Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 {.pv Hime} despair

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: {.pv Hime} despair   Sam 5 Mar - 23:02

Le temps passe si lentement. C'est ce que tu te disais en regardant la pendule, les secondes te semblait des minutes et les minutes des heures. Tu n'arrivais plus réellement à te situer dans quoi que ce soit, tu te demandais même si à force c'était inquiétant ou non. Au final tu passais vite à autre chose car le temps qui passe n'était plus vraiment l'un des éléments qui te préoccupais le plus. Pour pas changer, t'étais dans ton bureau, fouillant les moindres recoins des codes du site web que tu venais de finir. On ne pouvais nier le fait que tu avais quand même du talent et au delà de tes problèmes à t'exprimer, tu restais dans tout les cas un surdoué incompris. Encore une fois c'est ce que tu pensais. Tu avais grandis depuis ces années difficiles mais tu ne voulais plus te risquer à finir déçu ou trompé par une personne qui t'aurais semblé digne de confiance.

Et pourtant, tu n'arrêtais pas d'y penser, à cette personne qui pourrais changer ta vie, qui pourrait te faire voir une autre facette de ce monde injuste. T'y rêvais sans cesse, mais pour toi cela restait un rêve, un grand désir et rien d'autre. Tu ne pensais pas qu'un jour cela pourrais arriver. Tu restais effectivement négatif, tu avais pris l'habitude de ne plus rien voir du bon côté à force de rester dans le noir éloigné de tous. Tu n'avais pas la volonté pour te bouger toi-même de cette vie qui pour l'instant ne faisait que creuser d'avantage le fossé qu'il avait entre toi et les personnes du dehors. Tu te sentais comme un extraterrestre qui ne pouvais pas prendre l'apparence d'un humain, une créature qui ne pouvait que rester en dehors de tout ça.

Tu ne pouvais pas dire que cela ne te faisais pas mal, bien au contraire... Tu restais vraiment difficile sur ce point là mais on ne pouvais pas te reprocher grand chose désormais... à pars peut-être ne pas faire l’effort d'aller vers les autres. Pourtant, c'est pas faute à ton patron d'avoir déjà essayé plusieurs fois. Il t'avais souvent invité à venir boire un verre, le rejoindre lui et ses potes à une fête ou juste aller manger une pizza. Au fond c'est pas l'envie qui te manquais mais tu avais la sale habitude d'à chaque coup dire non. Et comme ton patron ne te poussais jamais ou du moins ne faisait pas en sorte d'appuyer ses propos... Tu rentrais toujours chez toi ou restais tout simplement dans ton bureau, le cœur battant toujours d'une allure impressionnante. Heureusement pour toi, parler au téléphone n'était pas impossible mais...

Tu avais toujours peur d'une mauvaise nouvelle ou que l'on t'engueule pour une raison particulière. Tu étais quelqu'un d'intelligent et réfléchis mais... Oui, parfois tu réfléchissais bien trop ou ne prenais pas le temps de bien analyser le bon côté des choses. Aujourd'hui, pour toi cela restait une journée comme les autres à l'exception que l'on était samedi. Ce qui ne changeait pas pour autant les choses. Certains vont faire la fête, d'autres une sortie sympathique entre amis ou voir de la famille. Toi tu restais encore et toujours assit sur ta chaise. Elle était heureusement assez confortable pour ne pas t'apporter un sentiment d'inconfort, tu restais avachis dessus à soupirer. Ce site web tu venais de le finir et tu n'avais maintenant plus rien à faire.

Tu avais envie de te commander une pizza sur le coup parce que cette fois-ci t'avais pas envie de faire à manger et dans tout les cas il n'y avait pratiquement plus rien dans les placards qui pourraient satisfaire ton estomac. Estomac qui comme d'habitude se tordait légèrement sous l’inquiétude que tu ressentais quotidiennement.  Alors que tu t'apprêtais à te lever pour te diriger vers ton téléphone, celui-ci se mit à sonner tout seul. Ce qui te faisais vite sursauté sur le moment, ton cœur ayant fait un grand bond dans ta poitrine. Tu te calmais, un soupir passant tes lèvres. Tu finissais par décrocher et tu te détendais que très peu lorsque tu entendais la voix de ton patron. Il allait très certainement essayer encore de t'inviter à une fête et comme d'habitude tu allais refuser. Mais contrairement à toute attente il te demandais de venir en urgence au magasin. Et qui dis urgence, dis que tu allais devoir sortir de ton appartement. Tu écarquilla les yeux, et te mordais la lèvre... qu'allais-tu faire ?

Bien que c'était évident, tu n'avais pas envie de sortir. Malheureusement pour toi, tu te sentais obligé et tu soupirais alors légèrement avant de lui dire que tu arrivais. En raccrochant, tu soufflais longuement et tu n'attendais pas pour aller dans la salle de bain te préparer. Rien que de devoir voir ton visage dans le miroir te dégoûtais. Tu n'avais plus beaucoup d'estime en toi, mais tu arrivais quand même à te regarder tandis que tu te brossais les cheveux et te lavais les dents. Tu ne mettais pas longtemps à faire tout ça, et après t'être changer, tu prenais tout avec toi avant de sortir de ton appartement. Comme d'habitude tu avais vraiment du mal à devoir quitter ton nid douillet. Tu déglutissais, ton cœur battant un peu plus vite... Et au final tu avançais enfin en direction des escaliers pour pouvoir atteindre le rez-de-chaussé et sortir de l'immeuble.

Il ne faisait pas si moche que ça dehors, il y avait une légère brise mais ce n'était pas important. Tu avançais d'un pas un peu vif en direction du bureau, le regard fixe devant toi. Tu n'osais jamais regarder autour de toi, tu ne voulais pas voir le regard des autres sur toi, cela te gênais plus qu'autre chose. Heureusement aujourd'hui tu ne bousculais personne sur ton chemin par mégarde. Tu étais le champion de base, tu ne pouvais t'empêcher de toujours foncer dans quelqu'un sans l'avoir vu ou juste pas fait attention à ce qu'il se passait à proximité. Tu arrivais sans encombre à la boutique et tu entrais, le cœur battant encore vivement.

Tu n'aimais pas tellement les bureaux, même si il n'y avait pas grand monde, ça te stressais... La vie en entreprise entouré comme ça à être toujours observé, ce n'était pas pour toi. Tu cherchais des yeux ton patron qui finissait par arriver à ton niveau, l'air pas du tout paniqué tout compte fait...? Tu restais assez dubitatif, un sourcil se arquant en regardant le petit homme qui souriait.

« - Ah, te voilà Matthias ! C'est bien que tu sois venus aussi vite, il fallait absolument que je te présente quelqu'un !
- Pardon...? »

Quelqu'un ? Tu croyais rêver lorsqu'il te disais ça, tu te demandais une nouvelle fois si c'était ou non une blague. Si tu étais venu pour rien, ça n'allais pas te plaire... Tu ne disais cependant rien, ne voulant pas vexer ou déplaire à ton patron qui te tirais jusque l'arrière boutique. Tu regardais autour de toi et au final tu te retrouvais à te placer devant la table où était réunis quelques personnes. Un homme et une femme en costard cravate qui ne t'inspirais rien de bon.

ça te donnais toujours des sensations désagréable lorsque tu voyais ce genre de personne planté devant toi. Certains avaient des regards assez hautains, d'autres restaient fermés et froids... ça ne t'aidais pas à te détendre en générale mais cette fois, tu voyais que leur visage étaient différents. Bien au contraire, ils semblaient presque intéressés. Tu comprenais pas bien la situation, si bien que tu tournais pas réflexe ton regard perdu vers ton patron qui se posais à tes côtés.

« - Matthias, je te présente Madame Travis et Monsieur Johnson! Ils sont des représentants d'une grande entreprise d'informatique ! Madame, Monsieur, voici Matthias, le fameux gaillard dont je vous ai parlé.
- C'est donc lui votre fameux surdoué ? »

Ton regard s'écarquilla un instant aux paroles des deux hommes. Tu n'y croyais pas que ton patron avait osé faire ça sans ton autorisation. À tout les coup il avait parlé de tes capacités à ces gens mais toi tu étais presque sûr que les conditions de vie que tu allais avoir en allant avec eux, n'allaient pas te convenir. Tu restais perdus à leur parole, tu ne savais pas comment réagir bien que ton premier réflexe fut de reculer d'un pas. Tu ne savais pas si t'étais prêt à te lancer dans ce genre de choses... C'était nouveau pour toi et cela semblait être sur une pente dangereuse. Tu restais immobile, aussi droit qu'un pique avant que tu n'entre-ouvre tes lèvres pour essayer de dire quelque chose, mais rien ne sortie.

« - ... Vous allez bien jeune homme...? Demandait la dame, un sourcil arqué.
- Haha bien sûr il est juste un peu timide ! Mais il est un très bon salarié, très douée qui plus est ! »

En quelques instants, tu avais les oreilles qui sifflaient. Tu réfléchissais a tout ce qu'il pourrait se passer si tu acceptais de continuer à parler avec eux. Et si ils te proposaient un contrat ? Où est-ce que t'allais aller, qui est-ce que t'allais rencontrer ? Tant de questions et de résonnements tournaient dans ta tête. Tu sentis ton souffle se couper et tes membres trembler affreusement. Le regard fuyant, tu finissais par sursauter lorsque ton patron te touchais le bras pour te faire réagir.

« Je...! Je ne peux pas... Je dois aller prendre l'air. Désolé... ! »

Vivement tu te tournais avant de partir de la salle sans répondre ni adresser de regards à qui que ce soit. Ta tête tournais, tu sentais que tu allais craquer si tu restais trop longtemps avec eux. Tu te n'y étais pas attendu ni préparer à ça donc tu n'avais pas eus le temps de prendre des précautions. Une fois dehors, tu continuais ta marche vivement, tu cherchais désespérément un banc ou n'importe quoi pour te poser. Mais seulement, tu n'eus pas autant de chance qu'en venant. Tandis que ton regard se ballait partout, tu percuta de pleins fouet quelqu'un. T'eus le souffle un peu plus coupé avant que tu ne pose ta main contre ton front.

« P-pardon... pardon... » Soufflais-tu, vacillant dangereusement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

MESSAGES : 38

Je veux qu'on voit mes muscles à la télé.

MessageSujet: Re: {.pv Hime} despair   Dim 6 Mar - 18:30

Mes journées hors du campus étaient les plus épuisantes. C'est clairement plus simple d'être étudiante qu'autre chose. Mes horaires étaient presque toujours les mêmes , je devais rendre trois papiers sur lesquels j'écrivaient ma manière de penser les choses ou je faisais du sport. Le temps passait si vite à Saotome et ça en devenait agréable.

Cependant , ma vie ne se résume pas à Saotome. J'avais un travail à côté. Je suis mannequin pour une grande agence japonaise. Je passe ma vie à être flashée par des photographes. Prenons par exemple une journée typique de travail pour moi. Mon réveil se situe entre quatre heure et cinq heure. Si c'est une belle journée je sors courir un peu pour bien me réveiller , sinon je vais directement en salle pour ne pas tomber malade. Prendre soin de mon corps était l'une des choses les plus importantes pour moi. A vrai dire , si je m'écoutais bien je n'y ferais pas vraiment attention mais bon j'en suis bien obligée vu que c'est mon gagne pain.
Après cet entrainement , je prend simplement ma douche , enfile mes habits les plus discrets avec mes lunettes de soleil , pour ne pas être reconnue , et je fonce en ville. J'étais maintenant beaucoup trop connue pour pouvoir me permettre de me balader sans lunettes de soleil. J'avais la vie de star on peut. C'est sûr que tous le monde rêve de se cacher lorsqu'il sort de chez lui pour ne pas que des photographes ou des fans sautent sur vous pour vous arracher les majeure partie de ce que vous porter et le revendre sur le net. Oui si je dis ça comme ça c'est car c'est du vécu. Bon bien sûr , ça ne m'est pas arrivé à moi mais à une autre fille de mon agence. Je n'avais pas envie de finir à moitié nue dans la rue comme elle la dernière fois qu'elle à oubliée ses lunettes chez elle. Enfin bon , les risques du métier.
Arrivée à l'agence , je passe sous les mains des artistes. Dans un premier temps , j'arrive dans la partie maquillage. Selon le type de shooting ou tournage , le maquillage est plus ou moins long. Si on prend le plus récent , je tourne un clip basé sur le fantastique. Je rentre donc dans mon rôle de second moi. Le maquillage prend donc plus d'une heure facilement. On vient m'appliquer ma perruque , mes faux cils , mes lentilles et autres.
On continue comme ça toute la journée car nous changeons de studios , de costumes et même parfois tous simplement tous d'un coup.

Si je devait décrire mes journées ? Fatigantes. Je ne supportais plus vraiment ce rythme de vie mais c'était ce que je voulais être donc bon je continuais. La seule chose qui me tuais était le temps. Il passait si lentement et même parfois j'avais l'impression qu'il ne passait pas du tout. C'est idiot de penser comme ça non ? Le temps qui ne passe pas. Beaucoup de gens me dise que je ne fais rien de ma vie et que ça ne devrait pas être fatiguant de prendre des photos. Je pense qu'ils ne se rendent pas compte du travail que c'est. C'est surtout mental ce travail. Les gens vous regardent droit dans les yeux et vous rappelle que vous n'êtes que de passage et qu'il y aura toujours beaucoup mieux que vous. Mais bon , je leur prête si peu d'attention que ce n'est pas ça le plus fatiguant. J'ai un stresse monstre tous les jours.C'est là ou l'académie me permet de prendre du temps pour moi. Je peux aussi me sociabiliser un peu avec le monde car dans le monde des artistes , les vrais amis sont très rare et la confiance ... il ne vaut mieux pas la donner à n'importe qui. Alors qu'à Saotome , je vais pouvoir me faire de vrai amis. Enfin , je pense.

Mais ce n'était pas le jour pour penser au cours ou même au travail.  Car aujourd'hui c'était un jour spécial. Très spécial même. J'avais pour la première fois depuis pas mal de temps , droit à deux petits jours de repos. Je n'avais donc ni cours , ni travail. Je ne comptais pas les passer à rien faire en tout cas ! Ce n'étais pas mon genre de ronfler toute la journée et rien faire. J'étais plus le genre de fille à vouloir profiter de ma journée.
J'avais fais mon petit rituel pour venir en ville et cette fois je ne m'étais pas dirigée vers l'agence mais vers la ville réellement. J'étais enfin tranquille de marcher dans la rue simplement , sans avoir à me courir de droite à gauche pour prendre une photo ici , une là bas et des autographes.
J'étais donc habillé discrètement avec mes lunettes de soleil , un petit bonnet et mes cheveux attachés en deux tresses pour qu'ils ne me dérangent pas.
La journée était bonne , j'avais connue mieux comme temps mais c'était agréable de sortir.
J'avais la tête en l'air et je regardait un peu partout autour de moi. C'est vrai que je n'avais jamais réellement pris le temps de visiter la ville seule.

J'avais tellement la tête ailleurs que lorsque je relève les yeux , je me prend un jeune homme en pleine face. Le choque fût beaucoup plus violent pour moi que lui je pense. Mon petit corps , même musclé légèrement , était faible à côté d'un homme.

« P-pardon... pardon... » Me dit-il tout en titubant. En même temps , je venais tomber au sol , le coup un peu trop violent pour moi. C'était un peu de ma faute aussi , si seulement j'avais regardée devant moi , je ne lui serais pas rentrée dedans.

« C'est moi qui m'excuse , je suis désolée de ne pas avoir regardée là où j'allais...» Je ne savais pas quoi lui dire de plus. Sans m'en rendre compte , j'avais perdue mes lunette et mon bonnet lors de notre cohésion. Je regarde autour de moi et vite les gens se rendent compte de qui je suis. Je ne savais pas quoi faire mon premier réflexe fût de remettre mes lunettes et mon bonnets. J'attrape le jeune homme part le bras et lui dis :

« Viens avec moi , vite ! »

Je l'emmène avec moi en courant pendant quelques temps. Je me suis même sûrement perdue dans les rues de Tokyo. Je commence à ralentir le pas , tirant toujours cet inconnu par le bras. Arrivé beaucoup plus loin , je vérifie qu'il n'y a personne. Je lui lâche donc le bras , me retourne face à lui , retire mon bonnet et lunettes pour m'incliner face à lui et m'excuser.

« Je suis vraiment désolée de t'avoir emmenée par force mais les gens allaient de sauter dessus aussi et je ne voulais pas qu'on embête quelqu'un par ma faute. J'espère que je ne t'ai pas dé..»


Mes excuses allaient être coupé par un moment très gênant. En effet , mon ventre venait de gargouiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
{.pv Hime} despair
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]"Gyoukuji Tsukyo" Hime Kazuki.
» So-Ra-No-Wo-To
» japon mythologie avant Shogun 2
» Ouji-sama and Hime-sama [PV Phileas]
» he who has never hoped can never despair ♈ Valicia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saotome Gakuen :: Archives :: Partitions perdues :: Archives RPs-
Sauter vers: