondre ? Si ce n'était pas le cas, ce n'était pas très grave. Il l'avait vu c'est ce qui lui importait le plus, non pas qu'il en était fou amoureux et que la voir l'avait comblé de bonheur comme dans ces stupides séries. Mais il était tout de même content, il avait pu savoir autant d'informations qu'il lui plaisait. Lorsque le jeune homme l'avait vu, son regard était terne, lorsqu'elle avait mit ses mains sur la nuque, elles étaient froides, et sa main tremblait lorsqu'elle avait pris la coupe de champagne. Si elle avait peur de faire ça alors pourquoi faire un tel métier ?
Kyohei se mit alors à sourire doucement, se remémorant les causes de sa venue ici. Dire qu'il était venu dans un endroit qui le répugnait au plus haut point juste parce que tout comme ce soldat, ses yeux étaient vides. C'est d'ailleurs ce qui reprochait parfois les gens au jeune homme, suivre ses désires, ne pas réfléchir, on l'avait parfois même traité d’égoïste en ne pensant que ce qu'il l'intéressait et ne pas s'intéresser aux mêmes choses que les autres. Mais peu importe ce qu'ils pensaient, l'étudiant pouvait être égoïste, sans cœur, un être horrible cela l'importait tellement peu que oui, pour faire plaisir à ces gens il leurs donnait raison et s'en allait les mains dans les poches comme si tout était normal. De toute façon pourquoi faudrait-il qu'il en soit autre chose, après tout comme lui disait souvent sa mère Kyohei ressemblait beaucoup à son père, autant physiquement que psychologiquement. Cet personne avait été une belle ordure avec cela était tout à fait normal qu'il le soit aussi. C'est avec ces pensées que le jeune homme faisait face à toutes ces critiques, personne ne le connaissait, il ne parlait jamais de son histoire, et ils osaient prétendre le connaitre et porter un jugement sur lui ? Et bien soit, qu'il fasse ce qu'ils veulent tous ça n'était pas son problème.

Doucement Kyohei finit alors les dernières gouttes de champagne. Il regarda alors quelques instant le verre vide reflétait son visage et laissa échapper un soupire presque inaudible. Alors elle ne répondrait pas. C'est vrai que ça n'était pas un problème, mais tout de même sa curiosité le poussait à en savoir plus sur elle. Déposant alors sans bruit sa coupe sur la table en verre, il se prépara à partir quand une voix l'arrêta net. Douce et sans autre ornement que le naturel, bien qu'il sentait sa voix qui tremblait légèrement, le jeune homme ne résista pas à laisser flotter un sourire aux coins de ses lèvres.
    « J...Je m'appelle Risa...Risa Watanabe. Ce n'est pas moi qui a choisi ce nom....c'est mon patron. »
Risa. C'était un bien jolie nom, et bien mieux que Asako, il lui allait bien, non mieux. Le fait que son pseudonyme est était choisit par son patron ne l’étonnait pas tellement en faite. A vrai dire pas du tout même. C'est vrai, il est normal que pour promouvoir ces femmes il leur fallait un nom de scène et c'était très souvent le patron qui choisissait, enfin c'est ce qu'il avait toujours vu en tout cas. Kyohei tourna alors la tête vers la jeune fille pour lui afficher un large sourire qui se voulait bienveillant sur la figure. Ses lèvres pulpeuse ne se fermait pas, elle était comme en pause, l'étudiant supposa donc que sa voix n'allait pas se taire maintenant. Et en effet la demoiselle fit vibrer de nouveau ses cordes vocales pour laisser paraitre sa voix :
    « Excusez-moi, mais pourquoi m'avoir réserver, si ce n'est pas pour profiter de moi ? »
A cette question, Kyohei ne put s'empêcher de laisser échapper un petit rire cristallin avant de planter son regard dans celui de la jeune fille. Doucement le jeune homme s'approcha alors de Risa, collant sa jour à la sienne, portant ses lèvres à son oreille. Laissant son souffle effleurer sa peau alors même qu'il la savait apeuré. Il le savait, il en était désolé, ce n'était pas la son intention de départ, mais une envie irrésistible de la "taquiner" un peu le chatouillait que le désire l'emporta sur lui. Peut être paraitrait-il encore égoïste en agissant de la sorte mais peu importe là n'était pas le sujet vers quoi les deux jeunes gens étaient tournées. Doucement Kyohei ouvrit alors la bouge pour murmurer à l'oreille de la jeune fille :
    « Tes yeux »
Ce redressant alors, le jeune homme affichait un sourire enfantin, comme s'il était fière de sa bêtise. Puis faisant de cette endroit le sien, il se mit à l'aise et commença à s'asseoir en tailleur sur le canapé. Posant son coupe sur sa cuisse, il ferma le poing pour que ça tête vienne reposer dessus. Regardant toujours la jeune fille, un sourire doux sur la figure, un de ses sourires pour lequel toutes ses filles craquait sur lui - il le savait et le niait pas, il jouait avec elle tout en veillant à ne pas leur briser le cœur -, un de ces sourires qu'il ne montre que très rarement en ces temps noir. Puis d'une voix douce et reposé, comme s'il était sur le point de s'endormir il laissa les mots filer :
    « Ils sont comme mon soldat. Vide.»
Puis il s'étira les bras de toute sa longueur avant de les reposer lourdement sur ses jambes, comme s'il était vidé de toute énergie puis il reprit plus sérieusement disons cela comme ça.
    « Mais ce n'est pas un vide ordinaire, c'est comme s'il était ... disons ... "naturelle" ? On peut voir ça comme ça. C'est très intriguant. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

MESSAGES : 1014

Infirmière Sexy

MessageSujet: Re: [Terminé]Une rencontre tellement innatendue, mais si désirée [PV Kyohei ]   Lun 11 Mar - 20:51

Après avoir posé ma fameuse question, le jeune homme laissa échapper un petit rire, pourquoi ? J'avais comme l'impression d'avoir dit une bêtise, d'être ridicule. Son regard me ramena à la réalité, il se rapprocha alors de moi, j'avais ma coupe de champagne encore en main, on pouvait voir que cette dernière tremblée, il colla alors sa joue contre la mienne, ses lèvres étaient près de mon oreille je pouvais sentir son souffle, mon cœur battait plus que jamais était-est ce de la peur je l'ignore, cela ne m'avait jamais fait ça avant, avec les autres clients j'avais peur, mon cœur s'arrêter à chaque fois qu'ils me touchaient, mais là ma poitrine se déchirait plus que jamais. Sa voix me ramena encore une fois à la réalité.

« Tes yeux »

A ce moment là, ma poitrine s'enflamma, brûlant mon corps entièrement, qu'était ce sentiment ? Je me sentais mourir à petit feux, en réalisant ce qu'il venait de dire mon visage vira progressivement au rouge, mes yeux étaient grands ouverts, il devait se foutre de moi ce n'est pas possible. Il se redressa alors, avec un sourire enfantin aux lèvres, cette expression ne pouvais que confirmer ma pensée. Il s'allongea alors sur le canapé se mettant totalement à l'aise, il serra son point pour y laisser reposer sa tête me fixant constamment.

« Ils sont comme mon soldat. Vide.»

Mes yeux vides ? Comme son soldat ? Qu'est-ce qu'il veut dire ? Son soldat ? Mais il m'a dit que son prénom était composé du kanji Kyo qui veut dire vide et du kanji Hei qui veut dire soldat, il parle alors de lui, en le regardant de plus près, il a toujours un regard sans émotion précise, comme s'il repensait au passé, un peu comme moi, je pense toujours à mon passé, depuis ce fameux jour où ma vie à basculée, mais je ne préfère pas y repenser, surtout à ce moment précis.

« Mais ce n'est pas un vide ordinaire, c'est comme s'il était ... disons ... "naturelle" ? On peut voir ça comme ça. C'est très intriguant. »

Il dit peut-être vrai, mon regard doit être meurtri, depuis un certain moment j'ai tout perdu, je ne vois plus ma mère, mes deux frères, mon père...., mais lui après ce qu'il m'a fait je ne suis pas prête de le revoir, mais s'il me compare à lui, je suppose qu'il n'a pas une vie facile, j'aimerais en savoir plus sur lui, je ne sais pas pourquoi, c'est la première fois que je m'intéresse à quelqu'un, cette rencontre avec lui est vraiment étrange. Je n'osais même plus le regarder, ma voix était plus tremblante que tout-à-l'heure.

« C'est sûr.... après avoir vécu.....les pires horreurs....le regard...ne s'illuminera plus jamais....jamais. »

Cette phrase venait du plus profond de mon être, ma vie n'a plus aucuns sens maintenant, parfois je me demandais comment je faisais pour survivre avec la vie que je mène. Mais, attend qu'est-ce que je viens de dire ?! Je parle de moi, non ce n'est pas possible, je dois m'excuser, il ne doit rien savoir sur moi, je ne le connais pas, je ne peux pas me permettre. J'avais la tête baissée.

« Excus....Excusez-moi....je n'aurais pas dû.... »

Je me suis levée posant ma coupe de champagne, allant vers le lit, m’asseyant par la suite, ma seule envie était de partir, mais je ne pouvais pas, j'ai mis mes mains sur mon visage le cachant complètement posant mes coudes sur mes jambes. Il allait sûrement partir, comme les autres.

_________________



Dernière édition par Risa Watanabe le Mar 16 Avr - 14:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: [Terminé]Une rencontre tellement innatendue, mais si désirée [PV Kyohei ]   Mar 12 Mar - 14:58

Naturelle n'était peut être finalement pas le bon mot approprié à ses pensées. C'était tout simplement indescriptible, aucuns mots ne pouvait décrire cela, aucun sentiment ne pouvait se rattacher à toutes ses ribambelles de sensations qui parcouraient le corps du jeune homme lorsqu'il croiser son regard. Un frison le parcourut rien qu'en y repensant, mais cela ne s’apparentait pas à de la peur, non il était plutôt excité par les évènements, de la tournure des choses, c'était une sensation étrange qu'on ne pouvait tout simplement pas décrire. On ne fait que se l'imaginer, on prêtant savoir ce quelle est et ce quelle n'est pas, on compatit à la "douleur" de celui qui la vie, mais on ne la connait pas. Et c'est seulement lorsqu'on la vit qu'on peut alors prendre conscience de son essence, mais on ne peut toujours pas la discerner, lui donner un nom ou même une forme, et alors elle devient une sensation comme une autre, légèrement différente certes, puis on l'oublie comme toutes les autres, jusqu'au jour où elle revient à la charge pour refermer le cycle incessant des sentiments.

Tournant de nouveau la tête vers la jeune fille, Kyohei l'observa en silence, scrutant les moindres détails de son visage. Son visage fin, son menton légèrement pointu, ses lèvres fines et écarlates, ses pommettes roses légèrement rouge au milieu desquelles prônait son nez, puis un front caché par une frange bien droite et enfin ces fameux yeux. D'un couleur gris-bleu, couleur que là aussi il est difficile réellement de donner une couleur, tout comme cette sensation ils sont indescriptible, mais toujours aussi intriguant.
La jeune fille baissa alors les yeux, son regard se perdant alors dans le vide. Lui avait-il fait si peur qu'elle ne pouvait plus le regarder dans les yeux ? Peut être, ça n'était pas improbable, enfin de toute manière tout le monde aurait plus ou moins réagit de la sorte donc il n'y avait pas beaucoup de crainte à se faire sur son compte. Tout de même Kyohei ne put s'empêcher de se mordre la lèvre inférieur, c'est vrai il l'admettait, il regrettait un peu d'avoir fait ça, ses pulsions l'avait encore une fois de plus submergé et il n'avait pas réfléchit à se qu'il faisait. Enfin il était trop tard pour revenir en arrière, ce qui était fait était fait de toute manière, maintenant il fallait avancer et ne pas regarder le chemins que l'on a parcourut mais celui qu'il nous reste encore à faire.
Ouvrant alors la bouge, la voix de la demoiselle confirmait ses dires, sa voix était si tremblante qu'on aurait presque dit qu'elle allait de mettre à pleurer.
    « C'est sûr.... après avoir vécu.....les pires horreurs....le regard...ne s'illuminera plus jamais....jamais. »
A ses mots, le jeune homme commença à se masser légèrement les tempes comme s'il avait mal à la tête, mais il était simplement en train de réfléchir. C'est vrai, lui aussi avait vécu des atrocités qu'on ne pourrait même pas imaginer, et bien qu'il essayait de les surmonter il subissait encore le traumatisme. Au début lui aussi pensait comme elle, une fois qu'on connait le désespoir absolut, rien non rien ne peut alors le faire disparaître. Et pourtant ! Oui, pourtant il avait réussit. Elle avait été là pour lui, l'avait soutenue de toute ses forces quand bien même elle le détestait pour la simple raison qu'elle l'aimait aussi. Il avait réussi à retrouver goût à la vie, il n'avait certes pas eu tout les effets qu'il désirait mais ce qu'il avait lui suffisait déjà amplement. C'est alors qu'une voix le fit perdre le fils de ses pensées.
    « Excus....Excusez-moi....je n'aurais pas dû.... »
Aussitôt Kyohei tourna violemment la tête vers la trouble-fête avant de la voir se diriger vers le lit pour s'y asseoir et enfouir son visage dans ses mains. De quoi s'excusait-elle ? D'avoir parler ? Est-ce interdit de dire ce que l'on pense ? Ne peut-on pas avoir ses propres opinions ici ? Tout ça était naturelle, il n'y avait pas de honte à cela, elle n'avait pas à s'en vouloir.
Sans un brut le jeune homme se dirigea alors vers la demoiselle et s'arrêta devant avant d'ouvrir la voix. Son ton était dur, presque accusateur auprès de telles paroles :
    « Le passé est le passé, ne t'accroche pas à lui. Le présent et le futur sont devant toi. Tu peux faire ce que tu veux, tu es maître de ta destinée et ce n'est pas cette homme qui ce fait passer pour ton patron qui te gênera. Tu veux partir ? Eh bien fait-le. Et si on te poursuit, je serais là, sers-toi de moi comme bouclier si ça te chante mais ne t'enfermes pas dans un passé lointain. »
Il silence s'installa alors, puis doucement les lèvres de Kyohei s'étirèrent pour laisser paraitre un sourire radieux, malgré ses paroles peut être dur, lui s'amusait comme un enfant, les choses commençaient à devenir amusant et lui frémissait d'excitation pour savoir ce qu'il allait se passer par la suite. Alors doucement le jeune homme lui tendit la main, la paume bien en évidence avant de glisser avec un grand sourire :
    « Alors ? Et-tu prête à vivre le présent et prendre le futur en main ?! »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

MESSAGES : 1014

Infirmière Sexy

MessageSujet: Re: [Terminé]Une rencontre tellement innatendue, mais si désirée [PV Kyohei ]   Mar 12 Mar - 20:07

Mes pensées m’envahissaient l'esprit, j'avais l'impression que la pièce se teintait de noir, me laissant engloutir dans les ténèbres, j'entendais vaguement des bruit de pas se dirigeant vers moi, mais après quelques secondes la voix du jeune homme fût ma lumière, une lumière forte qui pourrait illuminé les grottes les plus sombre. A l'entente de sa voix, son ton était devenu plus dur.

« Le passé est le passé, ne t'accroche pas à lui. Le présent et le futur sont devant toi. Tu peux faire ce que tu veux, tu es maître de ta destinée et ce n'est pas cette homme qui ce fait passer pour ton patron qui te gênera. Tu veux partir ? Eh bien fait-le. Et si on te poursuit, je serais là, sers-toi de moi comme bouclier si ça te chante mais ne t'enfermes pas dans un passé lointain. »

A l'entente de sa tirade, j'ai enlever mes mains de mon visage, je l'ai alors regarder, son regard c'était durcit, mais ses dires étaient vrais, mais je n'ose plus m'imposer aux autres, j'avais fait une croix sur ma personnalité, sur mes rêves, sur moi-même, j'encaissais les actes de mon travail, les ordres et tout le reste. Mais pourquoi s'intéresse t-il à moi ? Pourquoi serait-t-il toujours avec moi? Pourquoi veux t-il être mon bouclier ? Ces questions reste omniprésentes et me tourmentes, mon cœur me faisait mal, cette sensation était à la fois désagréable et douce, c'est assez bizarre. Pendant ce moment de silence, ce fût un dé-clique pour moi, tous ce qu'il a dit est vrai, je peux partir à tout moment, mais ils me retrouveront, mais l'appartement quand j'y pense, ce n'est pas le miens. Une amie me l'avait prêter, le miens est dans un autre quartier donc, j'ai des chances qu'ils ne me retrouvent pas, revenant à la réalité, le jeune homme m'adressa encore un sourire, à croire que cela l'amuser.

« Alors ? Et-tu prête à vivre le présent et prendre le futur en main ?! »

Il m'a tendu doucement sa main attendant de moi une réponse. Si je veux partir d'ici je n'ai pas vraiment le choix, au moins j'aurais tenter quelque chose, avec lui.
J'ai mit doucement ma main dans la sienne, me levant alors par la suite et le regardant dans les yeux avec un sourire aux lèvres, mais ce sourire est bien sincère, ce n'est pas le faux sourire habituel que je fais à mes clients, celui-ci était bel et bien sincère.

« Oui. »


Qu'allait- il arrivé maintenant ? Je l'ignore, si son idée principal était de sortir, elle tombera à l'eau, je ne peux pas sortir dans cette tenue, je l'ai alors regarder, laissant ma main dans la sienne.

« Mais....qu'est-ce que vous allez faire ? »

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: [Terminé]Une rencontre tellement innatendue, mais si désirée [PV Kyohei ]   Jeu 25 Juil - 22:06

Tu trépignais d'impatiente. Quel enfant insouciant que tu faisais là. Souriant bêtement aux scènes future que tu t'imaginais dans ta tête. Ton sourire s'étira encore lorsque la jeune fille dépose sa main dans la tienne. Elle était légèrement plus petit que la tienne, mais en même temps vu ta taille, il ne pouvait en être autrement de toute manière.
Tu avais tout calculé dans les moindres détails. Les réactions des gens, le chemin à emprunter pour sortir de cette prison oppressante. La seule chose que tu ne savais pas encore était la réaction de Risa. Et tu était pressé de la voir. Voir son étonnement, ou alors la fureur briller au fond de ces pupilles de part tes actes grossiers. Enfin pour l'instant cela t'importais peu. C'est là que commence enfin les péripéties. Tu savais le dragon barbue à l'affut des moindres choses. Il dévorait du regard ses servantes et le menait du bout de ses griffes. Mais elle, il ne la voyait pas. Caché par de simples rideaux, elle ne devenait qu'un simple souvenir de jubilation. Elle ne devenait personne. Et c'est là qu'est ton ouverture pour s'évader.

Tu souris encore et lèves ton index pour le poster devant tes lèvres. « C'est un secret. » Et sans laisser à Risa le temps de riposter ou d'exprimer la moindre de ses pensées, tu la tires vers toi et l'attrape pour la porter. Comme dans les films, tu es le héros blond qui réveilles la belle au bois dormant et la porte jusqu'à ton cheval blanc. De plus vu tes origines nordique, tu as là la bonne étoffe pour ce rôle. Et pour une fois tu remercies la nature pour t'avoir offert cette carrure se fondant parfaitement dans la scène qui allait se passer. Tu ne peux alors t'empêcher un rire cristallin de sortir d'entre tes lèvres. Et tu prends enfin ton élan.

Rien ne pouvait t'arriver, tu te sentais surpuissant. Tu avances vers les rideaux en courant et les laisses s'écarter de ton visage pour te faire apparaitre soudainement dans la pièce principal. Exactement comme tu avais prévu, tout les regards se tournent vers vous. Et le dragon braque enfin son regard vers toi. Toutes tentatives de regards noirs sont veinent contre toi et tu n'en stop pas moins ta course. Tu suis l'itinéraire que tu avais prévu. Ils ne réagissent pas et restent béa, stupéfaits des évènements qui se passent sous leur nez. Tu déposes tes pieds lourds chacun leur tour, tu frappais le sol pour le faire résonner dans l'antre du mal.
Le chemin vers la lumière est tortueux. Serpentant entre tout ces corps inanimé d'un esprit capable de réagir face à cette situation. Arrivant près du dragon, tu tournes la tête vers son visage déformer par une grimace des plus ridicules et souris de toutes tes dents. Pathétique. Ce dragon ne crache-t-il donc plus de feu ? Pas le temps de voir la réponse, tu avances toujours à vive allure et d'imposant escalier se dresse contre toi. Sans y réfléchir tu t'élances et monte les marches quatre à quatre mais t'arrête en plein milieu pour te retourner une dernière fois et jubiler devant ces êtres qui ne bougent pas, tout en adressant un dernier clin d’œil au dragon. « Vous m'excusez mais je me vois dans l'obligation de kidnapper cette jeune fille. » Et tu t'élances enfin vers la lumière pour échapper à cet endroit. Et enfin le dragon rugit de sa voix rauque et grave. Son feu déferla et les pas lourds de ses soldat se firent enfin entendre.

Vite, cours. Tu ne voudrais pas perdre avant d'avoir battu le boss non ?

Tu as chaud à force de déambuler ainsi. Mais n'ai crainte tu n'as juste qu'à sortir et tes joues empourprées par cette course disparaitront bientôt. Choque thermique. Le froid ne fait pas de détoure et t'enveloppe en quelques secondes. Le vent vient se rajouter au tableau et vient mordre ta peau. Et comme si cela ne suffisait pas, la pluie vint se fondre dans ta chevelure blonde pour rajouter un petit coté dramatique à la chose.
Tu déposes alors enfin la jeune fille au sol. Vêtue comme elle est, tu n'es pas à plaindre. Alors tu enlèves ta veste pour la mettre sur ses petites épaules. Tu la regardes greloter ainsi et pourtant tu ne fais rien d'autre que l'observer. Retiens tes pensées, retire ce sourire niais de ton visage. Elle n'est pas une de ces proies que tu t'amuses à chasser. Vite, prends là. Leurs pas se rapprochent et tu seras game over si tu ne fais rien.

Tu emmènes doucement la danseuse vers son carrosse. N'avais-tu point honte de la faire monter sur cette engin ? La honte t'étais bien égal dans ses moments là. Leur visage déformé se rapproche de toi. Leurs souffles saccadés se font plus pressant. Vite monte et démarre. Sans y réfléchir tu passes les bras de la jeune fille autour de tes abdomens. Ta chemise est trempée, quelle malchance, une chemise blanche toute neuve. Sa ne serait peut être pas très confortable pour elle mais qu'importe. Tu lui susurres ces quelques mots « Accroches-toi. ». Tu démarres le scooter et fait tourner l'arrière de l'engin pour éclabousser les soldats qui pestent ensuite contre toi. Mais ils n'osent s’aventurer plus loin. Ce ne sont que de stupides servants du dragon, ils ne sont pas doter de l'outil pensées automatiques.

Alors tu roules à n'en plus finir, mais tu ne sais où tu vas. Où vas-tu ? Quelque part sans doute. « Dit, t'habites où ? » Il se pourrait que tu saches désormais la réponse.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

MESSAGES : 1014

Infirmière Sexy

MessageSujet: Re: [Terminé]Une rencontre tellement innatendue, mais si désirée [PV Kyohei ]   Ven 26 Juil - 12:35

Une rencontre tellement innatendue, mais si désirée
Ce cauchemar est-il terminé?
Le jeune homme aux cheveux blonds était plus que souriant, on avait l'impression qu'il avait tout prévu, qu'il était venu juste pour cela, pour me faire évader de cette prison infernale. Mais je me demandais bien comment il allait faire pour sortir, l'endroit trifouille de gardien en plus de celui qui était mon patron et qui ne voulait en aucun cas perdre son trophée gagné au cours d'une partie de poker. Kyo sourit une fois de plus plaçant alors son index devant ses lèvres « C'est un secret. » Je me suis mise à rougir en le voyant comme ça et sans me laisser le temps de dire quoi que se soit, il me tira doucement vers lui pour me porter, mes joues étaient devenus rouge pivoine, cette posture ressemblé à celle que l'on retrouve dans les films et même dans les disneys, le beau prince charmant qui sauve sa belle d'un danger sans précédant. Je me suis donc accrocher délicatement à son cou, enlaçant sa nuque de mes bras fins, le regardant alors une fois de plus, il laissa un petit rire s'échapper avant de prendre son élan.
Le jeune Kyo était plus que confiant, nous sortons enfin de cette salle et tout les regards se sont dirigés vers nous, même le vieux patron nous regardés, Kyo s'en fichait complétement il passa à côté de ce dernier qui grimacer légèrement, j'ai alors cacher mon visage contre son cou, je ne voulais plus le voir, plus jamais, même sans regarder je savais qu'on montait les marches, c'est alors qu'il s'arrêta en haut de ses dernières, je l'ai regardé et il regardait le vieux lui adressant un dernier clin d’œil « Vous m'excusez mais je me vois dans l'obligation de kidnapper cette jeune fille. » Le visage du vieux changea du tout au tout, il s'énerva, lançant ses chiens de garde à notre poursuite, mais Kyo se dirigea vers la lumière de la nuit, il se mit à courir, je voyais  son visage qu'il avait chaud, n'étais-je qu'un poids pour lui ? Mon corps a ressenti  un frisson lorsque nous étions enfin dehors, le vent était plus que frais et la pluie n'arrangeait pas les choses, mon corps se geler à une vitesse incroyable.  Kyo me déposa au sol   et me fixa du regard avant d'enlever sa veste et de la déposé sur mes épaules, mais le pauvre il va être tremper, il continuait de me fixer du regard, j'ai alors enfiler sa veste qui était trop grande pour moi et il me pris par la main et m'emmena vers notre moyen de locomotion, un scooter ce n'était peut-être pas du haute gamme, mais sincèrement je m'en fichais complètement du moment que ça roule, les gardiens se rapprochaient nous nous sommes installé dessus et Kyo plaça lui même mes bras autour de son abdomen et susurra  « Accroches-toi. ». Il démarra l'engin éclaboussant alors les gardes qui d'ailleurs nous ont pas suivit bien loin, nous continuons à rouler sur la route sans savoir où nous allions c'est alors qu'il m'adressa la parole « Dit, t'habite où ? » Mon regard c'est légèrement agrandi, mais oui c'était plutôt une bonne chose, comme ça je retrouverais mon vrai chez moi et vu l'état de ses vêtements je pourrais les lui séchés, j'ai placé ma bouche près de son oreille de façon à se qu'il entende correctement. « Dans le quartier sud, je t'indiquerais le chemin. »  Et nous nous sommes dirigés vers se quartier et nous avions trouvé sans mal mon appartement.






_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Terminé]Une rencontre tellement innatendue, mais si désirée [PV Kyohei ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé]Une rencontre tellement innatendue, mais si désirée [PV Kyohei ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP Terminé] N'importe où mais avec toi... [PV shord]
» [terminé] Aria et Hanna: Mais qui est A- ?
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Jour 1 : la vie est tellement injuste. [Terminé]
» Mais oui, on dirait bien un gros minet, non ? [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saotome Gakuen :: Archives :: Partitions perdues :: Archives RPs-
Sauter vers: