Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

MESSAGES : 1014

Infirmière Sexy

MessageSujet: Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]   Jeu 25 Juil - 13:13

Six heures du matin s’afficher sur mon réveil, mais j’étais déjà réveillé  depuis déjà une demi-heure, mais je ne voulais pas me lever car depuis déjà deux ans je me lève sans hâte, sans me demander que vais-je faire aujourd’hui ou alors que pourrais-je programmer aujourd’hui, tout les jours un même cycle infernale s’installe je me lève de mon lit, je me prépare mon café avant de me diriger vers la salle de bain dans laquelle je passe à peu près une heure et demie, mais même la douche qui doit être un rituel, un moment de pure détente, mais même en prenant ma douche je pense à mon travail que je ne peux plus supporter qui n’est autre que le métier de strip-teaseuse je fais cela depuis l’âge de mes dix-huit ans tout ça à cause de mon père, depuis qui m’a parié sur un jeu de poker, je le déteste, je ne veux plus le revoir à cause de lui j’ai perdu mon petit frère, ma mère et mon demi-frère et même mes amies enfin sauf une, celle qui m’a prêté son appartement dans lequel je loge actuellement. Je venais de sortir de la douche, l’odeur de la framboise dominée la pièce, une fois sécher je suis sorti de la salle de bain, me dirigeant alors vers ma chambre afin de m’habiller, alors comme tout les jours, je ne peux pas m’habiller normalement sinon mon patron m’engueulera et je risque de me prendre quelques coups et je ne voulais pas subir cela une fois de plus. Ma tenue était assez osée c’était un pull blanc possédant un grand décolleté, avec une jupe écossaise grise, blanche et noire avec des collants noirs cette tenue serait mignonne et moderne, mais je devais pas en porter, donc il ne restait plus qu’à mettre mes chaussures, prendre mon sac et rejoindre le chauffeur qui m’attendait en bas dans sa voiture noire, ce dernier me regarde de temps à autre, mais sans avoir le regard pervers comme certains clients que j’ai eu « la chance » d’avoir. Et comme d’habitude aucune parole fit résonner la cage de métal, il conduisait et écoutait  la radio et cela s’arrête là, enfin la seule parole qui me dit à chaque fois c’est « On est arrivé » et à ce moment là je descends, entrant alors dans ma prison, mon pire cauchemar et évidemment le premier à m’accueillir était le patron et comme d’habitude il me prend par la taille et je déteste ça, après qu’il est fini son cirque je me dirige vers la salle d’entrainement au pole dance et contrairement à ce que les gens pourraient croire il y a aussi des hommes dans cette boite, soit il danse en compagnie d’une fille comme cela m’est déjà arrivé  ou alors ils dansent dans les salles VIP pour des femmes et quelques fois des hommes. Autant dire que cette boite est plus que spéciale, ici j’ai appris cela il y a quelques temps, si le client paye plus lorsqu’il réserve sa fille, ou qu’il réserve toute la soirée, cette fille en question devra se prostitué pour lui, et comme le dis souvent le patron le client est roi donc il choisit tout ce qu’il veut faire, pour l’instant cela ne m’est jamais arrivée, mais je crois que cela finira tôt ou tard par arriver et je souffrirais comme jamais je n’ais souffert étant donné que personne  ne m’a « touché » de cette façon.

Ma matinée d’entrainement était terminée et l’après midi consiste à se préparer,  donc le maquillage, le lait pour le corps, en général aux senteurs de fruits ou de fleurs, ensuite la coiffure et pour finir le parfum et la tenue. Pour mon cas, le maquillage est simple : mascara, eyeliner, fard à paupière à paillètes et pour finir le gloss  par rapport à certaine filles cela ce n’est rien, ensuite je mets un lait pour le corps senteur framboise pour ne pas changer et j’en mets absolument partout, pour la tenue ça sera des sous-vêtements en satin rose ornés de dentelle noire, plus une mini jupe rose qui laisser voir mon sous-vêtement et pour finir des talons aiguilles de la même couleur, rose, donc le sous-vêtement le plus visible était le soutien gorge. L’heure d’ouverture approchée et tout le monde devait se mettre en place, pour moi je devais danser sur le pole danse pendant deux heures  de dix-huit heures à vingt heures, autant dire que cela va être long, dès que le patron mis la musique et que la boite soit ouverte tout le monde qui se trouver sur le pole danse danser, il y a avait des couples sur les scènes, mais moi je dansais seule et ce n’est pas plus mal. Je voyais certaines filles partir dans les salles VIP avec leur client et plusieurs hommes se sont installés sur les différents fauteuils  entreposer autour de ma scène et me regarder danser tel des loups affamés, les deux heures passeront lentement très lentement. Après ses deux heures je voulais sortir, mais pas par la porte principale, je suis sorti par la porte de derrière au pas de course je n’en pouvais plus, je voulais pleurer, mais j’ai su retenir mes larmes. Une fois dehors je me suis assise sur un petit muret et je voyais la caméra de surveillance dans ma direction, donc il était devant ses écrans de  surveillance et bizarrement à peine deux minutes après un homme légèrement plus vieux que moi me pris le bras et me fit levé essayant alors de m’embrasser de force, je me débâtais comme je pouvais et je l’ai giflé par la suite, l’homme commença à s’énerver, il brandi sa main sur moi, je ne sais pas pourquoi, mais je vais le sentir passé, j’ai fermé les yeux apeuré de savoir ce qu’il allait me faire.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]   Jeu 25 Juil - 15:49



Il n'est jamais trop tard.
Pour réparer ses erreurs.
« Lâche-la. » Un silence lourd plana, après que sa voix tranchante, rocailleuse et mauvaise, se soit élevée. La scène semblait surréaliste et, pour tout avouer, il avait lui-même du mal à s'y retrouver. Tout ce qu'il savait, c'est qu'entre ses doigts serrés, il tenait fermement le poignet de cet homme qui s'apprêtait à frapper. Ses ongles, pourtant courts, s'enfonçaient sans peine dans la chair tendre de son bras, provoquant sur le visage de ce monstre un rictus de douleur et, relation de cause à effet, entraîna une lueur de contentement au fond de ses yeux sombres. Sortant de l'ombre, il réduisit la distance qui le séparait du « couple » en plein conflit, dévoilant son visage, mais aussi la cigarette qu'il avait au bout des lèvres. « Tu ne comprends pas. » Son regard restait encré dans celui du garçon qui le toisait sans pour autant obéir. Il était visiblement plus jeune que lui, ce qui, avouons-le, lui conférait un sentiment de nette supériorité, autant physique que psychologique. Habitué à prendre des coups, Ephraïm ne craignait pas d'avoir à en donner. « Baka. » Son accent natal persistait dans sa voix et les traits de son visage ne laissaient pas planer le doute quant à ses origines occidentales. Peut-être était-il effrayant, ce grand personnage sorti de nulle part, tout de noir vêtu, qui sait ? « Lâche. » Il lui retourna lentement, très lentement, le poignet, le forçant de ce fait à s'écraser, au sens figuré, mais aussi à s'incliner en arrière. La prise s'avéra plutôt efficace, puisque le jeune homme, totalement maîtrisé, lâcha prise, rendant à la demoiselle sa liberté, et se mit à débiter un flot d'injures sans doute incontrôlé. Le brun plissa les yeux. « Excuse-toi. » Le jeune japonais commença à se débattre comme une bête. Le pauvre garçon ignorait cependant que devant lui, se tenait un fort caractère qu'il ne fallait visiblement pas contrarier. Son poing s'abattit donc sèchement dans le visage de ce violeur de bas quartier qui, sous la violence du choc, tomba à plat ventre sur le sol de la ruelle. Ephraïm s'accroupit à son niveau et lui redressa la tête en le saisissant par les cheveux. Il le força ainsi à regarder sa victime. « Excuses. Maintenant. » Le garçon, du nez duquel perlaient quelques gouttes de sang, semblait effrayé et bredouilla quelques mots incompréhensibles en guise d'excuse, les larmes roulant sur ses joues sans qu'il ne parvienne à les contrôler. Le professeur le relâcha et se redressa, soupirant. Terrifiant. Sa voix caverneuse résonnant comme la promesse d'une sentence bien plus terrible que la mort. « Allez, casse-toi. Dégage. » L'agresseur se releva, trébucha et fila sans demander son reste, courant maladroitement et disparaissant au coin de la rue, sous le regard assassin de l'adulte.

Ce qui le chagrinait le plus dans cette histoire, c'est qu'il allait être considéré comme le « gentil ». Le sauveur venu aider la jouvencelle en détresse. Il était pourtant bien loin d'être un héros. Il avait agi par instinct, par réflexe plus que par gentillesse. Il le savait bien ou, du moins, il était parvenu à s'en persuader. Il n'adressa pas même un regard à la strip-teaseuse qu'il venait de sauver et mit les mains dans ses poches, avant de tourner les talons et de continuer sa route. Son regard baissé vers le sol, la fumée de la clope dans son sillage et sa démarche assurée, faisait en effet de lui un bien curieux personnage. Tout ce qu'il souhaitait maintenant, c'était rentrer chez lui, oublier ce nouvel épisode de sa vie et, pourquoi pas, s'envoyer une bouteille d'alcool. Quant à la demoiselle, elle venait d'éviter un viol, ou dieu sait quoi, mais elle s'en remettrait, assurément.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar

MESSAGES : 1014

Infirmière Sexy

MessageSujet: Re: Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]   Jeu 25 Juil - 19:31

Un sauveteur très étonnant
Pitiez restez
J'avais peur, qu'est-ce qu'il allait me faire? Me frapper dans tout les cas, mais pourquoi je suis sortie par la porte de derrière, si j'étais sortie par la porte principal, le gardien m'aurait protégé. J'avais toujours les yeux fermés, mais aucun coup n'est venu, j'ai alors ouvert doucement mes yeux et là un homme d'assez grande taille avait saisi le poignet et sa voix raisonna tel un orage raisonnant entre les montagnes « Lâche-la. » L'homme était grand et imposant, il devait être un peu plus vieux que moi, mais pas de beaucoup, des cheveux noirs corbeau, ses yeux devait être de la même couleur. Le jeune agresseur n'obéissait pas aux dires de l'autre homme « Tu ne comprends pas. Baka.»   Il avait un accent, cela s'entend facilement, mais j'ignore de quel accent il s'agit, l'homme lui demanda une seconde fois de me lâcher, il lui retourna lentement son poignet, la douleur pouvait se lire sur son visage et à vrai dire je n'aimais pas la violence, le jeune garçon a fini par lâcher mon poignet et ce dernier insulta celui qui venait de me sauver, mais il força le jeune homme à s'excuser « Excuse-toi. », mais il n'a pas obéit. Je venais de sursauter car le jeune homme venait de se prendre un magnifique coup de poing au niveau du visage, ce dernier tomba à plat ventre au sol, quelques gouttes de sang émanant de son visage pouvais être visible, l'homme s’accroupit alors à son niveau et lui fit redresser sa tête en le tirant par les cheveux, j'éprouvais un peu de peine envers se jeune homme, il le força à me regarder « Excuses. Maintenant. » et à ce moment là mon visage était à la fois triste et soulagé, mais malheureusement le jeune homme dit une rivière de mots presque incompréhensible, l'autre homme relâcha alors mon agresseur ce dernier ayant pris peur, tomba une nouvelle fois en se relevant, mais il finit par partir. Quant à mon sauveur se dernier tourna les talons continuant son chemin comme si de rien n'était, il ne m'a même pas adresser un seul regard, j'ai fait quelques pas essayant d'attraper sa manche, mais une voix me stoppa nette. « Eh ! Vous ! » Mon patron qui s'adressait à l'homme qui venait de me sauver, je pense qu'il a dû tout voir depuis son écran de surveillance. « J'ai tout vu et je vous en suis très reconnaissant, laisser moi vous remerciez comme il se doit !  »    Il me prit par le bras et m’emmena   vers l'homme en question et me lâcha brutalement, je voyais que cela ne plaisait pas du tout  à cet homme, je lui ai doucement pris le bras, essayant de lui adresser un léger sourire et contrairement à d'autres filles je n'embellissais pas ma voix elle était aussi naturelle que l'air que je respire aujourd'hui « S'il vous plait....suivez moi » J'ai alors marché en direction de la porte et le conduis dans une salle VIP, au moins on pouvais être au calme, des boissons étaient à notre disposition, je fis asseoir l'homme sur le canapé, me tenant debout devant lui, sincèrement je détestais se métier et cela pouvait se voir très facilement. « Que désirez-vous en guise de remerciement? Une danse, juste ma compagnie ou bien....mon corps? » Je tremblais, le dernier mot me perturbais plus que tout, j'espère que cet homme n'est pas comme ses autres pervers.






_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]   Jeu 25 Juil - 21:30



Il n'est jamais trop tard.
Pour réparer ses erreurs.
La voix s'éleva, comme une piqure de rappel. D'ailleurs, Ephraïm se stoppa, net. Instinctivement, il savait que cette exclamation lui était destinée. Cela semblait être une évidence. « Écoutez, je … » Il fit volte face et regarda l'homme s'approcher. Ce dernier tenait fermement la demoiselle qu'il venait de sauver. Il semblait la lui présenter comme un trophée de chasse. Il devait sans doute être quelqu'un de haut placé dans le système, voire même, pourquoi pas le patron de la boite. Cela se voyait à sa carrure, à sa prestance et surtout à son air assuré, hautain, détestable aussi. Le professeur serra les poings, sentant tout son être se crisper inutilement. Ce genre de personne ne montait pas bien haut dans son estime et pourtant, le pauvre jeune homme en avait côtoyé des bien pires et des semblables. La demoiselle approcha et ce fut la première fois qu'il posa le regard sur elle. D'abord attirés par sa tenue aguicheuse, ses yeux remontèrent bien vite le long de son corps pour se fixer sur son beau visage de poupée. C'est qu'il en avait presque oublié le métier de la jouvencelle et le lieu devant lequel tous trois se tenaient. Il secoua négativement le visage. « Je n'ai pas besoin, ni envie, de … » Déjà, la jeune femme posait sa main sur son bras. Il regarda la main posée sur lui et frissonna. Elle avait de belles mains. Sans doute était-elle forcée de prendre soin d'elle à ce point ? Sans lui laisser le temps de protester une nouvelle fois, la demoiselle l'entraina à l'intérieur de cette caverne d'Ali Baba des pervers de la haute et il la suivit sans grande conviction. A peine eut-il franchit le pas de la porte que déjà, la musique assourdissante lui agressa les tympans. Des poles danseuses et poles danseurs se trémoussaient au rythme de cette dernière. Les lumières aveuglantes, les bruits, les murmures, les cris, les sifflements, les glissements des doigts des danseurs le long des barres de strip-tease. Trop de lumière, trop de bruit. Trop de froissements de tissus, de cliquetis de bijoux, de ricanements satisfaits, de râlements de contentement, tous plus répugnants les uns que les autres. Ephraïm baissa le regard. Il détestait cet endroit. Trop de tout. Un mal de crâne le prit soudainement. Il avait honte d'être là et envie de vomir de se savoir dans cette situation. Il était ridicule. Du moins, il se trouvait ridicule.

Quand ils arrivèrent dans le salon privé, il se détendit un peu. Cette soudaine intimité était presque rassurante. Il se laissa tomber sur le canapé et la dévisagea un instant, ignorant quoi répondre à un tel questionnement. Elle faisait tout cela par contrainte, c'était visible, cela se voyait comme un nez au milieu de la figure. Néanmoins il conserva un air dur sur son pâle visage, impassible au possible. Son regard, froid, restait fixé dans celui de la jeune femme, sans jamais en dévier. Pénétrant et terrifiant regard qu'un œil comme le sien, où la pupille se mêlait à l'iris sombre. « Écoute. » Le même ton autoritaire employé précédemment avec l’agresseur transparaissait dans sa voix tranchante. Mal à l'aise, il passa une main dans ses cheveux et inspira profondément. Quand il reprit, ce fut avec une douceur modérée. « Je … Je ne veux pas de tout … ça. »  Il se redressa, inclina le buste en avant et se massa les tempes. « Je ne t'ai pas aidé pour être récompensé, d'accord ? C'était juste … Un réflexe idiot. Voilà. » Il redressa le visage et la fixa. « Un simple réflexe. »

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar

MESSAGES : 1014

Infirmière Sexy

MessageSujet: Re: Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]   Jeu 25 Juil - 22:18

Un sauveteur très étonnant
Pitiez restez
Nous étions tout les deux dans cette salle VIP assez luxueuse je dois dire, il y avais un grand canapé, une table basse en verre, une mini-scène avec une barre de strip-tease et un peu plus loin un lit, de toute manière les salles VIP se ressemble toutes. Mes yeux étaient plongés dans ceux de cet homme et j'avais presque l'impression qu'il éprouvait de la haine envers moi, son regard était si froid, mais j'essayais de ne rien laisser paraître, c'est alors que ce dernier brisa le silence qui s'était installé dans la pièce.« Écoute. » Un ton grave et autoritaire comme tout à l'heure, je crois vraiment qu'il m'en veux. « Je … Je ne veux pas de tout … ça. » Mon regard c'est alors agrandit j'en croyais pas mes oreilles, il ne voulait rien, absolument rien, je n'avais encore jamais eu de client comme ça et sincèrement cela me soulager, l'homme se massa les tempes avant de reprendre. « Je ne t'ai pas aidé pour être récompensé, d'accord ? C'était juste … Un réflexe idiot. Voilà. » il redressa alors son visage et il me fixa à nouveau. « Un simple réflexe. »  
Mon paupières étaient encore grande ouverte, ce qui prouve mon étonnement, en général j'ai le droit au « Je veux une danse !» ou ils me demandent de m'asseoir sur eux et j'ai le droit à des attouchements qui me répugne. Je me suis doucement mise à côté de lui en m’asseyant sur le canapé, j'étais légèrement de biais, tout en gardant mes légers traits de surprise, je l'ai regardé laissant alors un côté de ma longue chevelure se placer devant un bonnet de mon soutiens gorge. « Vraiment....vous ne voulez rien.... »  Ma voix était tremblante, j'avais l'impression que mes yeux allés pleurer, ils me piquaient. « Mais, si je ne vous fait rien....mon patron me passera à tabac.... » Je détournais le regards, plusieurs souvenirs revenaient défiler dans ma tête, le jour où j'ai su que mon père m'avait parié sur un jeu de poker, les jours où mon patron me frapper  quand je voulais partir ou quand je faisais ce qui lui plaisait pas, toujours tête baissée, une larme vint coulé le long de ma joue, j'ai alors redressé vivement ma tête, essuyant à la hâte cette larme, mais d'autres revenaient.« Je....je suis désolée, vous....vous n'avez rien vu... » Je me suis précipité vers la petite commode où était posé une boite de mouchoirs j'essuyais mes larmes, mais elles ne s'arrêtaient pas j'ai posé mon poing sur la commode pleurant alors en silence, mais certains songs étaient audible.






_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]   Mar 30 Juil - 12:47



Il n'est jamais trop tard.
Pour réparer ses erreurs.
Il se faisait distant. Incroyablement distant. Et quand elle vint se poser à ses côtés, il ne broncha pas et se contenta de la suivre du regard. Il ne s'attendait pas à pareille réaction de sa part. Dans son esprit, elle aurait dû être soulagée et ravie de ne pas avoir à se dandiner pour un parfait inconnu. Apparemment, son comportement et son refus la terrifiait. Ou en tout cas, les représailles qui l'attendaient. Il savait ce que c'était et comment fonctionnait le système -pour cause-, mais il avait espéré un peu naïvement que cela serait différent pour elle, sans doute. Son patron était réellement une pourriture. Une pourriture comme son propre frère. Ephraïm serra les dents. Il ne devait pas penser à cela. Il remarqua alors la larme roulant sur la joue de la demoiselle et essaya de rester stoïque devant cette réaction. En vint, puisqu'il laissa un soupire de lassitude lui échapper. C'était dingue de voir à quel point les gens de son entourage pouvaient être malheureux. Il était réellement un aimant à poisse. Il ouvrit la bouche pour lui dire je ne sais quoi, mais rien ne vint. Il ignorait comment lui parler ou la réconforter, il était véritablement nul pour cela. Alors il la regardait, impuissant, s'excuser et s'éloigner vers la commode. Elle avait peur de ce qui l'attendait. C'était normal. De plus, elle était jeune, mais la pauvre devait avoir la sensation que sa vie toute entière était foutue. Il levait les yeux vers le plafond et distinguait, dans un coin de la pièce, le petit rond noir de l'objectif d'une caméra de surveillance. « Eh merde. » L'injure à peine audible s'étouffa dans sa gorge. Souvent, dans les clubs de ce genre, des vigiles surveillaient ce qu'il se déroulait dans les chambres. Néanmoins, ces petits engins ne captaient pas le son. Autrement dit, ils voyaient sans entendre. Cette pensée le rassura légèrement. Il n'avait plus qu'à jouer la comédie et le patron de la jeune femme serait persuadé qu'elle faisait correctement son boulot. Il se releva lentement et s'approcha d'elle en silence, mais menaçant. Du moins, c'est ce qu'il voulait faire croire.

Arrivant juste derrière elle, il fit lentement glisser ses doigts le long de son bras et se pencha en avant, comme s'il lui embrassait le creux du cou. Pourtant, il n'en fit rien et approcha seulement ses lèvres de son oreille pour lui murmurer quelques indications. « Arrête de pleurer avant qu'il ne remarque quoique ce soit. Fais moi confiance. » Il recula d'un pas et mit une main sur la joue de la jeune femme de manière à orienter son visage de trois quart par rapport à la caméra. Qu'ils regardent donc ! Avec lenteur, il baissa le visage vers elle et posa ses lèvres sur les siennes, sans aucune douceur particulière, mais avec un profond respect. Il prolongea le baiser suffisamment longtemps pour être crédible, sans jamais l’intensifier, restant aussi froid que possible, malgré la proximité. Finalement, il finit par reculer légèrement le visage et leva les yeux vers l'objectif. L'extrémité du canapé était un angle mort. Il lui saisit donc les poignets et l'attira à lui, glissant ses mains dans le bas de son dos et dissimulant son visage dans son cou. N'importe qui aurait pu croire qu'il l'embrassait encore. « Je suis désolé. » Il la prit par la taille et la souleva aisément du sol. La gardant contre lui, il se dirigea vers l'angle mort. Passer pour un pervers ne lui plaisait absolument pas. Aussi, dès qu'il fut certain que la caméra ne pouvait plus les repérer, il la déposa sur la partie, non visible à l'écran, du canapé. Se redressant face à elle, il croisa son regard. Malgré la gêne ressentie, il restait au maximum impassible. Aucun sourire ne vint d'ailleurs illuminer son visage : cette situation ne lui plaisait pas. Il se risqua donc à lui parler une nouvelle fois, avec cet air de si bien savoir de quoi il parlait. « Ce n'est pas en te mettant, en train de pleurer, bien en vue de ton patron, que tu éviteras de te faire passer à tabac. Tu dois te montrer prudente avec ces pourritures, si tu veux te tirer un jour. » Il la regardait dans les yeux, comme si tout ce qu'il avait fait précédemment n'avait pas existé. Ce n'était pas totalement faux, ce n'était qu'une mauvaise pièce, une simple comédie.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar

MESSAGES : 1014

Infirmière Sexy

MessageSujet: Re: Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]   Mar 30 Juil - 15:06

Un sauveteur très étonnant
Pitiez restez
Mes larmes coulaient encore et encore et je n'arrivais pas à les arrêtées, j'avais peur des représailles que j'aurais une fois que mon patron viendra me chercher, je n'osais même pas imaginer ce qu'il me ferait, mais tout à coup  mon corps eu un frisson lorsque l'homme fit glisser ses doigts le long de mon bras et je sentais un faible souffle sur ma nuque, que faisait-il ?  « Arrête de pleurer avant qu'il ne remarque quoique ce soit. Fais moi confiance. » Qu'il? Non il n'y a pas de camera dans cette salle, à moins que..qu'il n'en a fait installé une, non ce n'est pas possible je suis vraiment qu'une abrutie, je ne m'en suis même pas rendu compte. L'homme recula d'un pas et à se moment là il mit sa main sur ma joue et tourna doucement ma tête de trois quart et j'ai aperçu la fameuse caméra et je ne l'avais jamais vu auparavant, c'est alors que je me suis mise face à lui ayant un regard coopératif. Gardant sa main sur ma joue, il baissa lentement sa tête vers la mienne jusqu'au moment où ses lèvres touchèrent les miennes, mes paupières se sont ouvertes, ceci était pourtant un faux, mais ses lèvres étaient sur les miennes et celles-ci ne lâchèrent  leur prise qu'après un long moment, son regard venait de me faire comprendre qu'il faisait la comédie pour que je n'ai aucune représailles, il est gentil en fin de compte et je devais en faire de même pour faire croire à ceux qui sont derrière la caméra qu'il en profite. Après avoir jeté un regard vif à la caméra, il me saisi le poignet et me tira vers lui, m'enlaçant alors,  ses mains se plaça sur le bas de mon dos et il nicha son visage dans le creux de mon cou, quant à moi, j'ai passé mes bras par dessus ses épaules, faisant rejoindre mes mains derrière la nuque du jeune homme, laissant alors ma tête partir en arrière, ils pourraient croire qu'il m'embrasse et que moi j'y prend du plaisir, mais se qu'ils oublient c'est que ça fait deux ans qu'on m'enseigne à mentir sur mes émotions et mes expressions, c'est alors qui murmura dans le creux de mon cou.  « Je suis désolé. » C'est alors que ses mains ont saisit ma taille et il me souleva du sol, je me suis alors accroché à sa nuque, enroulant alors mes jambes autour de son bassin, mon corps était dangereusement contre celui du jeune homme, il se dirigea vers une extrémité du canapé, une fois arriver à cet endroit, il me déposa sur le canapé, à mon avis la caméra ne pouvait pas nous voir, j'ai alors regardé honteusement l'homme. « C'est à moi de m'excuser, à cause de moi vous faites des choses qui vous répugne, cela se voit facilement....je ne vous cause que des ennuies »
Nos regards restèrent plongés l'un dans l'autre et le jeune homme ne resta pas silencieux très longtemps.  « Ce n'est pas en te mettant, en train de pleurer, bien en vue de ton patron, que tu éviteras de te faire passer à tabac. Tu dois te montrer prudente avec ces pourritures, si tu veux te tirer un jour. » Ce qu'il dit n'était pas faux, mais j'ignorais qu'il y avait une caméra ici, je ne le savais pas, j'ai baissé ma tête honteusement. « Je le sais, mais j'ignorais qu'il y avait une caméra ici, elle n'y était pas avant et puis ...de toute façon je ne pourrais jamais sortir d'ici» Je le regardais avec un peu de mal, notre petite comédie a dû lui faire un certain effet, et tout ça c'est à cause de moi, je suis vraiment désolé pour lui, je suis qu'une pauvre abrutie j'aurais dû m'en rentre compte plus tôt. « Je suis désolé, à cause de moi vous avez dû faire cette scène et je suppose que vous avez dû lutter contre certaines pulsions. Peut-être d'ailleurs qu'elles sont encore présente par ma faute » J'ai baissé une fois de plus ma tête. « Et pourtant depuis mes 17 ans, il me disait toujours de faire attention à ce qui m'entourait, de mentir sur mes sentiments et mes émotions et il trouvait toujours un moyen pour que je m'en souvienne, mais faut croire que j'ai oublié  » Je ne me suis même pas rendu compte de suite que je venais de révéler l'âge au quel j'ai été obliger de faire se travaille, enfin qu'est-ce que ça peut lui faire, il doit s'en foutre comme tout les autres.





_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]   Ven 2 Aoû - 18:42



Il n'est jamais trop tard.
Pour réparer ses erreurs.
HJ ; je passe au « je », pour essayer :D

Je la regardais fixement, un sourcil haussé, la mine un peu hautaine bien que mon regard soit resté inexpressif. J'avais cette curieuse tendance à adopter des réactions et des apparences qui ne me correspondaient pas, mais qui pourtant, faisaient partie intégrante de ce que j'étais. Je la dévisageais et n'importe qui aurait trouvé mon attitude déplacé. Loin de moi cette idée, je ne faisais que l'analyser, pour essayer de mieux la comprendre. D'ailleurs, il me semblait déjà la connaître, comme si nous avions passé des années ensembles. Cette fille était courageuse, mais elle manquait de volonté. Sans doute à bout de force, elle avait les ressources nécessaires pour se tirer de cet endroit, mais ne le savait pas et là était son point faible. Je soupirais et jetais un nouveau regard vers la caméra, jusqu'à ce qu'elle reprenne parole. Je la regardais baisser la tête et croisais les bras sur mon torse, attendant sa justification comme un prof l'aurait fait avec un élève. Pourtant, ce soir, je n'étais pas réellement dans la peau du professeur d'anglais exigeant. Loin de là. Je l'écoutais me déballer sa vie et ses justifications en silence. Quand elle eu fini, je soupirais et lui répondis, d'abord d'une voix relativement mauvaise. « Je te trouve bien prétentieuse, jeune femme, de penser qu'il suffit d'être vêtue aussi légèrement que tu ne l'es, pour me faire de l'effet, comme tu le dis si bien. » Je m'approchais d'un pas et m'installais accroupi face à elle, les bras reposés sur mes cuisses, la dévisageant toujours. « Pour avoir des pulsions, il faut déjà avoir des sentiments. C'est comme ça que je fonctionne en tout cas. Mais tu as raison, agir ainsi ne me plait pas. Cela ne me ressemble pas. » Je jetais un coup d’œil à ma montre et repris. « Dans à peu près 20 minutes, je pourrai partir d'ici. Ça nous laisse un peu de temps pour faire connaissance. » Je relevais les yeux vers elle et redressais le visage. J'avais l'impression de lire en elle comme dans un livre ouvert.

« On pourrait croire que tu n'as pas envie de partir d'ici … Tu es trop faible, tu n'as aucune volonté ! C'est pathétique, tu sais. » Je me relevais et la toisais un instant. Je ne la jugeais pas, je l'évaluais. Pourrait-elle quitter cet endroit ? Seule, elle n'y arriverait pas et, je savais d'instinct que, je n'étais pas celui qui pourrait l'aider. « 17 ans tu dis ? C'est jeune. Trop jeune pour entrer dans le système, je te l'accorde. » Je secouais négativement la tête, en signe de désapprobation. « La vie est injuste et les choses ne devraient pas être ce qu'elles sont, c'est vrai, mais … » Je me déplaçais sur le côté et allais m'adosser au mur, les mains dans les poches de ma veste, la regardant toujours. Pour une fois, j'avais un public à l'écoute et, qui plus est, quelqu'un qui parviendrait peut-être à me comprendre. « Il ne tient qu'à toi de faire bouger les choses. Je suis entré très jeune dans le système et j'en suis sorti très tard. Pourtant, aujourd'hui, je suis là, libre de faire ce que je veux … » J'avais baissé les yeux vers le sol, pensif. Après quelques secondes, je soupirais. « Je ne sais rien de ce que tu as vécu, mais je sais qu'il y a toujours un moyen d'en sortir … Il faut juste y croire. » J'évoquais là la possibilité de s'enfuir, mais également celle du suicide. Personnellement, je n'avais jamais écarté cette idée et elle continuait encore aujourd'hui à hanter un coin de mon esprit. « Puis, tu sais, apprendre à mentir sur ses sentiments et ses émotions, c'est bien, mais savoir les contrôler et les écouter, c'est sans doute mieux. » Cette fois, je me tus et passais une main sur mon menton, la regardant toujours avec ce même regard vide d'expression et les traits toujours aussi impassibles. Elle n'avait pas besoin d'en savoir plus sur moi et j'en avais déjà trop dit, néanmoins, j'espérais lui avoir redonné un peu d'espoir. J'aurais ainsi au moins fait plus d'une bonne action pour la journée.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar

MESSAGES : 1014

Infirmière Sexy

MessageSujet: Re: Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]   Ven 2 Aoû - 22:03

Un sauveteur très étonnant
Pitiez restez
L'homme n'arrêta pas de me fixer du regard, c'était à la fois gênant et oppressant, il m'en voulait et ça je le comprends très bien, son regard me brisé, a vrai dire j'avais l'impression qu'il me jugeait, en fin de compte il est comme les autres, il me juge à cause de ce travail et sûrement à cause des mes postures et de mes tenues. L'homme soupira une fois de plus et m'adressa alors la parole avec une voix grave. « Je te trouve bien prétentieuse, jeune femme, de penser qu'il suffit d'être vêtue aussi légèrement que tu ne l'es, pour me faire de l'effet, comme tu le dis si bien. »  Il s'approcha et s'installa en face de moi, accroupi, les bras reposés sur les cuisses et il me dévisageait, depuis le début je n'ai le droit qu'à ça. « Pour avoir des pulsions, il faut déjà avoir des sentiments. C'est comme ça que je fonctionne en tout cas. Mais tu as raison, agir ainsi ne me plaît pas. Cela ne me ressemble pas. »  Des sentiments dit-il ? Pour l'instant je n'ai jamais rencontrer se genre de sentiments et puis pour le fait qu'il n'aimait pas ça, cela se voyait comme le nez au milieu de la figure, restant dans sa posture il regarda sa montre avant de me regarder une fois encore.  « Dans à peu près 20 minutes, je pourrai partir d'ici. Ça nous laisse un peu de temps pour faire connaissance. »   Pour faire connaissance ?  Il croit vraiment que je vais pouvoir lui dire tout ce qu'il s'est passé ? Je ne connais rien de lui et puis la façon dont il me regarde et me juge, m’effraie plus qu'autre chose.

« On pourrait croire que tu n'as pas envie de partir d'ici … Tu es trop faible, tu n'as aucune volonté ! C'est pathétique, tu sais. »  Cette phrase me fit ouvrir grand mes paupières, son jugement m'énerver, il ne me connais pas et il se permet de me dire ça sans connaître mes actes, je serrais mes points sur mes cuisses et je l''ai regardé, mon regard devenait colère. « Taisez-vous ! Vous ne savez rien de moi » Ma voix devenait froide et remplit de colère et de tristesse. « Vous croyez que je n'ai jamais voulu m'enfuir d'ici ?! Je l'ai fait ! Plusieurs fois pendant deux ans en vain, on me retrouver toujours et à chaque fois ma punition était plus sévère. Mais maintenant je ne tente plus rien, c'est fini, après tout être vendu signifie bien que nous n'avons aucune valeur. »  Parier et vendre était devenu pareil au fil des années, mon père ne tenais pas à moi, il ne tenais à personne, je l'écoutais toujours, mais mon regard avait complètement changé il était froid, emplit de colère et de tristesse, un regard sans vie, en l'écoutant je croyais qu'il avait subit a peu près les mêmes choses que moi.

L'homme se trouver alors adossé contre le mur, les mains dans les poches, il évoqua trois phrase avant de se taire, je restais tête baissée, resserrant mes poings sur mes cuisses. « C'est vrai vous ne savez rien, vous ne savez pas ce que ça fait d'être parier, d'être prise pour un objet, d'avoir un travail qui vous répugne ou peut-être si car à vous entendre vous avez connu pire que moi »  C'est à ce moment que j'ai relevé ma tête le regardant alors avec un regard sans vie, le regard d'une personne qui allait faire une erreur irréfutable. « Excusez-moi, je n'ai pas a vous rappelez de mauvais souvenirs, je vous ai déjà assez ennuyer et je le sais.....je ne peux pas vous retenir, je sais que vous voulez partir, alors faite le....je ne vous retiens pas de toute façon....je vous dégoûte alors pourquoi rester ici...hein... ? »

Je me suis alors lever de ma place marchant de façon normal, mais quelque chose laisser voir que j'aillais faire une certaine chose.





_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]   Jeu 22 Aoû - 20:12



Il n'est jamais trop tard.
Pour réparer ses erreurs.
Pourrais-je dire "oups" ? Je le reconnais, j'y étais allé un peu fort et j'étais dans le même temps peut-être allé un peu trop loin. Néanmoins, je ne regrettais aucune parole, car malgré le fait qu'elle ne soit pas particulièrement encline à les écouter, elle avait entendu ce que j'avais à dire et y réfléchirai sans doute, dans son coin, à tête reposé. Au fond, c'est à peu près ce qui m'était arrivé. J'avais sans doute plus d'expérience qu'elle à ce niveau là. Je fermais les yeux, prêt à encaisser ses dires sans broncher. Le trafic d'être humain. En voilà une chose dont personne n'osait jamais parler et qui pourtant existait, là, juste sous notre nez. Sentant mes doigts se crisper, je me forçais à respirer plus calmement. Je m'emportais vite à chaque fois que j'évoquais ce délicat sujet. J'en apprenais ainsi donc un peu plus sur la vie de la demoiselle que j'avais plus ou moins sauvé. Deux ans passés à essayer de se sauver et des punitions certainement à la hauteur du personnage qu'était l'homme dirigeant la boite. Puis le fait d'être vendue. Elle avait d'ailleurs utilisé la première personne du pluriel et, au fond, même si j'ignorais à qui exactement elle faisait allusion -sans doute à ses "collègues" et elle-, je m'identifiais facilement à ses paroles et cela suffit à me faire frissoner. J'étais stupide. Quand elle reprit parole, j'ouvris les yeux et croisais son regard. La pauvre enfant était désespérée et, comme à mon habitude, je l'entraînais vers le fond. Elle s'excusa enfin d'être la cause de ma présence en ces murs et je baissais le visage vers le sol, secouant négativement la tête. « Je reste ici, parce que sans ça, ils comprendront notre petite farce et je ne veux pas avoir ta … correction, sur la conscience. » J'avais dit ça égoïstement, mais dans l'absolu, c'était basé sur une bonne intention. En restant, je m'assurais qu'ils la laissent un minimum en paix. Je relevais alors le regard et c'est là que je la vis, en plein déplacement.

Je ne sais pas trop ce qui me passa par la tête à ce moment-là, mais je me détachais brusquement du mur et lui saisis le poignet pour l'attirer à moi. Juste à temps d'ailleurs. Je sentais son visage contre mon torse et gardais une main autour de son poignet, tandis que mon autre bras entravais ses mouvements en lui entourant les épaules. Je m'assurais ainsi qu'elle ne bouge pas. « Idiote ! » Je serrais les dents. « Tu allais te faire griller là ! Réfléchis avant d'agir, n'oublie pas cette putain de caméra ! Et puis … » Je baissais lentement le regard vers elle, radoucicant ma voix comme jamais je ne l'avais fait précédemment. « Tu ne me dégoûtes pas : tu ne m'attires pas, c'est radicalement différent. Tu es jeune, tu es belle, tu as la vie devant toi. Mais laisse-toi une chance. » Je relâchais la pression de j'exerçais sur son poignet et lui rendais sa "liberté" en reculant d'un pas. Passant une main dans les cheveux de la demoiselle, je lui remettais une mèche de cheveux derrière l'oreille, froidement, mais d'un geste presque tendre. « Aujourd'hui, j'ai sauvé une parfaite inconnue, ce qui est totalement contraire à mes habitudes. Alors, tu n'as qu'à voir ça comme un signe du destin. » J'esquissais un faible sourire moqueur. Je ne croyais pas du tout en ce que beaucoup appelaient "le destin", néanmoins, si cela pouvait me permettre de ne pas avoir un suicide sur la conscience, alors, je voulais bien essayer. « C'est quoi ton nom ? » Finis-je par lui demander, plus par politesse qu'autre chose.

FICHE ET CODES PAR RIVENDELL
Revenir en haut Aller en bas

avatar

MESSAGES : 1014

Infirmière Sexy

MessageSujet: Re: Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]   Sam 24 Aoû - 19:37

Un sauveteur très étonnant
Pitiez restez


Je m’apprêtais à sortir de la pièce, j'étais sûre de me faire battre une fois de plus par le patron, m'expliquant mainte et mainte fois le règlement et le fait que je lui appartenait et que mon but était de donner du plaisir au client rien d'autre tout en m’énonçant  les différentes choses que je pouvais faire...je n'aimais pas entendre ses mots, ils étaient si...cru et horribles, mais bon je ne pouvais pas obliger cet homme à rester ici, s'il ne voulait pas, mais bizarrement ce dernier m'avait soutenu qu'il devait rester pour la simple et bonne raison de ne pas avoir ma "correction" sur sa conscience, sur ce point là c'était dit de manière un peu égoïste, mais au moins...il avait un légère pensée pour moi.
Tout à coup l'homme me saisi le poignet, m'attirant alors vers lui, mon visage se trouver contre son torse et son autre bras entourait mes épaules, je ne pouvais en aucun cas bouger. « Idiote ! Tu allais te faire griller là ! Réfléchis avant d'agir, n'oublie pas cette putain de caméra ! Et puis … »   Encore ce même ton, cet homme est vraiment quelqu'un d'autoritaire, était-il énerver en permanence ? Pour l'instant je le pense vraiment, je n'osais même pas le regarder en face. « Tu ne me dégoûtes pas : tu ne m'attires pas, c'est radicalement différent. Tu es jeune, tu es belle, tu as la vie devant toi. Mais laisse-toi une chance. » J'ai ouvert un peu plus les paupières, laissant voir un regard un peu perturbé, sa voix s'était adoucie, mes joues prirent une teinte légèrement rosées, ses mots n'étaient pas sans impact, sa phrase en elle même me faisait un peu plaisir, quasiment personne ne m'avait dit ça avant, la posture dans laquelle je me trouvais me rappelait celle que j'avais souvent auparavant avec mon grand frère Luka, lorsque j'étais triste il me prenais contre lui à peu près de la même manière, ce qui est étonnant c'est que je me sentais aussi bien que lorsque je me trouvais contre mon frère. L'homme se décala alors d'un pas, passant une de ses mains dans mes cheveux, replaçant alors une de mes mèches derrière mon oreille, ce geste me fit rougir que très peu. « Aujourd'hui, j'ai sauvé une parfaite inconnue, ce qui est totalement contraire à mes habitudes. Alors, tu n'as qu'à voir ça comme un signe du destin. »   Il esquissa un sourire assez spécial d'ailleurs, je crois bien qu'il est septique par rapport aux signes du destin, je n'y croyais pas spécialement non plus, mais bon. J'ai détourné le regard tournant légèrement ma tête vers la droite. « C'est quoi ton nom ? »  Pouvais-je vraiment lui faire confiance ? Après tout je ne le connais pas, enfin je n'ai rien à perdre. « Watanabe....Watanabe Risa»J'ai hésiter avant de recroiser son regard et de lui demander par la même occasion, après j'ai bien le droit de connaitre son nom...« Et vous?»







_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un sauveteur très étonnant [PV Ephraïm]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour une occasion très spéciale !
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» Des animaux très curieux .
» Une blague très raffinée
» Un jeu très bien =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saotome Gakuen :: Archives :: Partitions perdues :: Archives RPs-
Sauter vers: