Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Samedi au jardin [PV Hakugin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Dim 3 Avr - 21:49


Samedi au jardin~

feat Hakugin


Essuyant les dernières traces de larmes sur ses joues, le gamin pesta une nouvelle fois. Il ne voulait pas l'avouer, mais ces types lui avaient fait sacrément mal. Il aurait put les tuer, si personne n'était intervenu. Il aurait vraiment put leur arracher la vie. C'était comme si il avait complètement perdu le contrôle. Ils n'avaient pas eu le temps de riposter. Tout était partit tout seul, ils n'avaient pas vu venir le coup. Qui aurait crut qu'un garçon aussi petit et frêle pouvait être aussi violent ? Sûrement personne. Ou alors, seulement les paranoïaques.
La situation avait été très simple. En fait, c'était la classique scène du gamin bizuté. C'était un cas courant. Il n'y avait rien d'extraordinaire... Enfin, avec Haku, tout devenait anormal. C'était trois garçons, pas bien malins, qui s'étaient ramenés à la fin du cours. Le premier avait tapé sur l'épaule du roux, qui avait immédiatement repoussé sa main. Le second lui a suggéré de prendre des hormones de croissance. Cette "bonne blague" qu'on fait à toutes les personnes avec des centimètres en moins. A vrai dire, les attaques personnelles, le petit roux s'en fichait un peu. Et puis, l'adolescent s'était levé, tandis que les autres continuaient avec leurs remarques sur sa taille, sa couleur de cheveux et son côté efféminé. Jusque là, Haku s'en était bien fichu. On le visait lui, ce n'était pas important. Et puis, un des garçons avait commencé à parler de sa famille. Les parents, le gamin s'en fichait pas. Pour lui, ils n'existaient pas. Il ne les connaissait pas, et quelque part, ça ne lui importait peu. N'ayant jamais connu l'affection de quelqu'un proche de celle d'un parent, il avait grandit en pensant qu'au final, c'était assez inutile. Et puis, ils avaient abordé le sujet de la soeur.
"Dis, un minus comme toi, il peut pas protéger sa soeur. Encore faudrait il que tu en ai une... Et c'est pas un minus qui aurait put la protéger. Elle aurait finit crevée à cause de toi ! "
C'était comme si un atroce goût avait emplie la bouche du gamin. Une envie fulgurante de pleurer l'avait prit. Et puis surtout, il y avait eu cette douleur dans sa poitrine. C'était comme si les mots de ces types avaient été un couteau. Un couteau qui avait percé sa peau, ses os, ses organes, tout ce qui le constituait. Le corps mort de cette jeune fille aux cheveux blonds, reposant dans la neige, auréolé d'une neige écarlate qu'était son sang mélangé à la masse gelée... Il n'avait pas put la protéger. Il l'avait tué. C'était vrai, il n'avait pas put protéger sa soeur. Il n'avait jamais put faire quelque chose. Et ces types avaient visé cette partie sensible, qui rongeait le gamin. Il ne pouvait l'admettre. Le concevoir. C'était comme si il tentait de déceler la vie de sa défunte "soeur adoptive" dans toutes choses. D'où ces types se permettaient de parler de sa soeur ?! D'où ils pouvaient dire qu'il n'avait pas put la protéger ?!
Alors que les trois pauvres types riaient, le premier s'était reçu un violent coup de poings dans la mâchoire, tandis qu'un second s'était prit un coup entre les jambes. Le troisième était partit en courant, tandis que le roux s'était jeté sur le premier pour le rouer de coup. Qu'importe les cris. Qu'importe les supplications. Il avait juste voulut évacuer ces sentiments trop douloureux. Il avait voulut frapper ces types, comme il aurait put se frapper lui-même. Il aurait voulut casser autre chose que des dents et le nez de ce garçon. Il aurait voulut qu'il meurt. Et puis, le professeur l'avait saisit par derrière, l'empêchant de bouger, tandis qu'il se débattait furieusement, hurlant qu'il allait tuer ces pauvres adolescents. Il se fichait du regard des autres. Il voulait juste détruire ce type.
Suite à cela, il avait emmené dans le bureau des surveillants, le temps d'être calmé. Il s'était sentit mal. Il avait commencé à réaliser ce qu'il avait fait. Et il se sentait encore plus malade. Il était resté assis, les muscles tendus, incapable de répondre aux questions des adultes. Aucun son ne voulait plus sortir. On avait parlé de le virer de l'établissement. Il n'avait qu'à peine réagit. Il avait toujours rêvé de faire de la musique, et cet incident aurait put lui arracher sa seule chance d'accomplir son rêve. Si c'était son rêve à lui, ce n'était pas si important, non ? Ca n'avait aucune importance, non ?
Finalement, il n'avait eu qu'une simple punition. Un samedi après midi à aider le jardinier ? Drôle d'idée... Mais Haku s'en fichait encore. Perdre une après-midi à s'occuper de végétaux serait sûrement mieux que retourner à la rue et la délinquance. Malgré lui, il fut plus que soulagé.

Ravalant une bonne fois pour toute sa colère et tous les sentiments négatifs qui coulaient en lui, le gamin sortit enfin dehors. Il faisait plutôt beau. Mais le temps ne l'importait pas. Qu'il pleuve, qu'il vente, ou qu'il fasse un grand soleil, il serait quand même sortit. Il n'en avait rien à faire des intempéries. Trainant quelque peu les pieds, il chercha à trouver le fameux "jardinier". Si d'habitude il faisait preuve de bien plus de grâce, là, il semblait carrément abattu. Les nuits blanches en attendant le samedi, à se demander ce qu'il aurait fait si il avait été viré, et à culpabiliser, avaient creusés d'outrageux cernes sous ses yeux d'enfant. Disons que ces poches mauves ressortaient pas mal sur sa peau blanche, et lui donnaient plus ou moins un air sans vie. On aurait plus dit qu'il se traînait, plutôt qu'il marchait. Une misérable loque. Ses vêtements étaient mis un peu n'importe comment, il avait même mit son haut à l'envers. Ne parlons pas de l'état de sa chevelure. On aurait dit un ours grognon au réveil...
Il s'approcha, toujours en traînant les pieds, de ce qui semblait être les jardins. N'y ayant jamais vraiment mit les pieds, il fut plutôt étonné de constater que c'était superbement entretenu. Le jardinier devait être très fort... Ça devait être un de ces surhommes... Et si ils étaient plusieurs ? C'était un travail monstrueux pour une seule personne ! Si Haku avait eu un minimum de culture, il aurait comparé ces jardins à un mini Versailles. Mais malheureusement, il n'avait pas plus de culture que de centimètres en trop. Il n'osait pas vraiment avancer, par peur de souiller les lieux. Et ça le mettait encore plus mal à l'aise.
Cherchant toujours le fameux jardinier, il avançait péniblement. Il se sentait abattu. Détruit. Et il avait franchement hâte d'en terminer avec cette punition, histoire de pouvoir se cacher quelque part et disparaître de la vue de n'importe qui pour un bon moment.
Il se faufila entre les petites allées, commençant à s'inquiéter. Toujours pas de trace du jardinier... Alors qu'il commençait à désespérer, il aperçut un jeune homme à quelques pas de là. Il semblait jeune, avec ses cheveux bruns, ses yeux chocolat, et cet air doux un peu étrange. Rappelant plus ou moins Yue et sa stupide gentillesse au roux, il hésita à aller vers lui. Finalement, il s'avança, toujours plutôt méfiant.

- E-Excusez moi... Ne sauriez vous pas où est le jardinier ? marmonna d'une petite voix l'adolescent.

Il s'était arrêté à quelques mètres de l'inconnu, faisant attention à garder ses distances. Regardant obstinément le sol, il n'osa même pas jeter un oeil à ce pauvre jeune homme. Même pas pour savoir si il le dérangeait ou pas. A vrai dire, il était à nouveau effrayé à l'idée de déranger.


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Lun 18 Avr - 13:57

« Une aide ? »

Hakugin ne pouvait pas cacher son étonnement. Depuis qu’il était employé à Saotome, c’était la première fois qu’on venait le trouver pour qu’il prenne en charge un élève dans le cadre d’une punition de celui-ci.

« Qu’a-t-il fait pour mériter ça ? »

Parce que pour que l’on donne à un enfant une telle punition, il devait avoir fait quelque chose de grave. D'habitude, les punitions se résument à des heures de colle ou, au pire, une exclusion temporaire de l’établissement. Mais pour qu’on fasse faire des travaux à un élève, ce devait être grave.

On lui expliqua alors que l’élève en question s’était battu violemment et que son adversaire était bon pour des séances régulières chez le dentiste. Le jardinier ouvrit des yeux ronds. Tant de violence ! C’était difficile à croire. Il ne connaissait pas le punis en question, mais il se doutait que pour en être réduit à de telles extrémités, il avait probablement dû être poussé à bout. Une bonne discussion s’imposait, aussi accepta-t-il de le prendre en charge. De toute façon, il n’avait pas le choix.

Le fameux samedi arriva vite, ou plutôt, il arriva aussi rapidement que d’habitude. Le travail épuisant de jardinier faisait passer les journées beaucoup trop vite pour tout ce qu’il y a à faire, travail qui se renouvelait sans arrêt, pour le grand plaisir ou déplaisir de Hakugin qui en était réduit à faire toujours les mêmes choses.

Sans attendre son aide, le jardinier avait déjà commencé son travail. Enfoncé dans le jardin, il ne s’était pas soucié de savoir si son assistant du jour le trouverait ou non. Après tout, le travail n’attendait pas. Il venait de terminer de tailler un massif lorsqu’il entendit une petite voix. Au son de celle-ci, il se retourna et remarqua le jeune garçon qui ressemblait beaucoup à une fille. Il lui sourit.

« Ah bonjour ! Alors c’est toi qui dois être mon assistant aujourd’hui ? »

Comme à son habitude, il se montrait joyeux et de bonne humeur. Être puni doit être déjà assez pénible, alors si on doit aider quelqu’un qui fait la tête, ça n’aide pas. S’ils pouvaient passer ce temps de travail dans la bonne humeur, Hakugin était persuadé que le petit trouverait sa punition moins longue. Et puis, il avait l’air déjà assez abattu comme ça, un peu de bonne humeur ne devait pas lui faire de mal.

« Tu t’appelles Haku, c’est ça ? » Il s’était approché de lui. « J’ai un prénom presque similaire ! Je m’appelle Hakugi, mais tout le monde m’appelle Hakugin. N’hésite pas à le faire aussi ! »

Une fois les présentations faites, il lui enfila un tablier et lui donna des gants.

« Porte ça ! Il serait dommage que tu te salisses pendant que nous travaillons. Désolé, c’est peut-être un peu grand. Je dois avouer que je ne m’attendais pas à ce que tu sois si jeune, après qu’on m’ait dit ce que tu avais fait. »

Moins que la taille du garçon, c’était surtout sa jeunesse qui l’étonnait. Instinctivement, il avait envie de le protéger. Jeune et frêle comme il était, il lui faisait beaucoup penser à son propre petit-frère.

« Ne t’inquiète pas, on ne va rien faire de bien compliqué. Et puis n’ait pas peur de faire des erreurs, c’est aussi comme ça qu’on apprend, même si tu n’aspires sûrement pas à devenir jardinier. Mais je vais te montrer, pour aujourd’hui, comment on fait. »

Hakugin espérait que son sourire et sa bonne humeur puisse éclairer un peu la journée du jeune garçon. Celui-ci avait vraiment l’air mal à l’aise.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Sam 23 Avr - 20:15


Samedi au jardin~

feat Hakugin


A peine eut-il parlé que la personne interpelée se retourna. Un sourire rassurant se dessina sur les lèvres de l'inconnu. Effrayant... Cette personne semblait jeune. Était-ce un étudiant ? Il ne lui semblait avoir jamais vu cette personne... En même temps, il restait souvent dans les coins où personne ne venait, et ne "visitait" l'établissement qu'en pleine nuit. D'ailleurs, il finirait bien par payer très cher ces petites escapades nocturnes. Et il n'osera sûrement jamais avouer pourquoi il se baladait ainsi...

« Ah bonjour ! Alors c’est toi qui dois être mon assistant aujourd’hui ? »

Le jeune homme avait parlé d'un ton enjoué, avec toujours cet effrayant sourire aux lèvres. Visiblement, il ne s'agissait pas d'un étudiant, mais du jardinier en personne. Surpris, et honteux de ne pas avoir deviné -bien que cette jeune personne porte des gants et un tablier-, il fut incapable de répliquer quoi que ce soit. Il semblait avoir été prévenu de sa venue... Lui avait on dit ce qu'il avait fait ? Que pouvait il bien penser ? Et si ce sourire était juste hypocrite ? Il devait sûrement songer qu'il était un futur criminel en puissance... ou alors quelqu'un qu'il ne fallait pas vraiment fréquenter... Oh non, il pouvait y avoir pire... Et si le ton enjoué de ce type était parfaitement sincère ? Si il était comme Yue... Si c'était encore ce type de personne... Non ! Il ne devait absolument pas agir bizarrement ! Il venait de se faire remarquer par les surveillants, et franchement, le passage avec Yue il y a quelques nuits était très peu glorieux. Il devait aider les autres. Être quelqu'un de normal. Il fallait qu'il prenne sur lui. Qu'il change.

« Tu t’appelles Haku, c’est ça ? »
Le jeune jardinier s'approcha quelque peu. Le roux hésita à reculer, hésitant. Instinctivement, il avait envie de s'éloigner, mais sa raison lui disait que ça serait sûrement très mal vu. Le fait que ce type connaisse également son nom le mettait mal à l'aise, car cela augmentait sûrement les probabilités pour qu'il sache ce qu'il avait fait... non ?
« J’ai un prénom presque similaire ! Je m’appelle Hakugi, mais tout le monde m’appelle Hakugin. N’hésite pas à le faire aussi ! »

Enfin, le jeune jardinier se présenta, toujours aussi enjoué. Il prétendit que son nom était très similaire, et qu'il se nommait Hakugi. Hakugi ? Maintenant qu'il y songeait, l'adolescent avait bien déjà entendu parlé de cette personne... Celui qu'ils appelaient Hakugin... Même si le châtain certifia que le roux pouvait aussi l'appeler Hakugin, l'autre n'avait aucunement l'attention de l'appeler. A vrai dire, il n'avait même pas vraiment l'attention de partir. Cette personne semblait trop louche... Beaucoup trop louche...
Cette fois, il fit vraiment un pas en arrière, tandis que le jardinier lui passait un tablier autour du cou, avant de lui donner des gants. Clignant bêtement des yeux, sans comprendre, il regarda les gants. Qu'est ce qu'il devait faire avec ? Pour une personne normale, la réponse aurait été évidente, mais Haku n'était pas vraiment "dans la norme". Et il était un peu benêt aussi.

« Porte ça ! Il serait dommage que tu te salisses pendant que nous travaillons. Désolé, c’est peut-être un peu grand. Je dois avouer que je ne m’attendais pas à ce que tu sois si jeune, après qu’on m’ait dit ce que tu avais fait. »

Visiblement, il était sensé porter ces gants... Il les enfila donc, maladroitement. Puis, le jardinier affirma qu'il serait dommage qu'il se salisse alors qu'ils travaillaient. En quoi cela serait il dommage ? C'était grave de se salir ? Ne comprenant absolument rien, il continua malgré tout à écouter le jeune jardinier. Celui-ci s'excusa quand à la taille, se justifiant ensuite en affirmant qu'il ne s'attendait pas à voir quelqu'un d'aussi jeune. Constatant effectivement que le tablier était trop grand pour lui, le roux entrouvrit les lèvres pour parler, mais l'autre se révéla très bavard, et reprit la parole.

« Ne t’inquiète pas, on ne va rien faire de bien compliqué. Et puis n’ait pas peur de faire des erreurs, c’est aussi comme ça qu’on apprend, même si tu n’aspires sûrement pas à devenir jardinier. Mais je vais te montrer, pour aujourd’hui, comment on fait. »

Le dernier discours acheva sa tâche. C-Cet homme... Cet homme le rassurait ?! Est ce qu'il était malade ? C'était un clone de Yue version plus grand ?! Finalement, le jardinier annonça qu'il allait lui montrer pour aujourd'hui comment on s'y prend. Il fallait mieux... Un ex-assassin qui fait du jardinage, ça ne doit pas être très joli... Il chercha quelque chose à faire ou à dire, mais il restait immobile, regardant bêtement les pieds du jardinier. (tant qu'on y est, faisons tout à l'envers) Tentant d'analyser la situation malgré la fatigue, il eu une forte envie de se faire mal pour atténuer ce sentiment d'incapacité. C'était presque devenu une habitude. Il avait conscience que ce qu'il faisait n'avait rien de bien, mais soulager sa conscience semblait bien plus important sur l'instant, bien que la culpabilité soit au final la seule chose à arriver.
Songeant qu'il devait être bien inutile pour le jardinier, il s'inclina légèrement, finissant par bafouiller un léger :

- D-Désolé... Je ne veux pas vous déranger...

Habituellement, il aurait adopté un comportement bien plus froid, voir indifférent, mais la fatigue et les récents évènements avaient décimé ses habituels boucliers. C'était un peu comme si il se retrouvait démuni. En fait, il l'était carrément. Et visiblement, il était trop tard pour remonter ses défenses... A moins que... C'est vrai que quel que soit la façade qu'il ait décidé d'arborer, il s'excusait tout le temps... Et puis, si il n'avait pas l'air triste, il avait toujours l'air de cet espèce de robot sans expressions. Peut être que Hakugin ne décèlerait donc pas une faiblesse !
Quelque peu rassuré, il se redressa, et leva un peu les yeux vers le jardinier, attendant la suite.


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Mer 11 Mai - 12:54

Il semblait évident que le garçon ne s’était pas attendu à ce que son interlocuteur, la personne à qui il avait demandé des renseignements, soit celui qu’il cherchait. Cela amusait intérieurement Hakugin qui avait l’habitude de surprendre les gens avec qui il interagissait alors qu’il était dans les jardins, même si la situation présente était légèrement différente.

Aux yeux du jardinier, l’élève qu’on lui laissé à charge semblait craintif. Il avait du mal à croire qu’il avait pu faire ce qu’on lui avait dit. Mais, acculé, un animal, même petit, même craintif, peut se révéler être d’une grande violence. Sachant cela, il ne voulait pas trop s’étonner de ses actes. Néanmoins, il trouvait ça triste que ce petit bout de chou puisse être obligé de se montrer aussi agressif.

Mais l’adulte avait décidé de ne pas tenir compte des actions passées du jeune homme. Ce qui comptait, c’était que Haku devait l’aider dans son travail et que le jardinier ferait en sorte que tout se passe bien, même si celui-ci ne semblait pas décidé à l’aider, vu à quel point il était statique. Au moins, il avait enfilé les gants qui lui avaient été fournis. C’était un pas.

Maintenant il ne restait plus qu’au jardinier à lui faire arrêter de regarder le sol et de le faire travailler un minimum. Il dit qu’il ne veut pas le déranger, mais bien malgré lui, il le dérangeait dans son travail. Ce n’était pas un mal et surtout, ce n’était pas sa faute. D’une part, ce n’était pas lui qui avait décidé de la punition qu’il allait recevoir, il aurait pu faire n’importe quoi d’autre à la place. Voire même, il aurait pu être expulsé. Dans cette optique, c’était bien mieux qu’il ait ce travail.

Si Haku serait plus un fardeau qu’une aide pour Hakugin, il n’allait pas embêter le jardinier qui aimait avoir de la compagnie.
« Ne raconte pas de bêtise. Allez vient ! »
Avec ça, il le poussa d’une main dans le dos vers un rosier qui ne demandait qu’à être taillé. C’était par là qu’ils allaient commencer. Il lui mit un sécateur dans les pattes et s’agenouilla devant le buisson avant de lui faire un mouvement de la main pour l’inciter à venir.
« Vient. On va commencer par ce rosier. Je vais t’indiquer ce que tu dois faire. Dépêches-toi, on n’a pas que ça à faire ! »
Même s’il se voulait autoritaire, Hakugin gardait un ton joyeux et un sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Dim 22 Mai - 13:33


Samedi au jardin~

feat Hakugin




Cette manière d'agir. Ce sourire constant. Ce ton enjoué. Il n'y avait presque aucun doute là dessus. Hakugi était vraiment quelqu'un de terrifiant. Derrière ce sourire, il semblait bien y avoir une réelle gentillesse. Un peu comme Yue. Et ça avait donc inévitablement une connotation effrayante chez Haku. Autant dire qu'avec son espèce de peur irraisonnée de la sympathie, ce genre de personne devenait un cauchemar. C'était comme si d'un coup, ils devenaient ces espèces de monstres de cauchemars, par leur simple sympathie.
Mais le roux avait surtout envie de s'excuser pour l'instant. Il était certain de déranger. Et autant dire que ça le faisait culpabiliser au plus haut point.

« Ne raconte pas de bêtise. Allez vient ! »

Raconter des bêtises ?! Mais ce type avait vraiment un grain ! Il le dérangeait, ça crevait les yeux ! Alors pourquoi il continuait à sourire comme si de rien n'était...? C'était troublant... Les gens gentils, c'était vraiment bizarre décidément... Est ce qu'ils étaient vraiment humains ? C'était vrai après tout... L'humain était connu pour être un animal particulièrement méchant et stupide, mais ces personnes semblait comme d'un autre monde. Comme si l'imbécilité de leurs ancêtres ne leur avait pas été refilé dans leurs gênes. D'ailleurs, il serait peut être intéressant d'étudier l'ADN de ces personnes là... Qui sait, on n'y trouverait peut être quelque chose d'étonnant...
Le roux fut à nouveau tiré de ses pensées quand le pauvre jardinier le poussa d'une main dans le dos. Il ne pouvait pas savoir, le pauvre garçon, mais il avait bien manqué de se payer une crise de panique monumentale de la part de l'adolescent. Littéralement électrisé par ce seul contact, il en aurait fallut peu pour que le petit roux se mette à pleurer, ou autre chose du genre. Heureusement, le contact avait été très bref. Rien que ce contact semblait comme ranimer les vives douleurs éprouvées par les coups qu'il avait reçu à cet endroit. Et autant dire que ça n'avait rien d'agréable. C'était même un brin traumatisant, sans exagérer... Il s'approcha donc machinalement, attrapant le sécateur qu'on lui tendait, tentant tant bien que mal d'oublier le moment très désagréable qu'il venait de passer. Voyant que l'autre s'agenouillait près d'un buisson, il hésita vaguement à l'imiter. Est ce qu'il fallait le faire ? Ne comprenant pas trop ce qu'il était bon de faire, il attendit que le jeune jardinier lui fasse un signe pour s'agenouiller près de lui (avec ses centimètres en moins).

« Viens. On va commencer par ce rosier. Je vais t’indiquer ce que tu dois faire. Dépêches-toi, on n’a pas que ça à faire ! »

Jetant un regard au dit rosier, il se demanda bien en quoi il avait besoin qu'on le charcute avec un sécateur. Décidément, c'était bizarre... Il jeta un bref regard à Hakugi pendant que celui-ci parlait. Même si il donnait des ordres, il gardait un ton joyeux, et un sourire aux lèvres. Vraiment... Ce type était trop inquiétant.
Se tournant à nouveau vers le rosier, il se demanda à nouveau pourquoi il était nécessaire de le tailler, alors que, visiblement, il n'en avait pas tant besoin... si ?

- Pourquoi cette plante doit elle être taillée ? demanda innocemment le roux, penchant légèrement la tête de côté, avec un air d'animal benêt.

Il ne regardait pas pour autant Hakugi, observant la plante, cette fois avec intérêt. D'autres questions lui vinrent bien vite à l'esprit, et il peina à les contenir. Il était vrai qu'il avait tellement de choses en tête, que ça en devenait pénible. Et loin de lui l'envie d'ennuyer le jardinier avec ses questionnements stupides ! Il en avait tant, que si il les posait toutes, ça en deviendrait pénible. Et autant dire que les seules personnes à qui il avait osé poser des questions à la pelle, c'était bien Edwin et Lya. Et autant que dire que, vu qu'Edwin étaient un parfait imbécile, le roux n'avait pas put assouvir son désir de connaissance. Quand à Lya... Non, elle n'avait jamais été mieux, et à la fin de sa vie, elle avait été exécrable au point que l'adolescent avait bien fait de se taire le plus possible.



Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Mer 25 Mai - 15:19

Le jardinier était bien décidé à faire en sorte que l’élève dont il devait s’occuper travaille avec lui. Peu importait s’il l’aidait ou non, s’il le dérangeait dans son travail ou non, ou même si le jeune Haku en question voulait l’aider ou non. De toute façon, autant l’un comme l’autre n’avaient pas le choix et l’employé avait décidé de lui apprendre à travailler correctement sur les plantes des jardins de l’établissement.

Mais de toute évidence, ce pauvre élève ne voulait pas le déranger dans son travail et aurait probablement préféré rester en retrait. C’était sans compter sur l’obstiné jardinier qui voulait à tout prix faire participer le garçon. Cependant, quelque chose lui disait que toucher l’élève semblait être une mauvaise idée, bien qu’un peu tardivement. Celui-ci avait semblé sur le point de faire une crise de panique et Hakugin garda dans un coin de son esprit qu’il devrait limiter les contacts physiques.

Heureusement, visiblement, le jeune homme semblait s’intéresser au travail que son professeur d’un jour souhaitait le faire exécuter. Qu’il lui pose une question lui fit grand plaisir. Puisqu’il s’intéressait à ce travail, même un minimum, il prendrait le temps de lui expliquer.

« C’est normal que tu te poses la question, » dit-il en regardant l’élève qui préférait regarder la plante. « Ce rosier à l’air en bonne forme et surtout n’a pas l’air d’avoir besoin d’être taillé. Mais si tu regardes bien, » il écarta quelques branches pour lui montrer, « certaines fleurs sont déjà fanées, pour des raisons et d’autres. Celle-ci, par exemple, a probablement fanée par manque de lumière, puisque les feuilles des autres fleurs empêchent les rayons de lui parvenir. Pour cette raison, il est nécessaire d’enlever cette branche et la fleur qui est au bout, ainsi le rosier ne sera plus obligé de s’occuper de cette branche et pourra garder ses forces pour ses autres fleurs. »

Il avait expliqué comme on lui avait expliqué lorsqu’il avait fait ses premières armes dans la carrière de jardinier et espérait que cette réponse satisferait le jeune garçon.

« N’hésite pas à me poser des questions s’il y a d’autres choses qui t’intriguent. Regarde, je te montre comment on fait, comme ça tu pourras le faire pour la suite. »

Prenant bien soin de ne pas cacher la vue au jeune homme, Hakugin prit un sécateur et l’approcha de la base de la branche qui supportait la fleur. Plaçant les lames de part et d’autre de la branche, il appuya sur l’outil qui sectionna la branche qu’il récupéra de l’autre main.

« Et voilà le travail ! Tu as compris comment on fait ? Tu saurais le faire seul ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Dim 26 Juin - 13:58


Samedi au jardin~

feat Hakugin



Il observait toujours avec intérêt la plante. Le vert de ses feuilles avait quelque chose de fascinant. Longtemps, il s'était demandé pourquoi toutes ses choses avaient une telle couleur. A force de tenter de rattraper son retard scolaire, qui n'était d'ailleurs pas rattrapé justement, il avait put apprendre pleins de choses dans les livres. Il se révélait d'ailleurs que quand les choses l'intéressaient, il pouvait très bien retenir. En sommes, il n'était pas si stupide avec un peu de stimulation...

« C’est normal que tu te poses la question, »
Il se serait plus attendu à un "Tu l'as pourtant vu à l'école", mais visiblement, on n'apprenait pas ça là bas. Pour une fois, il n'eut donc pas à se sentir coupable de n'avoir pas assez travaillé cette année, puisque l'école en prison pour mineurs, ça n'avait été qu'un an. (et dieu sait que quand on est roux et efféminé, les autres ne nous laissent pas travailler en paix)
« Ce rosier à l’air en bonne forme et surtout n’a pas l’air d’avoir besoin d’être taillé. Mais si tu regardes bien, »
Le jeune jardinier écarta alors les branches, pour laisser la possibilité à l'adolescent d'apercevoir la raison de l'entretien. En effet, il y avait bien des fleurs toutes flétries, et d'une triste couleur, tapies derrière les jolies feuilles vertes. Pourquoi est ce qu'elles avaient fanées, alors que les autres étaient en pleine forme ?
« certaines fleurs sont déjà fanées, pour des raisons et d’autres. Celle-ci, par exemple, a probablement fanée par manque de lumière, puisque les feuilles des autres fleurs empêchent les rayons de lui parvenir. Pour cette raison, il est nécessaire d’enlever cette branche et la fleur qui est au bout, ainsi le rosier ne sera plus obligé de s’occuper de cette branche et pourra garder ses forces pour ses autres fleurs. »

Le manque de lumière alors ? Il lui semblait avoir déjà entendu parler de ça, mais il ignorait où. Il avait lu dans les livres que beaucoup d'êtres vivants avaient en effet grand besoin de lumière pour vivre, mais avait visiblement plus ou moins oublié entre temps. Hakugi enchaîna donc en affirmant qu'il était nécessaire d'enlever la branche et la fleur au bout, car cela consommait de l'énergie au rosier, et il en avait besoin pour les autres fleurs encore vivantes. Tout sembla alors devenir plus clair dans l'esprit du roux.

« N’hésite pas à me poser des questions s’il y a d’autres choses qui t’intriguent. Regarde, je te montre comment on fait, comme ça tu pourras le faire pour la suite. »

Il hocha silencieusement la tête. Ce jeune homme était décidément effrayant, mais ce qu'il expliquait était intéressant. Et même si il ne l'avouait pas, l'adolescent avait tendance à toujours vouloir tout savoir. C'était peut être ce qu'il faisait le plus après raconter n'importe quoi et s'excuser : poser des questions.
Il observa le jardinier s'emparer du sécateur, et l'approcher de la base de la branche qui soutenait la fleur malade. Finalement, il exerça une pression sur l'appareil pour sectionner la branche, et l'attraper de l'autre main.

« Et voilà le travail ! Tu as compris comment on fait ? Tu saurais le faire seul ? »

Il hocha à nouveau simplement la tête, pas vraiment décidé à parler pour une réponse qui pouvait être faîtes autrement. Puis, il se tourna à nouveau vers le rosier, fixant l'emplacement où se trouvait avant la branche coupée. Il y avait une marque de cette amputation, une petite auréole plus claire, et légèrement humide, avec des petits cercles, comme quand on jetait un caillou dans l'eau. Il lui semblait qu'on appelait ça "nervure", mais n'en était pas tellement certain. Toutefois, une question semblait obstruer principalement ses pensées, et il se tourna vers le jardinier.

- Je peux le faire mais... Est ce que les plantes souffrent quand on leur coupe une branche...?

Il avait un air inquiet collé sur son visage enfantin, une inquiétude qui se lisait même dans ses grands yeux bleus-verts, habituellement plus vides que vides. C'était plutôt étonnant de constater sa capacité à être expressif, alors qu'habituellement il restait toujours neutre. Mais visiblement, ce genre d'expression n'apparaissait que quand il était fatigué, ce qui était le cas ici. Autrement, il maitrisait sa neutralité constante.

- Après tout, quand on leur coupe quelque chose, c'est comme si on nous coupait un bras ou une jambe, non ? Et vu que c'est humide à l'endroit où vous avez coupé, elles saignent aussi, non ? C'est un espèce de sang, non ?

Il tentait alors d'imaginer l'incroyable souffrance que ça pouvait être. Et les plantes ne pouvaient crier... Est ce que leur cerveau était dans les racines ? Est ce qu'elles avaient une âme ? En tout cas, pour lui, elles devaient sûrement souffrir.


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Mar 5 Juil - 12:41

Le garçon écoutait attentivement les explications du jardinier. C’était plaisant. Hakugin était très heureux d’avoir réussi à capter l’attention de son jeune collègue d’un après-midi. Le pauvre n’avait pas choisi de venir l’aider alors l’adulte essayait de faire en sorte que cette assignation ne soit pas trop une corvée. Au pire, il pourrait toujours l’envoyer s’asseoir sur un banc pendant qu’il travaillait mais ce ne serait que plus ennuyant pour le jeune garçon.

Le jardinier avait montré comment le garçon pouvait l’aider, comment s’y prendre avec les outils dont il disposait. Et il reçut une question en retour. Cette question, il s’y attendait, même si elle était généralement posée par des enfants plus jeunes. Il sourit au garçon et lui expliqua en le regardant avec une certaine tendresse. D’un côté, il lui faisait penser à son petit-frère.

« Oui, elles souffrent. Tu as raison, c’est comme si on nous couper un bras ou une jambe. Et la sève, c’est bien son sang. »

Ceci ne devait pas rassurer le garçon, mais c’était pourtant la vérité et il n’avait pas à la cacher. Cela pouvait sembler cruel de la part d’un humain d’ainsi estropier une plante à son bon vouloir, cependant, en tant que jardinier, Hakugin savait déceler le nécessaire non-nécessaire et faire de son mieux pour que la plante s’épanouisse pleinement, quitte à devoir la blesser.

« Mais là, c’est comme faire une amputation. Quand tu as un bras ou une jambe qui ne fonctionne plus, elle gêne. Hé bien là, c’est pareil. Cette fleur la gêne. Alors on l’ampute. L’avantage qu’ont les plantes par rapport à nous, humains, c’est que cette branche repoussera, alors que si nous on nous coupe un bras ou une jambe, ça ne repoussera pas. »

Il espérait, de par ses explications, avoir apaisé un peu l’inquiétude du garçon. Néanmoins, il ne pouvait pas s’empêcher de trouver cette inquiétude mignonne.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Lun 11 Juil - 14:49


Samedi au jardin~

feat Hakugin


Le jeune jardinier afficha un sourire. Amusé ? Ou il se moquait de lui ? Le roux n'en savait vraiment rien. Mais il n'aimait pas tant que ça cet air "rassurant" constamment collé au visage de Hakugin. Ça l'inquiétait plus qu'autre chose à vrai dire. Mais il s'y ferait peut être un jour... Peut être... On se faisait à tout avec l'habitude... Quoi que... Il jetait quelques regards de côté au jardinier, toutefois plus intéressé par la plante. Ça l'inquiétait très sérieusement en fait...

« Oui, elles souffrent. Tu as raison, c’est comme si on nous couper un bras ou une jambe. Et la sève, c’est bien son sang. »

Pourquoi faire souffrir cette plante alors ? Cette fois, il ne quittait plus la "blessure" du rosier. La sève ne coulait pas, et peu à peu, il semblait que ça "cicatrisait". Malgré cela, il ne pouvait s'empêcher d'être un peu triste pour la plante. Bien sûr, il tentait de ne pas le montrer, c'était contraire à sa manière d'être, mais il n'avait rien d'un psychopathe au fond. Il ressentait n'importe quel sentiment, comme tout le monde, mais encore fallait il qu'il mette un nom dessus et les comprenne, parce que de son côté, c'était quelque chose de carrément obsolète.

« Mais là, c’est comme faire une amputation. Quand tu as un bras ou une jambe qui ne fonctionne plus, elle gêne. Hé bien là, c’est pareil. Cette fleur la gêne. Alors on l’ampute. L’avantage qu’ont les plantes par rapport à nous, humains, c’est que cette branche repoussera, alors que si nous on nous coupe un bras ou une jambe, ça ne repoussera pas. »

Une amputation ? Il n'avait jamais entendu parler de ça pour un humain... Mais il suivait plus ou moins les propos du jardinier. On coupait, parce que ça ne servait plus... De plus, l'adulte ajouta que la branche repousserait, ce qui rassura le roux. En quelque sorte, c'était comme une renaissance de la branche, en plus utile... Il fixait toujours l'emplacement de la branche qui venait de disparaître. Dans combien de temps il y aurait une nouvelle branche ? Il se tourna vers Hakugi.

- Et il y aura une nouvelle branche quand ?

Il jeta un nouveau un coup d’œil au rosier, repérant une autre fleur fanée à travers les branches. Il fallait la couper elle aussi ? Il jeta un vague regard à Hakugin, comme incertain, avant de littéralement lui piquer le sécateur après qu'il ait répondu à sa question, sans demander l'autorisation. Visiblement, il n'était pas près de perdre cette habitude.
Il chercha à nouveau des yeux la branche qu'il avait aperçut plus tôt, et imita l'adulte, en écartant doucement les gêneuses, il alla couper également la branche morte à la base, n'oubliant pas de récupérer ce qu'il venait de détacher. Certes, ce n'était sûrement pas fait avec autant de précision que Hakugin, mais il avait eu le mérite d'avoir reproduit correctement ce qu'il fallait faire... Même si ça n'avait rien d’impressionnant.

- On fait ça comme ça ? questionna le roux, pour s'assurer d'avoir bien fait.

Il se tourna à nouveau vers Hakugin, penchant légèrement la tête de côté.


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Ven 15 Juil - 18:03

Quoi de mieux pour quelqu’un que lorsqu’on s’intéresse à ce qu’il fait ? Le jardinier était heureux de voir l’intérêt du jeune garçon pour son travail, pour la seule chose qu’il savait un minimum faire bien. Bien sûr il n’avait aucun espoir à insuffler une passion dans le cœur de ce garçon, ce qui n’était d’ailleurs ni son but ni son envie, mais qu’il puisse lui faire comprendre un peu le monde du jardinage était déjà une bonne chose.

Le jeune Haku semblait beaucoup s’intéresser à ce rosier, à sa santé, à ce qu’il ressentait. Voir ce petit garçon qui s’était montré violent avoir un intérêt pour quelque chose d’aussi trivial que des plantes.

« Il y en aura une nouvelle branche lorsque la plante en aura décidé ainsi. Mais elle ne la fera pas pousser au même endroit. Elle a retenu la leçon et en fera une autre ailleurs. Peut-être même plusieurs autres. Ça se fera petit à petit mais il y a de fortes chances que l’année prochaine il y a de nouvelles branches. »

Après avoir fini ses explications, Hakugin fut surprit de voir le sécateur disparaitre de sa main pour finir dans celle du jeune homme. Il ne lui demanda pas l’autorisation ce qui irrita légèrement le jardinier, mais il ne dit rien, préférant observer son élève d’un jour, voir ce qu’il allait faire.

Comme le jardinier l’avait fait précédemment, le jeune homme écarta les branches du rosier et alla sectionner une branche. Hakugin l’observa faire avec attention et, lorsqu’il eut terminé, il observa la coupure, plus longuement que nécessaire, de l’air d’un examinateur qui observe le travail d’un candidat, avant de se tourner vers le garçon un sourire sur les lèvres.

« C’est exactement ça ! Du coup, je peux te laisser t’occuper de ce rosier. Je vais travailler sur les autres. Si tu as le moindre doute, n’hésite pas à me demander. »

Sur ce, Hakugin prit un autre sécateur dans ses affaires et s’éloigna un peu, allant s’occuper d’autres buissons. Bien entendu, il garda un œil sur le jeune garçon. Après tout, il lui avait mis en main un objet avec lequel il pouvait très facilement s’amputer d’un doigt, il devait rester sous sa surveillance.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Dim 17 Juil - 11:04


Samedi au jardin~

feat Hakugin


En vérité, bien qu'il le semblait souvent, Haku n'était pas quelqu'un de particulièrement violent de nature. C'était juste qu'il pouvait être... impulsif ? Disons plutôt qu'il était sensible, et pas doué du réflexe qu'était de réfléchir dans ces situations. Et disons qu'en venir aux mains avait toujours été son premier recours avant la réflexion dans ce genre de situations... Après tout, il n'avait pas grandit dans des conditions favorables à une bonne éducation. Il fallait donc peut être tout lui réapprendre... Ça serait un peu tard, mais mieux vaut tard que jamais.

« Il y en aura une nouvelle branche lorsque la plante en aura décidé ainsi. Mais elle ne la fera pas pousser au même endroit. Elle a retenu la leçon et en fera une autre ailleurs. Peut-être même plusieurs autres. Ça se fera petit à petit mais il y a de fortes chances que l’année prochaine il y a de nouvelles branches. »

Très concentré sur les propos du jardinier, ce qui était étonnant quand on savait qu'il n'était habituellement jamais très attentif, il prit note dans son esprit de ce qu'il venait d'apprendre. Ça l'étonnait, d'entendre qu'il n'y aurait pas forcément une nouvelle branche au même endroit. Ça ne lui semblait pas tellement logique, mais il n'avait aucun moyen de contester les propos de Hakugi avec certitude, alors il était plus ou moins contraint de le croire.
Après avoir piqué le sécateur du jardinier, ce qui semblait légèrement l'irriter, il imita donc ce qu'il avait précédemment fait. Une fois la branche coupée, Hakugin sembla longuement observer la coupure. Paniquant légèrement intérieurement à l'idée d'avoir mal fait, il ne bougeait pas, regardant à nouveau le sol. Il n'aperçut donc pas le sourire qui s'était finalement formé sur les lèvres de l'adulte.

« C’est exactement ça ! Du coup, je peux te laisser t’occuper de ce rosier. Je vais travailler sur les autres. Si tu as le moindre doute, n’hésite pas à me demander. »

Un peu surpris, il sursauta légèrement. Il pensait sérieusement avoir raté, défaitiste comme il était, alors il peinait à croire ce que disait le jardinier pour le coup. Celui-ci annonça qu'il le laissait s'occuper de l'autre rosier, pendant qu'il allait travailler sur les autres, et l'incita à lui poser des questions en cas de soucie. Il ne répondit rien, levant les yeux vers le rosier. Il chercha alors d'autres branches malades, en tentant d'écarter celles en bonne santé le plus doucement possible. Quand il trouva une nouvelle malade, il répéta le processus des autres fois, avec application. Répétant le même processus jusqu'à ce qu'il n'y ait plus que des branches saines, il hésita à demander si il devait passer à un autre rosier, de peur de déranger. Il se sentait déjà de trop, alors déranger encore Hakugi pendant son travail lui semblait disconvenu.
Il baissa les yeux, regroupant les branches mortes. Est ce que cet homme lui en voulait ? Il n'avait que peu confiance en le sourire du jardinier, et son comportement l'inquiétait, car il n'arrivait pas à savoir si c'était ses vrais intentions. Après tout, quand on avait l'habitude de voir le mal partout, on peinait à y voir le bien.
Il en vint inévitablement à se sentir à nouveau stupide, et il repensa à la raison de sa venue ici. Il s'en voulait quelque part, et il se sentait aussi meurtrit, parce qu'on lui avait rappelé qu'au final il n'était pas plus fort que tous les autres. On lui avait rappelé ses échecs, bien trop nombreux, et il ne savait pas comment il remédier.

- Hum... Comment on devient plus fort ? demanda l'adolescent avec un air détaché.

Cet homme qui souriait tout le temps le savait peut être plus que lui. Après tout, il ne savait pas grand chose du monde encore... Il avait besoin d'apprendre, comme n'importe qui. Il attrapa les branches mortes. Il avait une forte envie de les plier, pour voir si elles craquaient. Bien malgré lui, cette impuissance lui avait toujours donné envie de détruire quelque chose, quitte à se blesser lui-même si il fallait.


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Dim 24 Juil - 13:51

Le jeune garçon avait terminé de s’occuper du rosier que Hakugin lui avait confié. Cependant, celui-ci ne le remarqua pas. Même s’il le surveillait, même s’il le devait, il s’était laissé emporter par son travail et n’avait plus porté attention au jeune élève. Si bien que lorsqu’il lui parla, il sursauta légèrement. Il avait été surpris.

La question qu’on lui posait était inhabituelle. Posant son sécateur, il se tourna vers le garçon. En vrai, il ne savait pas trop quoi répondre.

« Je ne sais pas, désolé. Je n’ai jamais été fort, je n’ai jamais su comment l’être. Peut-être aussi n’ai-je jamais eu vraiment besoin de l’être. Je me suis toujours contenté de faire ce que je pouvais faire. »

Il marqua une pose. Le jeune Haku ne devait pas être satisfait par la réponse de l’adulte et il le savait. Cependant, il ne savait pas ce qu’il pouvait dire d’autre. C’est vrai, il n’avait jamais eu besoin d’être fort, on ne l’avait jamais provoqué ni quoi que ce soit. Il avait toujours eu une vie relativement paisible.

« Pourquoi aimerais-tu devenir plus fort ? »

C’était une question tout à fait légitime. Si le jeune garçon lui disait pourquoi il voulait être plus fort, Hakugin pourrait peut-être lui donner de meilleures réponses.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Dim 24 Juil - 21:02


Samedi au jardin~

feat Hakugin


La question pouvait paraître très incongrue. Surtout dans un tel lieu, à un tel instant. Mais Haku n'était pas particulièrement doué pour trouver les moments pour poser certaines questions, et faisait généralement tout un peu à n'importe quel moment. En même temps, il avait toujours eu l'habitude de faire un peu n'importe quoi. Et poser la question à ce pauvre jardinier semblait étrange... Qu'est ce que Hakugi avait fait pour mériter cette question ? Et celle-ci était bien floue !

« Je ne sais pas, désolé. Je n’ai jamais été fort, je n’ai jamais su comment l’être. Peut-être aussi n’ai-je jamais eu vraiment besoin de l’être. Je me suis toujours contenté de faire ce que je pouvais faire. »

La réponse du jeune jardinier sembla surprendre l'adolescent. Il ne savait pas ? Quelque part, ça le mettait vraiment mal pour Hakugi, surtout quand il enchaîna en disant qu'il n'avait jamais été fort, qu'il n'avait jamais su comment l'être, et qu'il avait peut être jamais eu besoin de l'être. Ça lui semblait étrange... Ne pas avoir besoin d'être fort ? Puis, il continua en disant qu'il s'était toujours contenté de faire ce qu'il pouvait. Faire ce qu'il pouvait... Ça lui semblait étrange, parce que le petit roux avait toujours songé qu'il devait faire justement toujours au delà de ses limites pour ceux qu'il aimait. La réponse de Hakugin avait donc plutôt mise à l'aise l'enfant. Ce n'était pas ce à quoi il s'attendait... Et il se sentait un peu... perdu...

« Pourquoi aimerais-tu devenir plus fort ? »

La question semblait légitime, mais elle mit encore mal à l'aise le roux. Cherchant un peu ses repères dans son esprit -qui était au passage au sacré bazar-, il tenta de rassembler les raisons. Fallait il être honnête ? Refuser de répondre ? Mentir ? Si il était honnête, il devrait essayer de ne pas attirer d'autres questions, même si il ne comprenait pas comment se provoquait une question. Si il refusait de répondre, il serait obligé de se taire, ou alors de partir, et donc de probablement s'exposer à une sanction. Et mentir ? Non, mentir n'était qu'une solution d'extrême urgence... Ou alors, quand c'était vraiment nécessaire... Et là, ce n'était pas tellement le cas, si...?

- Pour protéger et aider les autres. Juste ça. Je n'aime pas voir... des personnes exposées à un danger...

Il disait ça, mais il avait quand même frappé un adolescent assez violemment. Mais ça ne comptait pas. C'est parce qu'il l'avait énervé, et il avait dit n'importe quoi. Enfin, c'était ce à quoi il songeait... Il avait mal agit, il le savait, mais quelque part, il n'en avait rien à faire. C'était compliqué d'expliquer la raison de ses agissements. Pour n'importe qui, les pulsions qui nous poussaient à faire des choses n'étaient pas dus à quelque chose de très sérieux, de très cohérent.

- Pour le type que j'ai frappé, c'est parce qu'il m'a blessé. Ça veut dire que j'étais trop faible, donc je ne dois plus rien ressentir, pour pouvoir aider et ne plus attaquer bêtement les autres...

Il ne savait pas pourquoi il disait ça à ce type. Il ne le connaissait même pas après tout... Mais ça le rendait malade de ne trouver aucune solution pour ne plus être ce qu'il était. Il aurait voulut être comme quand il était petit, penser que tout était normal, et qu'il devait juste obéir. Ne rien ressentir, ou du moins, ne pas savoir ce que c'était, au point de ne pas subir l'influence de toutes les choses qui pouvaient peser sur un cœur. C'était trop tard maintenant, et il le savait. Ça le tuait, de savoir qu'il pouvait ressentir des sentiments. Ça l'énervait aussi. Parce qu'il ne pouvait se le permettre...


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Mar 9 Aoû - 12:33

Si le garçon ne souhaitait pas répondre à sa question, le jardinier ne l’aurait pas forcé. Néanmoins, il était curieux. La question qu’il avait reçue était très étrange, c’était la première fois qu’on lui posait une telle question. Même Sunao ne lui avait jamais posé une question de ce genre, et pourtant il lui en avait posé des questions étranges.

La réponse le fit sourire. C’était un sourire doux, un peu comme celui d’une mère à un enfant qui vient de dire quelque chose de mignon et touchant. Hakugin se disait que ce garçon devait avoir vécu des choses bien traumatisantes pour réfléchir ainsi.

« C’est une noble cause. Mais il y a d’autres façons de faire que d’être fort. Il n’y a pas de mal à être faible, à ressentir des émotions. Les émotions, c’est ce qui fait ce qu’on est. Ils nous permettent d’avancer vers ce qu’on veut, de rester toujours sur le droit chemin. Il ne faut pas les faire se taire. »

Et surtout, ce serait dangereux, se disait le jardinier. Il doutait cependant que le garçon pourrait vraiment se défaire de toutes ses émotions. A ses yeux, personne n’en était capable. Mais surtout, il fallait qu’il arrête de songer à le tenter.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Ven 19 Aoû - 11:17


Samedi au jardin~

feat Hakugin



Il s'attendait à ce qu'on le réprimande. C'était stupide... Vraiment stupide... Ne plus rien ressentir, ça paraissait aberrant pour les autres, mais il voulait vraiment devenir comme ça. Juste faire ce qu'il avait à faire, et ne pas éprouver de choses douloureuses. Devoir être triste, c'était bien trop difficile à supporter. Il ne voulait plus ressentir les choses comme ça. C'était trop lourd, et il le vivait mal. Il voulait rester tout seul, et s'en sortir sans l'aide de personne. Ne plus blesser. Ne plus être blessé. Juste protéger, et redevenir un vulgaire outil, dénué d'identité. Il pensait qu'il n'avait pas besoin de tout ça. Protéger les autres, améliorer leurs vies, rien ne lui semblait plus important. C'était quelque chose qui procurait une sorte de chaleur indescriptible. Et c'était bien...

« C’est une noble cause. Mais il y a d’autres façons de faire que d’être fort. Il n’y a pas de mal à être faible, à ressentir des émotions. Les émotions, c’est ce qui fait ce qu’on est. Ils nous permettent d’avancer vers ce qu’on veut, de rester toujours sur le droit chemin. Il ne faut pas les faire se taire. »

Une noble cause ? Était-ce de l'hypocrisie ? Il ne savait pas vraiment si l'autre se fichait de lui. En tout cas, il enchaîna en disant qu'il y avait d'autres façons que d'être fort. D'autres façons ? Lesquels tiens... C'était ridicule ! L'adulte enchaîna en disant qu'il n'y avait aucun mal à être faible et ressentir des émotions -quelle foutaise !-, et que c'était qui faisait ce que l'on était. Mais l'adolescent ne voulait pas être quelqu'un ! Enfin... C'était quelque chose qu'il voulait et refusait en même temps. Et ces contradictions étaient vraiment désagréables. Hakugi enchaîna en disant que les émotions nous permettaient d'avancer vers ce que l'on voulait, et de rester sur le droit chemin, et qu'ainsi, il était mauvais de les faire taire. Était-ce vrai ? Tout ce qu'il voulait, c'était pouvoir arriver à quelque chose. Il ne savait pas où il allait, et n'en avait rien à faire de finir dans un mur si il pouvait servir à quelqu'un. Protéger les autres, les rendre heureux... C'était ce qu'il voulait, oui, mais pour y arriver, il y allait dans n'importe quel sens. Et il pensait sérieusement que ne plus rien ressentir mettrait au contraire un chemin clair devant ses yeux. Après tout, la raison de son entrée à Saotome n'avait dépendu que de pas grand chose... Il y était parce que la musique rendait heureux les autres. Parce qu'il ne pouvait pas oublier tous ces sourires, juste parce qu'il avait chanté ou joué du piano. Et qu'il ne voulait pour rien au monde que tout cela cesse. Mais est ce que sa volonté dépendait de ses émotions ? Il pouvait garder un objectif sans rien ressentir ?

- J'ai pas besoin d'être quelqu'un. Je veux juste que les autres soient heureux. Mais j'arrive à rien en restant comme je suis. Je ne fais que les blesser, et c'est chiant...

Il ne disait pas souvent comme ça ce qu'il avait sur le cœur. Mais ça, il le pensait vraiment. Vraiment vraiment. C'était quelque chose qui lui tenait à cœur. Il n'aimait pas être l'imbécile qu'il était. Tout rater, blesser tout le monde, et foncer droit dans un mur avant de se relever et de repartir dans la même direction. C'était un peu comme être un moustique coincé dans une pièce, qui pouvait plus sortir par la fenêtre mais s'entêtait à s'y cogner, en cherchant une nouvelle voie pour repartir du soucie de départ. Ça serait plus simple si il pouvait ne rien ressentir, il en était convaincu.


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   Mar 23 Aoû - 12:38

Bizarrement aux yeux du jardinier, l’élève ne semblait pas convaincu. Pourtant, ce qu’il avait dit là, c’était son expérience personnelle. Si ce n’est qu’une seule personne qu’il avait voulu aider, il avait tout fait pour le bonheur de son petit-frère. Et puisque ça semblait avoir réussis, c’était une expérience qu’il pouvait faire partager.

« N’as-tu jamais pensé que c’est parce que tu étouffes tes émotions ? Si tu veux aider les autres, il faut tout d’abord que tu sois ce quelqu’un que tu ne veux pas être. Dès lors que tu auras appris cela, tu sauras mieux aider les autres. »

Ceci, par contre, ça ne découlait pas de son expérience mais il le supposait, voulant aider le jeune garçon en face de lui. Au contraire, lui il avait oublié d’être quelqu’un. Il avait donné toute sa vie à son frère, et celui-ci en étant un peu blessé. Peut-être que s’il avait davantage pris soin de lui-même, s’il avait davantage vécu, Sunao ne s’en serait que mieux porté.

« Tu sais, nous sommes un peu pareil. Moi aussi j’ai quelqu’un à protéger, quelqu’un que je souhaite rendre heureux. Mon petit-frère. Il est à cette école, à Saotome. J’ai tout fait pour qu’il soit heureux, absolument tout ce que je pouvais. Et parce que je me suis oublié, que j’ai mis mon propre bonheur, mon propre bien-être de côté, je n’ai pas réussi à le rendre vraiment heureux. Alors, ne fait pas la même erreur que moi, ne t’oublie pas pour autrui. »

Il s’ouvrait rarement aux autres, préférant les écouter. Mais là, il l’estimait nécessaire, pour gagner sa confiance d’une part et lui montrer le droit chemin d’autre part. Le jardinier regarda l’heure à sa montre. La journée était déjà bien avancée.

« Allez, je te libère de ta punition ! C’est fini, tu as terminé, tu es liiiiiiiibre ! »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Samedi au jardin [PV Hakugin]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Samedi au jardin [PV Hakugin]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Operasyon Bagdag 2 di Jean Mari Samedi pot parol baz lavalas
» samedi 7 janvier
» bonjour !!! samedi 22 01 2011
» bon samedi 30 Janvier 2011
» pour les amoureux de jardin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saotome Gakuen :: Archives :: Partitions perdues :: Archives RPs-
Sauter vers: