Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Sensei... [ Ft Reinhart von Lichnowsky ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

avatar

MESSAGES : 150

Bourgeoise violoniste

MessageSujet: Sensei... [ Ft Reinhart von Lichnowsky ]    Mar 12 Avr - 21:10

Sensei... |  FEAT Reinhart von Lichnowsky

J'étais une enfant étrange , on ne pouvait pas dire le contraire. Que dire de moi à part que je venais de rejoindre le club du paranormal , j'étais toujours plongée dans mes livres et mon quotidien ne se résumé qu'à ça. Je changeais que très rarement de lieu. C'était donc très facile de me «trouver».

Je pouvais être à la bibliothèque entrain de lire un nouveau roman ou de la poésie. Ce n'est pas forcement une bonne chose comme vous pouvez le penser. Les livres me rentraient dans la tête des histoires de contes de fées ou même les poèmes me rendaient rêveuse.
Je pouvais me trouver dans ma chambre encore à lire où à rester enfermée. C'était extrêmement rare de me voir sortir pour me balader ou pour «prendre l'air». J'aimais l'ambiance de ma chambre , la lumière pouvait y accéder facilement , elle était claire et paisible. On aurait pu se croire dans un chambre assez classique. La couleur blanche et orange/dorée y était dominante cette année. Des fleurs et meubles anciens y étaient disposée un peu partout. J'y vivait seule dans cette chambre , je pouvais donc me permettre de m'installer comme je voulais.
Et l'autre possibilité était au milieu de la forêt. Je venais toujours me mettre sur ma souche d'arbre pour jouer de mon violon , pensant que cela me permettrait de m'apaiser.

Tous cela pour dire que j'étais une fille souvent seule , ne cherchant pas beaucoup de compagnie et un peu beaucoup bizarre. On aurait pu presque dire que j'étais un fantôme. Mais bon , tout allait mieux quand j'allais en cours. C'est justement un jour où j'allais en cours que quelque chose m'a intéressée. J'étais assise à ma table et j'écoutais les potins de la classe. D'un côté on pouvait entendre parler de partitions , de l'autre on entendait parler de la dernière mode.
C'est une conversation autre qui m'a attirée. Deux personnes étaient en train de parler au fond. Elles parlaient d'un certain professeur étrange. Elle disait qu'elle avait eu un cours un fois avec lui et qu'il était vraiment spécial. Je suis donc allée me renseigner au près d'elle pour savoir de qui elles parlaient. C'était d'un certain professeur de littérature et philosophie: Reinhart Karl Felix Michael Fürst von Lichnowsky-Werdenberg.
C'était un nom que je n'avais jamais entendu. Mais je commençais à m’intéresser à cette personne qui semblait si… «différente».

Je l'observais beaucoup en secret et je le trouvais vraiment intéressant comme personnage. De plus , je le trouvais particulièrement beau. Il était si beau qu'on aurait dit qu'il ne pouvais pas être réel.
Ce que je préférais chez lui, c'était sa peau si blanche comparée à la mienne qui était rosé.. On aurait pu voir deux opposés.
C'était un peu cliché: la jeune élève qui idolâtre son professeur de littérature.
J'étais cependant réaliste: il ne devait même pas savoir qui j'étais. J'étais lambda au milieu de tant d'élèves...

C'était donc une fin de journée pour moi. Le soleil était en train de se coucher et j'étais sûrement l'une des dernière étudiante encore dans le bâtiment. J'avais très peu envie de retourner dans ma chambre ce jour ci. Je vins me poser contre un de mur suivant les fenêtre pour pouvoir observer le beau couché de soleil. J'étais plus que pensive et j'en oubliais la notion du temps. Je savais bien que je devais rentrer cependant quelque chose me faisait sentir que je n'étais pas seule dans le bâtiment.
Je mis ce pressentiment de côté et je continue de regarder vers l'horizon.

Je me décide enfin , quelques minutes plus tard, à rentrer dans mon dortoir. Cependant , lorsque je lève les yeux …

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MESSAGES : 93

Seigneur de la Nuit

MessageSujet: Re: Sensei... [ Ft Reinhart von Lichnowsky ]    Mer 20 Avr - 9:58

Soleil, cruel bourreau.

La journée arrivait à sa fin, au grand soulagement du professeur von Lichnowsky-Werdenberg, et l’astre nocif commençait à disparaitre à l’horizon dans un rictus lumineux. Une nouvelle fois, Reinhart avait survécu à sa journée en plein jour. Une nouvelle journée de perdue dans le peu de temps qui lui restait encore probablement à vivre.

Cette journée, il l’avait passé à donner ses cours. « Donner » est le terme exact. Tout professeur qu’il était, il se cantonnait strictement au programme et le dispensait de manière experte certes mais néanmoins monotone, inintéressante. Si on ne pouvait pas le qualifier de mauvais professeur, on ne pouvait pas non plus le qualifier de bon. S’il captait parfois l’attention de ses élèves, ce n’était que par sa façon d’être, non par ses cours. Il ne sait pas intéresser ses élèves à son cours et n’essaie même pas. Tout ça, ça lui est égal.

Ce qui l’intéressait plus particulièrement à Saotome, c’était cette fameuse crypte. Et le club de paranormal. De loin, il suivait leurs activités et, preuve de son intérêt, il connaissait les noms et visages de chacun de ses membres. Ces élèves, c’était les seuls qu’il connaissait, même si ce n’était pas personnellement. Ne portant pas d’intérêt aux autres élèves, il ne prenait pas la peine de retenir leur nom, se souvenant à peine de leurs visages. Mais s’agissant du club de paranormal, l’intérêt est plus présent.

Si malgré tout il ne s’implique pas dans les activités du club, ce n’est pas là un manque de volonté, au contraire. Néanmoins, ce professeur est un homme occupé qui doit jongler entre ses cours, ses séjours plus ou moins réguliers à l’hôpital et ses recherches personnelles. L’écoulement du temps lui est difficilement favorable pour l’implication dans le club.

Ce jour-là, Reinhart avait passé un peu plus de temps que d’habitude dans le bâtiment scolaire. Il avait montré une ardeur peu commune de sa part pour corriger les copies du jour. Ce n’était pas là un excès de zèle mais une simple précaution. Cloîtré dans le bâtiment, il n’avait pas à s’exposer au soleil qui s’était montré trop ardent ce jour-ci pour sa peau, qui, si elle était cependant recouverte, n’en ressentait pas moins les effets de la chaleur insupportable des rayons solaires.

Remarquant la luminosité déclinante, il avait osé sortir de la pièce où il travaillait à l’ombre. Il allait rentrer chez lui. Son chat l’attendait et il devait avoir faim. Prudemment, il s’engagea dans les couloirs. Ses yeux, derrière ses lunettes de vue, étaient rivés sur le soleil couchant qu’il regardait comme un vieil ennemi dont il se méfiait, observant le moindre de ses mouvements. Mais bientôt il senti la douleur s’immiscer et fut obligé de détourner les yeux, se maudissant d’avoir encore oublié ses lunettes de soleil.

C’était inattendu. Il se retrouva nez à nez avec une élève. Enfin, « nez à nez » c’est beaucoup dire puisque le professeur se retrouvait plus grand que la jeune demoiselle. Concentré comme il l’était, il aurait suffi d’une seconde de plus pour qu’il la bouscule.

Un instant, sous l’étonnement, il resta aussi muet qu’immobile, puis retrouvant ses esprits, il remarqua que cette jeune femme ne lui était pas inconnue. Bien sûr, il avait déjà vu son dossier plus d’une fois. Elle fait partie du club de paranormal.

« Inoue-kun, » s’exclama-t-il, la surprise facilement audible dans sa voix. « Qu’est-ce que vous faites encore ici à cette heure-ci ? »

C’était une question tout à fait légitime. À une heure avancée comme celle-ci, plus aucun élève ne devrait être encore présent dans l’établissement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MESSAGES : 150

Bourgeoise violoniste

MessageSujet: Re: Sensei... [ Ft Reinhart von Lichnowsky ]    Mar 26 Avr - 14:57

Sensei... |  FEAT Reinhart von Lichnowsky

Suis-je en train de me faire réprimander? C'est fort possible mais je n'étais pas si mécontente.
En effet, j'étais collée au torse de mon professeur, qui un peu plus me faisait basculer au sol. J'étais assez fragile comme fille avec un corps tout fin. Il était donc facile pour beaucoup de monde de me mettre au sol.

Je lève la tête pour le regarder. Il ne portait que ses lunettes de vue aujourd'hui. On pouvait voir ses yeux si beaux à travers. Je reste là à les contempler sans dire un mot. J'avais les joue qui venait de rougir légèrement et mes propres yeux brillaient de milles feux. Ils étaient comme un beau ciel bleu clair remplir d'étoiles.

« Inoue-kun? Qu’est-ce que vous faites encore ici à cette heure-ci ? »

Que pouvais-je lui répondre.J'étais comme sous un état de choc de l'avoir si près de moi. De plus.. Il connaissait mon nom! Impossible car j'étais si discrète et j'avais fait en sorte de ne pas attirer son attention. Mon premier réflexe fut de le saluer et de de baisser par la suite la tête.

« Pardonnez-moi professeur, je ne voulais pas vous bousculer. J'étais.. Perdue dans mes pensées à vrai dire. J'avais envie de profiter un peu du couché de soleil d'ici en lisant surement un peu pour me détendre. »

J'avais essayer de lui expliquer de ma petite voix la raison de ma venue ici. Cependant, je ne pouvais pas ajouter que j'étais heureuse d'avoir fait sa rencontre. Je ne savais pas quoi lui dire mais j'étais assez timide face à lui. Ma baisse toujours baisser j'essaye de ne pas croiser son regard si attirant et je viens remettre une de mes mèches blonde rebelles qui dépassaient, derrière mes oreilles.

« Vous.. rentrez professeur ? » Lui dis-je d'une petite voix douce et timide.

J'essaye de trouver une conversation à avoir avec lui car pour la première j'avais le droit d'en avoir une sans que personne ne puisse intervenir et lui parler. Je pouvais lui parler seul à seul. Une sorte de sentiment de joie apparu en moi et je ne savais pas vraiment si c'était un sentiment de bonheur ou d’excitation. Oui j'étais toute exciter de pouvoir enfin parler à cette personne que j’idolâtre depuis tant de temps. Si il comprenait la passion que j'éprouve pour sa personne, je ne savais pas comment il aurait pu me voir. Une folle accro à son professeur ? Une fille étrange ou même tous simplement une fille déranger.. Comment aurait-il pu me voir autrement à vrai dire...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MESSAGES : 93

Seigneur de la Nuit

MessageSujet: Re: Sensei... [ Ft Reinhart von Lichnowsky ]    Mer 11 Mai - 15:40

La proximité entre eux deux n’était pas dans l’habitude du professeur mais, dans son manque de connaissance des règles de comportement en société et des distances plus ou moins codifiées, cela ne le dérangeait nullement, il en était juste étonné, tout comme de la présence de la demoiselle.

Il la remarquait rougir et une lueur inhabituelle s’emparer de ses yeux. Reinhart se demandait si elle n’était pas malade, ne connaissant aucune autre explication pour excuser son état. S’il ne dit rien, il s’inquiétait légèrement, se demandant ce qu’il se passerait si cette demoiselle s’évanouissait devant lui, alors qu’il est censé prendre soin de ses élèves.

Ça l’inquiétait, mais elle n’avait pas l’air si mal en point alors qu’elle le saluait et lui expliquait les raisons de sa présence ici. Inoue-kun ne le regardait pas, comme si elle était gênée par sa présence, ce qui tira une légère satisfaction dans le cœur du professeur qui appréciait d’impressionner.

Elle disait vouloir profiter du coucher de soleil, se détendre un peu. Reinhart en fut étonné, peut-être même un peu dégoûté. Pour lui, le soleil n’a rien d’une détente et il ne vaut pas la peine de profiter de sa présence. Néanmoins, il était conscient que pour cela au moins, il était très loin des normes, que si pour lui, le soleil n’était pas un bien, il n’en était pas de même pour tous les autres.

« Vous devriez rentrer, mademoiselle. Vous ne devriez pas rester si tard dans l’établissement. »

Le professeur avait essayé de se montrer gentil, ne parlant pas de façon trop froide, mais ce n’était pas dans ses habitudes. Et après ça, il s’écarta et commença à reprendre son chemin mais ne fit même pas un pas que la jeune élève l’interrompit d’une voix douce et resta à la regarder.

« Oui. Il est tard, j’ai l’intention de rentrer. Mon chat m’attend. »

Avait-elle envie de discuter avec lui ? C’était rare que des élèves lui adresse la parole ne serait-ce que pour ces cours, alors pour autre chose, c’était improbable. Mais ça ne lui déplaisait pas. Seulement, il ne savait pas quoi dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MESSAGES : 150

Bourgeoise violoniste

MessageSujet: Re: Sensei... [ Ft Reinhart von Lichnowsky ]    Jeu 7 Juil - 13:09

Sensei... |  FEAT Reinhart von Lichnowsky


La jeune étudiante comprenait que le professeur avait sûrement mieux à faire que de lui parler. Pourtant c’était la seule occasion depuis longtemps qu’elle avait pu avoir pour enfin parler à ce professeur qu’elle admirait tant. Elle avait tout sauf envie que la conversation s’arrête là. Elle se débrouilla alors pour trouver une excuse pour essayer de le garder ne serait-ce que quelques minutes de plus.

«  - Vous êtes donc pressé … ? J’aurais juste appréciée pouvoir bavarder encore quelques minutes avec vous… »

A cette phrase, l’étudiante se sentis gênée. La jeune fille avait simplement dit le fond de sa pensé au lieu de trouver une excuse. Comment pouvait-il réagir à cela ? Etre face à une étudiante qui voulait parler avec vous, ne spécifiant pas qu’elle voulait parler de cours, et soyons réaliste elle n’a pas vraiment envie de parler cours. De plus, son visage montrait qu’elle était mal à l’aise de sa propre attitude. Comment ne pas l’être à vrai dire… Ses yeux brillait si fort qu’on aurait pu croire avoir face à nous deux magnifiques topas.

« Mais, bien sûr je ne vous retiens pas ! Je sais, je semble si mal poli et j’en suis désolée. Mais je ne savais pas comment vous demander de bavarder un peu avec moi, enfin… »

Plus elle parlait, plus elle s’enfonçait notre blondinette. Miyabi n’avait jamais été autant honteuse de ses mots ou même gênée de ce qu’elle demandait à l’enseignant. Elle essayait de le convaincre au fur et à mesure, mais elle n’était pas la meilleure dans ce domaine.

Sans réellement s’en apercevoir, la nuit allait bientôt gagner contre le jour. En cette saison, il était assez fréquent de voir le soleil se coucher rapidement et de pouvoir y assister sans rester des heures face à celui-ci. Le beau couché de soleil qu’elle regardait commençait à disparaitre et seule une ligne orangée à l’horizon résistait. La lune arrivait doucement d’un côté venant dévorer le reste de soleil qu’il restait.

La jeune étudiante tourna les yeux vers la vitre où elle était située avant l’arrivée de son instituteur. Elle n’avait jamais vu cela, un si beau ciel. Un mélange d’un rose orangé à l’horizon accompagné d’un début de voile bleu foncé taché de merveilleuses étoiles qui scintillaient. La blonde était sous l’émerveillement d’un si beau spectacle.

Au moment, où elle se retourna vers son enseignant, le soleil lança son dernier rayon sur le visage de la jeune blondie pour disparaître. Elle était encore plus gênée qu’au début. Maintenant il faisait clairement nuit et elle quémandait à celui-ci une discussion.

« Oh il fait déjà nuit… Qu’elle beau ciel étoilée, ne vous trouvez pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MESSAGES : 93

Seigneur de la Nuit

MessageSujet: Re: Sensei... [ Ft Reinhart von Lichnowsky ]    Sam 9 Juil - 22:26

Si Reinhart semblait vouloir partir, ce n’était pas tout à fait vrai. C’est juste qu’il n’était pas bon pour les discussions et il avait du mal à concevoir que quelqu’un puisse vouloir parler avec lui. Alors, quand elle lui dit qu’elle aurait aimé bavarder avec lui, il ne put s’empêcher de la regarder un peu de travers. Ce n’était pas volontaires, mais c’était tellement inattendu qu’il n’était plus maître de ses expressions.

Il resta silencieux un instant. L’étudiant semblait mal à l’aise, peut-être autant que lui l’était. Elle continua en lui indiquant qu’elle ne le retenait pas. Bien entendu. Si Reinhart voulait partir, ce n’est pas une étudiante qui le retiendrait. Mais dans l’occurrence, ça ne le dérangeait pas de rester un peu plus longtemps. Rien vraiment ne le pressait.

« Oh, si vous voulez bavarder, je ne vois pas de soucis. »

Mais que dire ? Là était la question. Il attendait que la demoiselle ouvre la bouche, entame la discussion. Il savait d’observation que les jeunes femmes étaient toujours plus promptes à parler, de tout et n’importe quoi, que lui ne le serait jamais.

Sans qu’il le remarque immédiatement, le jour laissait place à la nuit en envoyant son dernier rayon de soleil sur le visage de la jeune étudiante, comme un dernier baiser avant de souhaiter une bonne nuit. Ce rayon souleva au professeur une remarque. Celle que son élève était une belle femme. Mais aussi qu’ils étaient bien trop différents.

La demoiselle était une enfant du Soleil, avec ses cheveux dorés, sa peau d’une couleur qui rend celle de Reinhart encore plus pâle. Elle pouvait se déplacer en plein jour sans problème. Lui, enfant de la Lune, était doté de cheveux d’un blanc de neige qui n’a jamais vu le soleil et sa peau aussi pâle que la lumière projetée par l’astre. Il était un être capable uniquement de se mouvoir à la nuit tombée.

Dans ces conditions, comment pouvait-on imaginer que ces deux être discutent ? Ils n’avaient rien à se dire. Reinhart se sentit soudain très seul. D’enfants de la nuit, il n’en connaissait qu’un seul. Un qui semblait plus se jouer de lui que de l’apprécier. Mais si le professeur de littérature avait l’habitude de la solitude, il ne l’appréciait pas vraiment. Il ne voulait plus être seul. Il aurait aimé que cette jeune femme, cette jeune étudiant, devienne une amie, elle qui semblait si avide de faire sa connaissance.

Elle, d’ailleurs, s’était tournée vers l’extérieur. Elle regardait le ciel. Un ciel devenu bleu, constellé de points lumineux. L’élève le trouvait beau, ce ciel. Était-il beau ? Reinhart le regarda un instant. Il se demandait. Un air un peu triste sur le visage, il lui fit part de sa réponse.

« À mes yeux, ce ciel étoilé n’est qu’une prison. Avec ces étoiles moqueuses qui osent renvoyer la lumière d’un soleil que je n’ai pas le droit de contempler… Enfant, je trouvais comme vous que c’était magnifique. Mais ça n’a pas duré longtemps. »

Il disait ce qu’il pensait au fond de lui. Est-ce qu’elle pouvait le comprendre ? Certainement que non. Personne d’autre ne pouvait le comprendre que ceux qui vivaient le même calvaire que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Sensei... [ Ft Reinhart von Lichnowsky ]    

Revenir en haut Aller en bas
 
Sensei... [ Ft Reinhart von Lichnowsky ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» kakashi sensei
» Un jour je serai fort [Takeji-sensei]
» Sensei studios
» Le journal de Koro-Sensei
» (f) lili reinhart / élève

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saotome Gakuen :: Académie Saotome :: Premier étage-
Sauter vers: