Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 he is born again † Ephraïm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: he is born again † Ephraïm   Mer 24 Juil - 18:56

Eph'
NOM : Severian.
PRÉNOM(S) : Ephraïm Tybald.
SURNOM(S) : Monsieur. Eph'.
ÂGE : 29 ans.
ORIGINE : Anglais.
ORIENTATION : Bisexuel.
GROUPE : Professeur.
ANNÉE : -
MATIÈRE : Anglais & Français.
Caractère

« Le train à destination de London Bridge va entrer en gare. Éloignez-vous de la bordure des quais, s'il vous plait. » Ephraïm n'aimait pas les gares, ni les aéroports. A dire vrai, il n'aimait pas grand-chose, pour ne pas dire rien. Certains dirons que c'est normal, que cela vient avec l'âge. Qu'au lieu de gagner en sagesse, certains gagnent en haine envers le monde entier. Pourtant, d'aussi loin qu'il s'en souvienne, il a toujours eu ce caractère un peu pince-sans-rire, cynique et narquois sur les bords. Ce penchant incontrôlé pour faire le mal, mais surtout pour bien le faire. D'ailleurs, en quittant l'adolescence, cette sale période de sa vie, comme il a l'habitude de la nommer, il est parvenu à adoucir un peu sa nature impétueuse et provocatrice, à la faveur d'un caractère bien plus noir, dirons-nous. Les années écoulées lui ont appris la patience, l'expérience de la vie lui a enseigné la méfiance. Tout un tas de petits défauts et qualités acquis progressivement. D'un naturel froid et distant, sa concupiscence n'a rien à envier à ses talents d'orateur.

Son portrait se dépeignait en quelque chose de terriblement sombre et d'infiniment intriguant. S'imprégner de sa personnalité n'était pas bien compliqué, il suffisait d'un regard pour comprendre qui il était. Un homme blessé et brisé, sans doute de longue date, dissimulant adroitement son mal-être derrière un visage de marbre et une froideur déstabilisante. L'écorché vif se complaisait dans son élégante indolence, mais il était évident que le moindre acte de travers à son attention pouvait abattre, sur celui qui osait s'opposer à Ephraïm Severian, les foudres les plus meurtrières. Tranchant, silencieux. Qu'y-a-t-il de pire que l'indifférence ? Sans doute ce regard réprobateur, paternel et pourtant si acide. Beaucoup affirmait que le professeur était quelqu'un de violent, de dangereux. Ses tatouages au bas des reins étaient de parfaits témoins d'un passé sans doute mouvementé, mais quand certains abordaient le sujet, il se braquait et s'esquivait, préférant la lâcheté plutôt que la colère. Pour préserver, disait-il. Parce qu'il est une personne qu'Ephraïm a toujours détesté, bien plus que le monde entier. Quand à deviner de qui il s'agit, il me semble que ce n'est pas si compliqué.
Physique

Ephraïm se trouvait à Londres, mais à des kilomètres de l'agitation nocturne du centre de la capitale. Sa démarche légère et pourtant imposante, le portait au détour des rues et ruelles de la ville. La banlieue, plus calme, était le lieu rêvé pour se détendre un peu, après un long périple en France et en Irlande. L'accent natal lui avait énormément manqué durant cette période, mais le français avait été moins désagréable qu'il ne l'aurait pensé. Cela n'entachait en rien sa joie d'être de retour chez lui, bien que, comme de nombreuses autres émotions, rien ne transparaissait sur son visage pâle. Vingt-neuf ans, assez svelte, mais relativement bien sculpté, de taille moyenne, les cheveux d'un noir de jais intense, impeccablement bien coupés, les lèvres fines, les yeux sombres et inexpressifs, à un point tel qu'on en venait même à douter de l'existence de pupilles, mais pourtant ornés d'un iris d'un bleu profond, ainsi qu'un regard noir dénué de chaleur : voilà le portrait du jeune adulte. Son nez était légèrement mutin, ses mains étaient fines et allongées et ornées, pour l'une, d'un tatouage plutôt sinistre. Une barbe naissante couvrait en grande partie sa mâchoire carrée. Ehpraïm n'était pas particulièrement beau, mais il était doté d'un certain charme.

Son attitude générale était celle de quelqu'un qui veut passer inaperçu. Pourtant, ne lui en déplaise, il avait le plus grand mal à se fondre dans la foule. Quoiqu'il fasse, quelque soit la constance avec laquelle il gardait les yeux baissés, le visage impassible, il finissait toujours par être remarqué. Malgré la retenue toute calculée de ses gestes et la douceur apparente de sa voix (la plupart du temps silencieuse ou à peine audible), il y avait chez lui quelque chose qui rappelait l'expression de ces acteurs d'un ancien temps, lorsque, sur leur script, était indiqué en italique « nostalgie ; douleur ». En bref, ce mystérieux et intriguant personnage dégageait quelque chose de différent des autres habitants, par la candeur, la noblesse et la pudeur de ses mouvements.
Histoire


La cheminée rougeoie de plaisir tandis que le papier se consume en son sein. La chair de ses pores, l'encre de ses veines, son cri de douleur crépitant dans la pénombre, tout cela et bien plus encore donne cette impression que tout ce qui nous entoure est en vie, animé d'un désir et d'une volonté sans faille. Les flammes lèchent avidement ce divin repas que l'on vient de leur servir. Une vie. Une histoire. Peut-être la votre. Chiffonnée, froissée, abîmée pour enfin être détruite. Que n'aurait-il pas fait pour oublier ? Ou pour se faire oublier. Il pousse un long soupir et tourne les talons. Bientôt, le feu fera sien tout ce qui le faisait exister. Il ne sera plus rien qu'un personnage monté de toute pièce, un pantin des temps modernes. Il ne sera plus ce qu'il a, au fond, toujours été. « Je ne suis rien, le sais-tu ? Rien qu'un personnage très sombre … Dans un univers haut en couleur.  »

Sans date.
Te souviens-tu de tes yeux clairs, Arizona ? Te souviens-tu du vent glacial dans tes cheveux dorés,  qui étaient si longs, que lorsque tu les nattais, ils continuaient à glisser contre tes jambes ? Te souviens-tu de l'amour que tu me portais ? Nous étions bien, il me semble. Nous étions heureux. Bien sûr, nous avions connu l'enfer, mais cela n'avait plus la moindre importance. Te serrer contre mon cœur m'apportait tout le réconfort nécessaire. Je passais mes nuits à te regarder dormir en me demandant si j'avais mérité cette vie. Avec le recul, je me rends compte que ce bonheur n'aurait jamais dû m'être destiné. Toi, tu le méritais amplement. Moi, non. C'est peut-être pour ça, que j'ai agis de la sorte. Crois-moi, je ne cherchais qu'à te préserver du monstre que j'étais et des ennuis que j'attirais. Arizona, tu étais une femme exceptionnelle. Et je suis désolé.

Je savais pourtant que nos chemins se sépareraient forcément. Nous étions trop différents. Ces moments de plénitude n'étaient que désillusions. Ils semblaient m'offrir ce que je me refusais de posséder, depuis toujours. J'ai vite compris et désenchanté. La vie t'éloignais de moi et je ne pouvais rien faire pour te retenir. Comme pour les autres. Ceux qu'il y avait eu, avant toi. Comme eux, tu t'étais entêté et persistais à croire que quelque chose de bon m'animait. Comme eux, tu avait l'espoir un peu fou de me tirer de là, de me sortir de ma prison de cristal. Comme eux, tu faisais fausse route. Quelque part, je ne peux que te remercier de m'avoir accompagné. Merci, merci d'avoir essayé.

Ma candidature à été retenue. Je vais partir vivre au Japon et évoluer là-bas en tant que prof. Tu te rends compte ? Moi, professeur. Moi, qui n'avais aucune patience avec les enfants. Moi, qui détestais voir la naïveté des jeunes adultes. Moi qui n'ai jamais supporté cet univers artificiel que chaque adolescent se construit, avec ses rêves, son ambition et ses espoirs. Tu me disais souvent que j'étais un peu dur avec eux. Que moi aussi, par le passé, j'avais été ainsi. Aujourd'hui, je sais que ma réponse parviendra à te convaincre. Nous avons tous été enfants ? Pas moi. J'aurais aimé que tu puisses venir me voir, à l'étranger. J'aurais aimé t'entendre réprimander mon accent si mauvais. Je crois que tu aurais apprécié cet endroit, peut-être même qu'on aurait pu y travailler ensemble et y fonder notre famille. Une nouvelle fois.

Pourquoi ce choix ? La rédemption je crois. J'ai besoin de me sentir utile, tu vois. Si je venais à mourir sans avoir fait quelque chose de bien, quelque chose d'important, mon existence n'aurait servi à rien. Je n'aurais été que de passage, destructeur de la flamme qui faisait vivre tout ce qui m'entourait. Bien sûr, j'aurais pu vivre de ma passion. J'aurais du. Toi-même, tu disais que j'avais toutes mes chances, qu'il allait simplement me falloir un peu de temps pour m'en rendre compte. Tu avais raison, mais aujourd'hui, c'est trop tard pour moi. Je n'ai plus cette ambition maintenant. Je veux mourir jeune, mais avant cela, je veux vivre malheureux. J'imagine que c'était ce à quoi j'étais destiné.

Te souviens-tu des étoiles qui habillaient le ciel de Londres ? C'est amusant de se dire que tout cela appartient au passé. Que tu auras tout appris de moi et que tu l'auras payé. Encore une fois, je suis désolé. Je pensais pouvoir changer. J'en étais persuadé. C'est amusant, oui, mais aujourd'hui, j'ai plus envie d'en pleurer. Ça me bouffe de l'intérieur, tu sais. Ça me tord les tripes, ça me glace le sang. Je vie avec cette angoisse permanente désormais. Toi qui me reprochais d'être, parfois, un peu trop paranoïaque. Si tu me voyais maintenant, tu en rirais. Je te revois encore, en haut des escaliers, m'adressant un signe de la main. Je t'avais dit que je reviendrais vite. Nous savions, l'un autant que l'autre, que je te mentais.

T'imaginer seule, face à mes cauchemars, les yeux exorbités par la peur, les vaisseaux dilatés et le cœur affolé … C'est terrible. Alors voilà. Je sais que tu ne recevras jamais cette lettre, c'était écrit ainsi, mais j'espère que cela n'a pas trop duré. Que tu as vite compris le sens de notre vie. Que tu m'as détesté, mais que tu as eu le temps de me pardonner. J'espère, j'espérais et j’espérerai toujours. Je t'aimais, Arizona, comme d'autres avant toi. En y repensant, si j'avais pris ma vie en main plutôt, aujourd'hui, tu serais encore avec moi. Lui, il aurait eu 7 mois. Nous aurions été heureux, dans ce monde ou dans un autre – Pour le meilleur, mais surtout pour le pire.

Je ne suis rien, le sais-tu ? Rien qu'un personnage très sombre …
Dans un univers haut en couleur.
Ephraïm.
About you
PSEUDO : Ephy.
ÂGE : 17 yo.
PERSONNAGE SUR L'AVATAR : Emiya Kiritsugu — Fate Zero.
COMMENT AS-TU TROUVÉ LE FORUM : Par hasard.
AUTRES : RAS.



Dernière édition par Ephraïm T. Severian le Ven 2 Aoû - 13:35, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: he is born again † Ephraïm   Mer 24 Juil - 19:55

Bienvenue sur Saotome :)
Les premières informations générales sont bien remplies, je te laisse donc finir en toute tranquillité.
N'oublies pas de mettre un avatar 200*400 pour pouvoir être validé, si tu ne peux pas en faire, n'hésites pas à demander aux membres !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: he is born again † Ephraïm   Jeu 25 Juil - 13:27

Merci, merci !
Fiche terminée /o/
Revenir en haut Aller en bas

avatar

MESSAGES : 1014

Infirmière Sexy

MessageSujet: Re: he is born again † Ephraïm   Jeu 25 Juil - 13:48

Il y a peu de faute, le fait que ton histoire soit écrite sous forme de lettre est très original et répond à toute nos attentes donc ... Tu es validé !
Tu peux désormais aller recenser ton avatar Et maintenant que tu fais partit de la famille il te faut rp, pour cela passe une demande, et qui dit rp dit lien alors n'oublies pas de faire ta relationship. De plus il est important que tu fasses une demande de logement histoire d'avoir un toit où dormir ! Et penses à regarder comment gagner des yens pour pouvoir t'acheter toutes sortes de choses. N'oublies pas de faire un tour du coté des news pour être au courant de tout et bien sûr la zone flood t'ouvres ses bras, mais attention aux abus ;)
Sur ce, bon rp sur le forum !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: he is born again † Ephraïm   

Revenir en haut Aller en bas
 
he is born again † Ephraïm
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Born to kill all lives...
» 02. You and I, we were born to die
» You and I, we were born to die - AZAZOU
» 05. Born to be bad
» « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saotome Gakuen :: The secrets moments :: Présentation des personnages :: Archivées-
Sauter vers: