Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Comme un léger soucis de planning. || Feat. Yuuki Fujiwara.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Comme un léger soucis de planning. || Feat. Yuuki Fujiwara.   Mer 9 Mar - 9:58



Dans son lit, Morgan regardait une photo de sa mère sur son téléphone portable. Il avait du mal à se faire à l'idée d'être si loin d'elle. Surtout que, depuis de longues semaines, elle n'arrivait pas à se débarrasser d'une maladie étrange qui la fatiguait énormément. Chaque soir, le métisse s'endormait la boule au ventre, en priant pour qu'elle soit encore là au petit matin. Il avait entendu qu'elle était retourné en Angleterre, pour avoir les soins du médecin de famille de son époux, le père de Morgan. Mais ce n'était pas rassurant pour autant. Surtout que le décalage horaire l'empêchait de l'appeler ou de lui envoyer des messages aussi souvent qu'il l'aurait voulu. Elle lui semblait si forte et si faible en même temps... Les larmes montèrent à ses yeux mais, courageux, il secoua la tête. Aujourd'hui, il ne pouvait pas être déprimé. Il avait un shooting important. Même si l'idée d'être encore entouré de tant de gens lui mettait très mal à l'aise. Il avait beaucoup de mal à communiquer avec les gens, même si tout les photographes qu'il avait connu avaient été cléments et patients avec lui. Il avait eut énormément de chance, jusque là. Mais la moindre difficulté, dans le fond, le terrorisait. Et s'il était réellement en train d'aller en contre-courant de ce que souhaitaient ses parents...? Sa mère était un ange, elle le soutenait, mais son père n'approuvait toujours pas son apparence, sa façon de vivre, répliquant sans cesse face à sa détermination qu'il n'était pas fait pour ce monde-là, qu'il perdait du temps qu'il aurait pu bien mieux utiliser. Roulant sur le côté dans son lit, il se mit en boule, frêle petite créature égarée. Il n'avait jamais regardé sa place comme si elle lui avait été due. Il savait qu'il était parvenu là par ses propres moyens et que quand certains achetaient leur place, lui ne le pouvant pas, il devait sans cesse se montrer plus créatif, plus ingénieux, pour ne pas être jeté. Il se permit un lourd soupir, refermant les yeux pour s'accorder encore quelques minutes d'un sommeil perturbé, agité.

En rouvrant les yeux, il les dirigea doucement vers son réveil. Il allait encore être en retard ! Repoussant d'un coup ses couvertures, il se prit les pieds entre eux et, les yeux grands ouverts, sembla observer sa propre chute. Un cri aiguë s'enfuit de sa bouche alors que, fermant les yeux avec insistance, il s'écrasait au sol, y roulant dans un bruit sourd et lourd. Aie... Étalé sur le sol, comme une étoile de mer, il observa à nouveau le plafond, comme il le faisait si souvent. Encore une journée catastrophe en vue... Sans plus laisser s'écouler de minutes, il se releva, se jeta sous une douche terriblement froide et, une fois les cheveux séchés, s'habilla en urgence. Un jean slim, une chemise bleue à carreaux, un chandail tricoté un peu large par-dessus et puis il était prêt ! Il noua ses cheveux, en vitesse, en une longue tresse un peu décoiffée et passa une grosse écharpe autour de son cou en se glissant dans son manteau, puis dans ses chaussures. Pas le temps de manger quoi que ce soit, mais ça ne le dérangeait pas. Après tout, à chaque fois qu'il avait un shooting, il était si nerveux qu'il avait l'impression d'être sur le point de tout recracher. Ne rien manger l'assurait donc que cette atrocité n'arriverait pas ! Il fila presque aussitôt après avoir enfouit ses affaires dans son sac en bandoulière et, le jetant sur son épaule, ferma sa porte à clé pour se précipiter au local vélo. Un peu essoufflé d'avoir dégringolé aussi vite que possible les escaliers de son immeuble, il se percha sur la selle pour prendre la route de l'académie. Mais à peine eut-il glissé le nez dehors que, dans un autre petit cri, il se mit à pédaler plus vite. Il pleuvait des cordes...

La route fut longue. Principalement parce que les gens n'aimaient pas conduire sous la pluie et, parfois, roulaient ainsi plus vite pour arriver au chaud. Prudent, il s'arrêta sagement à chaque feu, préférant encore subir la pluie et arriver en retard que ne pas arriver du tout. Une fois à l'académie, dans les couloirs, son vélo rangé, il se mit à secouer vigoureusement la tête pour décharger ses cheveux de la trombe d'eau qu'ils avaient accueilli. Il allait certainement attrapé froid... Mais il ne pouvait pas s'arrêter pour les sécher. Il n'avait pas de serviette sur lui de toutes façons. Un peu découragé, il ne ralenti pas la cadence pour autant, se rendant à la salle de mode où son shooting allait avoir lieu. La petite équipe déjà sur place, il salua chaque personne, avec politesse, essayant de cacher les petits tremblements de son corps chétif. Il avait tellement froid... Posé bien vite dans un coin de la pièce pour se changer, il ôta ses vêtements détrempés pour mettre, avec l'aide d'une jeune femme sympathique, le lourd kimono que l'on avait prévu pour lui. Au moins, là-dedans, il n'aurait pas froid ! La jeune femme dénoua et frotta vigoureusement ses cheveux pour les sécher et, se faisant petit, embêté de déranger, Morgan se contenta de serrer un peu le tissu du kimono entre ses petits doigts. Encore une fois, il dérangeait les gens...

La séance allait commencer. Mais un soucis sembla se poser. Et, de l'autre côté de la pièce, un peu plus loin, dans la partie qui avait été organisée et dont le sol était lézardé de câbles, des voix nombreuses se firent entendre. La coiffeuse s'occupant de Morgan le fit se lever, pour vérifier que sa queue de cheval sur le côté tienne correctement. Il s'inclina poliment, encore une fois, pour la remercier de son dur travail et, attiré par le bruit, alla voir ce qu'il se passait. Une autre équipe était sur place. Elle venait d'arriver et les deux discutaient de ce qui semblait être un soucis d'organisation dans les plannings. Si deux heures étaient libres chez tout le monde, ils s'y croisaient en réalité. Embêté, le métisse se mit à gigoter sur place, n'osant regarder personne. Pourtant, ses grands yeux bleus finirent par se poser sur l'autre mannequin. Il était tellement grand...! Le rose lui monta aux joues, alors qu'il tournait la tête pour essayer de le calmer. Il n'était pas là pour se trémousser sur place sous la gêne. Il fallait qu'il se ressaisisse. Plaquant ses mains froides sur ses joues, il secoua vivement la tête, cherchant à se reprendre. Les gens discutèrent encore pendant quelques minutes. La salle était trop petite pour être divisée en deux. Et les deux équipes ne pouvaient pas se permettre de passer l'une après l'autre si elles ne voulaient pas être en retard. Le soucis remonta à la direction et, comme Morgan le suspecta, une solution bien particulière fut trouver. Il n'avait qu'à passer en même temps !

Embarrassé de cette situation, le petit brun tenta de son mieux de réunir ses affaires pour laisser la partie de préparation à l'autre mannequin. Sa coiffeuse, avec laquelle il "parla" (la jeune femme parlant en réalité bien plus que lui) semblait tout aussi déconcertée de cette arrangement de derrière minute. Mais elle semblait avoir déjà croisé le chemin de celui qu'elle décrivit à Morgan comme un bon mannequin. Il tenta, timidement, l'indiscrétion de demander son prénom et, bien vite, dans un sourire gentillet, elle lui répondit. Yuuki Fujiwara. Il était en master, tout comme Morgan, mais en première année. Il ouvrit de grands yeux à cette information, un peu décontenancé. Mais il était si grand ! Et il avait l'air si mature ! Encore une fois, c'était là un coup dur pour le bout de chou et son mètre cinquante. Il tenta de se remonter le moral en écoutant la coiffeuse parler de tout et de rien, finalement rassuré d'entendre que si Yuuki était connu pour avoir l'image d'un séducteur, l'image fragile de Morgan pouvait s'y allier s'il se montrait plus vulnérable encore qu'à l'accoutumé. Il allait donc jouer le rôle de la jeune fille protégée par une force sauvage, mais disciplinée. Il n'était pas sûr d'être capable de ça...

Mais il allait bien falloir qu'il y parvienne. Car ces conversations sur ce soucis de planning avaient déjà mit en retard les équipes, qui ne pouvaient pas grignoter sur les heures suivantes. Tout le monde avait un emploi du temps très chargé, très lourd, et Morgan, assit sur une chaise dans un coin, désespérait d'être au milieu de ce problème sans rien pouvoir faire. Il devait faire de son mieux, qu'il n'y ait pas toutes les tentatives habituels. Tout devait être parfait du premier coup, s'il voulait que tout le travail soit rattrapé, s'il ne voulait pas embêter Yuuki Fujiwara. Certain que ce jeune homme ne devait pas être une mauvaise personne, il descendit de sa chaise, évitant de laisser traîner les pans de son kimono dans les fils et, après avoir demandé si l'autre mannequin était prêt, vint le voir, son courage réunit, certainement serré entre les mains qu'il avait monté contre son poitrail.

« - J-Je... J-Je m'appelle Morgan Sullivan. Je... Je vais être t-ton partenaire pour au-aujourd'hui. Il s'inclina très bas, respectueux, cherchant aussi certainement ainsi à cacher ses joues en feu, s-s'il te plais, p-prends soin de moi ! »
 

H-R.P.:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Comme un léger soucis de planning. || Feat. Yuuki Fujiwara.   Ven 11 Mar - 6:49

Heureusement pour Yuuki, il se trouvait déjà à proximité du bâtiment des sections spécialisées lorsque le déluge commença. Malheureusement pour lui, ça voulait dire que sa journée était déjà commencée depuis un moment, il y a deux heures et demi plus exactement. Le temps de se préparer à sortir, de consulter son planning de la journée, de rencontrer un professeur pour un devoir et finalement de passer une bonne heure au gym. C’était important pour lui, en particulier vu son image particulière, de se garder en forme et de faire en sorte de maintenir sa masse musculaire.

Ça avait été agréable de passer un moment seul avec sa musique et ses pensées, mais il était maintenant temps de retourner au travail. Il sauta dans la douche du gym et prit le temps de sécher ses cheveux, sans trop les styler puisqu’il avait un shooting photo dans une demi-heure et que la coiffeuse s’en chargerait sans aucun doute. Il enfila un pantalon et un col roulé chaud sous son veston, ramassant ses choses avant de se diriger vers la sortie. Réalisant la température, il se dit que ça allait un peu ruiner la douche qu’il venait de prendre, mais au moins il ne sentirait pas la sueur là-bas. Ça ne faisait pas très professionnel… Tenant son manteau par-dessus sa tête comme une espèce de cape-parapluie (qui ne fonctionnait en réalité pas très bien) il partit à la course jusqu’au bâtiment spécialisé où son équipe l’attendait.

Sans aucun temps à perdre, Yuuki les rejoint, quelqu’un se chargeant de le débriefer sur la situation et le shoot de ce matin pendant qu’ils se dirigeaient vers la salle. Il n’était pas tant surpris ou énervé par le double-booking accidentel, il se doutait que ce genre d’accident arrivait régulièrement vu les plannings serrés de tout le monde. Mais les deux équipes étaient fébriles et semblaient perturbées; le stress se propageait inévitablement sur tout le plateau, y compris Yuuki. Pourtant son travail aujourd’hui n’était pas de régler un problème d’horaire, mais plutôt de faire de son mieux en tant que mannequin. Il ne pouvait pas y faire grand-chose.

Une styliste s’approcha pour l’aider à sécher ses cheveux et se préparer, et rapidement on le poussa à l’écart pour qu’il se change. Rappelant ironiquement le kimono de Morgan, on lui donna un hakama et kimono sombre agrémenté d’accessoires. Alors qu’il tentait de refermer le kimono, il sentit des mains délicatement attraper ses poignets et d’autres tirer sur le devant de son habit et les épaules, dévoilant beaucoup plus de peau que ce qu’il aurait personnellement choisi. Juste assez pour être sexy, sans avoir l'air négligé; au moins, son exercice de ce matin allait lui être utile. Comme il ne pouvait rien y faire, il se laissa guider vers un lieu plus propice pour les stylistes, adressant des excuses polies aux gens qui occupaient la place avant lui. Il se sentait un peu mal de les déranger…

Yuuki était plutôt silencieux alors que sa styliste replaçait ses cheveux et tressait un des côtés dans un motif complexe; il était essentiel pour le jeune mannequin d’avoir quelques minutes avant chaque boulot pour faire de l’image training. Sa personnalité d’idole était si différente de celle qu'il affichait dans sa vie de tous les jours, après tout. Il ne pouvait pas bouger alors qu’on le maquillait, mais il cherchait tout de même des yeux son partenaire; il fut soulagé en l’apercevant. Avec une apparence si frêle, il lui serait plus facile d’entrer dans son rôle. Yuuki aussi était curieux et demanda à la dame qui s'occupait de lui à connaitre son nom et son année.

Il sentait la pression de performer particulièrement bien aujourd'hui, avec leur horaire serré. Mais ça faisait partie de son boulot de ne pas paraitre trop nerveux, de mettre les gens en confiance. Il espèrait que c'était l'impression qu'il dégageait, du moins. Voyant Morgan s'approcher et maintenant libéré de toutes ces mains qui ne cessaient de replacer ses cheveux et ses habits, il adressa à son partenaire improvisé un sourire qui se voulait rassurant. Elle— enfin, il, mais on avait oublié de lui mentioner ce détail avec l'agitation du moment, semblait si nerveuse et fragile. Peut-être feraient-ils un bon duo après tout, car Yuuki sentait déjà ses instincts de grand frère vouloir la mettre plus à l'aise. En même temps, il se sentait pas mal embarassé de dévoiler autant de peau alors que l'autre était complètement couvert d'un si joli kimono.

« J-Je... J-Je m'appelle Morgan Sullivan. Je... Je vais être t-ton partenaire pour au-aujourd'hui. »

Morgan s'inclina sous le regard attendri de Yuuki.

« S-s'il te plais, p-prends soin de moi ! »

« Yuuki Fujiwara, »

S'inclinant aussi bas, par respect, il se présenta d'une façon un peu moins nerveuse que Morgan. Même si son caractère était plus intimidant une fois leur travail commencé, hors du champ de la caméra il tenait à se montrer courtois.

« C'est un plaisir de travailler avec vous, senpai. »

Une fois redressés, leur différence de taille était plutôt impressionante. Yuuki ne pouvait s'empêcher d'admirer pendant un instant les traits délicats de Morgan et la façon dont le kimono lui allait si bien. Surtout avec ses cheveux remontés ainsi.

« Finalement, on fait bien la paire— ah, attention. »

Dans sa contemplation, il avait négligé de regarder ce qui se passait autour de lui, et quelqu'un passait derrière lui avec un lourd trépied à éclairage; difficile de maneuvrer autour d'eux. Sans y penser, il mis la main sur le bras de Morgan (si bas par rapport à lui) pour le pousser hors du chemin doucement, se rapprochant en même temps. C'était seulement le temps de laisser la personne passer. Il se reprit rapidement et recula, lui aussi un peu rouge dans le visage maintenant.

« Pardon. »

Pour le coup l'impression de grand séducteur était un peu gâchée, là...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Comme un léger soucis de planning. || Feat. Yuuki Fujiwara.   Ven 11 Mar - 10:23



A l'intérieur de l'esprit du petit métisse, c'était encore la panique. Mais ce n'était pas comme si ça ne l'était jamais ! Foncièrement, Morgan était toujours sur le qui-vive, à l'affût de ses propres erreurs. Et maintenant, bien sûr, plus que n'importe quand ! Même s'il savait qu'il ne pouvait pas faire le travail des autres, il n'en souhaitait pas moins faire de son mieux pour ne mettre personne plus en retard. Il avait pleinement conscience du fait que les photographes présents, mais aussi le reste de l'équipe nécessaire, étaient des gens pressés, le genre de personne qui sort de chez lui en trottinant et en revient en traînant les pieds sous la fatigue. C'était d'ailleurs sans compter sur un temps éprouvant. La pluie, Morgan l'entendait frapper contre les vitres, avec une sorte de rage, ce qui, il fallait bien l'avouer, l'effrayait un peu. Il ne manquait plus qu'un bon orage, et il serait hors course. Dans un coin de ses pensées, il y avait cette histoire d'orage. Peureux comme pas deux, il y avait peu de chance qu'il ne se mette pas à pleurer si un éclair striait le ciel. Il tenta cependant de ne pas trop y penser. Mieux valait ne pas appeler la malchance, il y en avait déjà suffisamment !

Cependant, Morgan pouvait s'estimer heureux (ce qu'il fit d'accord), lorsque son partenaire du jour lui adressa un sourire tranquille, le genre de sourire qui vous glisse sur un nuage duquel vous ne voulez pas descendre. Bien que d'une année scolaire inférieure, Yuuki avait l'air d'être très respectueux et mature, il prenait la situation comme elle venait et, en le regardant en levant les yeux, toujours penché, le brun l'admira discrètement. Si seulement il pouvait un jour devenir un peu plus semblable à ce garçon-là. Peut-être pas physiquement, ça lui semblait tout-à-fait impossible, mais au moins caractériellement. Le calme de l'autre étudiant l'impressionnait beaucoup, lui qui n'était pas capable de ne pas gesticuler au moindre problème. Discrètement, pour lui-même, quelque peu apaisé, il soupira d'aise. Peut-être, au final, cette journée ne serait-elle pas si complexe que cela ? Il opta pour ne pas vendre, malgré tout, la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Il ne connaissait pas l'équipe du jour et les photographes perfectionnistes, il y en avait à la pelle qui se proposaient pour soutenir les travaux des idoles en devenir de Saotome. Bien sûr, il en allait de son image, alors il ne pouvait pas non plus prendre ce point à la légère. L'inquiétude revint à la charge, décidée à le tenir stressé. Ce qui, certainement sans qu'il ne l'ai fait exprès, ne fut qu'augmenter encore par le regard que Yuuki lui portait. Était-il si bizarre que ça, dans ce kimono..? Remontant l'une de ses mains, ses petits et fins doigts tenant le tissu de sa manche pour cacher ses lèvres, il détourna légèrement la tête, le regard aussi, intimidé. C'est qu'il en imposait, l'autre mannequin !

Il ouvrit un peu plus les yeux à l'entendre, sa phrase coupée dans son élan : « Finalement, on fait bien la paire— ah, attention. » Huh ? Ses yeux s'ouvrirent de plus en plus, se dévoilant comme de véritables perles à la couleur de l'azur alors qu'une rougeur prenait possession de ses joues. Pour s'esquiver du passage d'un technicien portant un imposant trépied, Yuuki l'avait légèrement poussé, sa main ayant rencontré son bras pour se faire. Mais s'il n'y avait eut que ça ! Pour ne pas gêner lui non plus, le grand japonais s'était décalé à son tour. Mais il avait fait un pas en avant, et non pas en arrière, se rapprochant du pauvre Morgan qui n'osait plus bouger un cil. Il restait là, les yeux grands ouverts, serrant sa manche au-devant de ses lèvres, cachant celles-ci légèrement entre-ouverte sur son souffle coupé. Il était vraiment grand. Vraiment grand. Mais quelque chose d'autre encore l'hypnotisait. Son visage avait des traits décidés, déterminés, et pourtant très doux, très simples. En détournant à nouveau le regard, fuyant une vue qui le mettait mal à l'aise, principalement parce qu'il avait été décidé que Yuuki serait un peu dévêtu, il se mit à battre des cils. Il descendit sa main vers son poitrail, pour écouter le coeur qui battait la chamade. S'il sortait vivant de cette journée, c'était un miracle ! Pourtant, il ne fut visiblement pas le seul que cette situation gêna. Son grand opposant, faisant un pas en arrière, lui accorda la vue de joues légèrement colorées à leur tour. Ça promettait, tout ça.

Morgan tenta de son mieux de se ressaisir et, sa main pressée contre son torse, secoua un peu la tête, doucement, avant de lever celle-ci vers son cadet. Il était plus âgé que lui, il n'était pas censé se montrer aussi fragile ! Mais existait-il, même dans des réalités parallèles, un Morgan courageux et fort ? Peu probable. Il esquissa tout de même un léger sourire, luttant contre le sentiment froid qui se propageait sous sa peau lui donnant l'impression qu'il allait pleurer. Il fallait rassurer Yuuki, qui avait l'air d'être embêté de se montrer ainsi. Mais peut-être, après tout, n'était-il pas simplement le séducteur dont on lui donnait l'image ?

« Pardon. »
« H-hum, c-ce n'est p-pas grave. M-m...M-merci. »

Il essayait vraiment. Mais, malgré toute sa volonté, il n'arrivait pas à faire des phrases comme tout le monde face à qui que ce soit. Et pourtant, Morgan n'avait jamais été diagnostiqué comme souffrant d'un quelconque problème de langage ! A croire qu'il n'y avait qu'en philosophie que l'on pouvait entendre sa voix sans saccade. Il tourna le regard sur le côté et se mit à gesticuler un peu des bras, comme un oisillon voulant sauter finalement du nid, passant ses doigts dans sa queue de cheval sur le côté pour la resserrer un peu, la sentant glisser à cause de son agitation. Il devait se calmer, où il causerait des problèmes et ils prendraient encore du retard. Plus loin, son nom fut appelé et, jetant ses yeux innocents sur son cadet, il se remplit de courage. Il pouvait être un grand garçon, lui aussi. Pourquoi ne pourrait-il pas, d'ailleurs ? Soulevant un peu les pans de son kimono terriblement long, il se rendit près de l'installation qui était encore en préparation. Le photographe, parlant parfois en même temps que l'autre, lui expliqua ce que l'on attendait donc de lui et, timidement, le métisse hocha la tête à chaque point que l'on lui citait. Il retint tout, profitant de sa bonne mémoire pour ne louper aucun détail. Et le calme s'imposa seul. Il prit une grande inspiration, en fermant les yeux, ce expira, répétant le procédé quelques fois encore pour oxygéner son cerveau. Tout irait bien.

Yuuki n'avait pas l'air d'être le genre de personne qui lui ferait des coups bas pendant le shooting pour se faire remarquer et avoir la priorité sur les photos. Le pauvre petit oisillon avait déjà eut affaire à tel personnage, mais le japonais n'en avait clairement pas le faciès. Il le rejoint à nouveau, un peu apaisé, et lui sourit avec une certaine confiance. Oui, tout irait bien. Il s'inclina encore, poliment, respectueusement, avant de reprendre de sourire, guidant d'un large mais quelque peu hésitant mouvement de bras son cadet jusqu'à l'installation où tout était enfin prêt. Pourtant, Morgan, lui, avait encore besoin de se faire violence une fois. Profitant d'une conversation des photographes sur les places qu'ils auraient l'un et l'autre, il attrapa vivement la main de l'autre mannequin, essayant de ne pas mourir de gêne alors qu'il l'emmenait un peu plus loin. Bon. Ce n'était pas si particulier. Il y avait des tonnes de gens qui faisaient ça. Parfois même juste pour se dire bonjour. Le coeur reprenant d'accélérer, il se rapprocha un peu, fermant les yeux avec insistance pour venir passer ses bras autour du torse de l'autre jeune homme. Bien vite, cependant, il se recula, l'air d'avoir un poids en moins sur les épaules. C'était faisable ! Rassuré d'avantage encore, il rit un peu, se cachant à nouveau derrière les longues et larges manches de son kimono fleuri. Ses yeux, bien qu'ils eurent le courage de regarder son opposant, fuirent légèrement ensuite. Il devait être en train de se dire qu'il était complètement fou. Mais bon, dans le fond, Morgan en avait bien l'habitude, parce que ses gestes étaient toujours si secoués, si hésitants, que les gens les trouvaient parfois même mécaniques, artificiels, parce qu'il se tuait à être aussi naturel que possible, ce qui bien sûr comprenait sa timidité maladive.

« D-désolé. J-je dois avoir l'air é-étrange mais j-j'essaye de me faire à-à t-ton contact. J-je pense qu-qu'ils vont m-me tuer, s-sinon... »
 

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Comme un léger soucis de planning. || Feat. Yuuki Fujiwara.   Lun 14 Mar - 5:54

Vu la réaction de Morgan, Yuuki se sentait presque mal; pas qu'il avait trop eu le choix ou le temps de penser avant de le toucher, mais il savait bien que ce n’était pas tout le monde qui appréciait les contacts physiques. Il avait l’air si secoué… si sa simple proximité physique et un court toucher à l’épaule l’avait rendu si nerveux, il priait pour que les photographes ne leur en demandent pas trop… pour son propre bien aussi.

Vu la nature de son travail et le genre de rôle qu’il devait jouer, il n’était pas rare que Yuuki ait à toucher ses partenaires lors de shootings, ou du moins garder une proximité physique. En tant normal ça ne le dérangeait pas tant que ça… il était plutôt physique et affectueux avec les gens qu’il appréciait, ayant grandit dans une famille où ce genre d’affection était de tous les jours. Même à 22 ans, sa maman avait le droit à des calins lorsqu’il était de bonne humeur. Mais ça c’était avec des amis et proches; s’il était mal à l’aise, anxieux ou épuisé, il n’aimait pas qu’on le touche. Les situations dans lesquelles on le mettait ou les façons dont il devait toucher ses partenaires l’embarassaient souvent au plus haut point: il y a une fois où Yuuki avait dû être à quelques pouces d’embrasser le cou d’une étrangère et il avait été si gêné qu’il en avait presque pleuré. Ensuite il y avait celles qui pensaient que juste à cause de sa réputation, ça leur donnait le droit de le toucher, mais il savait déjà qu’avec Morgan, il n’avait pas besoin de se soucier de ce genre de gestes déplacés.

Le pauvre semblait encore si nerveux; l’envie de le rassurer était forte, mais Yuuki se doutait bien que dans son cas, le toucher ne ferait peut-être que rendre la situation encore pire. Il tentait plutôt de garder une expression rassurante et de dégager autant de confiance qu’il en était capable, espérant que Morgan se sentirait plus à l’aise avec lui…

Lui aussi alla écouter les instructions du photographe, posant occasionnellement des questions pour s’assurer d’avoir la bonne attitude sur les photos. Une bonne préparation assurait qu’ils auraient à reprendre les photos moins de fois, donc moins d’embarras pour lui et moins de stress pour son partenaire. Tout le monde y gagnait quelque chose.

Tout comme Morgan, il profita de quelques secondes de silence pour se calmer, se rappeler des détails que le photographe avait mentionné et surtout tenter de bien entrer dans son personnage… c’était difficile à chaque fois, mais il sentait qu’il s’y habituait un peu plus de jour en jour. Bien content de voir l’autre mannequin paraitre plus en confiance, il le suivit sans hésiter jusqu’à cette installation. Encore concentré et perdu dans sa propre préparation, Yuuki fut presque choqué de sentir la petite main de Morgan se fermer autour de la sienne, mais se laissa entrainer à l’écart, haussant un sourcil. Peut-être avait-il une question qu’il ne pouvait pas poser avec les autres professionnels autour?

Avec une soeur de 7 ans à la maison, il était un habitué des calins surprises, mais venant de quelqu’un qu’il connaissait depuis approximativement 5 minutes… c’était du nouveau. Le contact fut rapidement brisé, mais il fut ravi de voir son partenaire rassuré. Ça déclencha un rire chez Yuuki aussi, qui s’en voyait rassuré.

« D-désolé. J-je dois avoir l'air é-étrange mais j-j'essaye de me faire à-à t-ton contact. J-je pense qu-qu'ils vont m-me tuer, s-sinon... »

Il comprenait sa nervosité, mais son côté protecteur aurait aimé qu’il fasse davantage confiance à lui-même et Yuuki. Sans réfléchir, sa main vint se poser sur la tête de son senpai, tout doucement. Son pouce caressait ses cheveux sans les déplacer alors qu’il répondait d’une voix apaisante:

« On va bien s’en sortir. Si jamais c’est trop, faites moi signe et on pourra trouver une alternative. »

Il espérait quand même ne pas sonner trop condescendant en parlant à quelqu’un de plus expérimenté que lui… mais il ne pouvait s’empêcher de vouloir rassurer le petit, même s’il devait jouer la maman pour quelques minutes. Enfin, il enleva sa main et recula, posant un regard interrogateur sur Morgan alors qu’il se tournait vers le stage.

« Prêt? »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Comme un léger soucis de planning. || Feat. Yuuki Fujiwara.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comme un léger soucis de planning. || Feat. Yuuki Fujiwara.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les amis sont comme des diamants. Précieux et rares. | Feat Stiles Stilinski
» Moi je chasse pas comme vous, je chasse les ingrédients (feat Luciole)
» Nous deux, c'est comme l'eau et le feu |feat Sauvage|
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saotome Gakuen :: Académie Saotome :: Bâtiment des sections spécialisées :: Salle de mode-
Sauter vers: