Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 « Parce qu’il paraît que je dois suivre cette voie… » – Eirin Kiyoyuki [ Terminée ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: « Parce qu’il paraît que je dois suivre cette voie… » – Eirin Kiyoyuki [ Terminée ]   Lun 16 Mai - 22:42

Eirin Kiyoyuki
NOM : Kiyoyuki (littéralement « Nuit d’espoir enneigée »)
PRÉNOM(S) : Eirin (littéralement « Joyau éternel »)
SURNOM(S) : Houlà, des surnoms, il en a tellement qu’il ne pourrait pas tous les citer, même si le plus commun reste « la sale rosée des rues ». Oui, oui, c’est censé être une insulte.
ÂGE : 16 ans. Et même qu’il paraît que son anniversaire est un 21 juin.
ORIGINE : Japonais. D’après l’état civil qu’on lui a donné.
ORIENTATION : Hétérosexuel. Du moins, à priori, mais il n’est pas vraiment intéressé.

GROUPE : Idole. Il paraît qu’il est doué pour chanter et pour retenir facilement les paroles, mais bon… ça reste à prouver.
ANNÉE : Première année. Il débarque, ça va être le souk.
SECTION : B. Faut croire qu’il n’était pas assez nul pour être collé dans la section C.
OPTION : Art. Parce que faire des graffitis sur les murs, c’est génial… quoi, comment ça, ça n’a rien à voir ?

TAILLE : 1m68. Dernière mesure en date dans son carnet de santé.
CORPULENCE : 49 kilos. De même que pour la taille, ça fait un bail que le médecin ne l’a pas vu, mais il n’est pas gros, ça, c’est sûr.
CHEVEUX : Des cheveux de couleur bordeaux… non, il n’a pas choisi la couleur, c’est un défi que lui a lancé un ami et au final, ça lui a plu… ouais, donc il est aussi fautif en fait.
YEUX : Des yeux bleu azur. Et non, il ne porte pas de lentilles colorées quelconques.
DIVERS : Souvent un casque blanc et noir sur la tête, ainsi qu’un foulard gris foncé à moitié déchiqueté autour du cou. Oui, il ressemble un peu à un clochard.

RANG PERSONNALISÉ : Leader of « The Dark Skulls »
Psychologie

Sincèrement, décrire Eirin en un mot est suffisant : Voyou. C’est le mot parfait. Un rebelle dans l’âme. Il passe son temps à traîner dans les rues, au point qu’il s’est même créé un petit gang avec des amis d’école et de l’orphelinat, dont il est le leader. Les bagarres des rues… conquêtes de territoire… protection de son territoire qu’il marque toujours d’un symbole noir ressemblant à une tête de mort… il a l’habitude de tout ça. Oui, il connaît vraiment bien le « monde des rues ». De son point de vue, cet endroit est le plus libre du monde. Il n’hésite pas à relever les défis qu’on lui lance pour s’amuser (et c’est comme ça qu’il a gagné cette jolie couleur de cheveux d’ailleurs). C’est bien ça, Eirin est encore un enfant, un grand enfant, toujours bourré d’énergie et prêt à faire des bêtises. Il adore amuser et impressionner les autres.

Son immaturité exaspère beaucoup ses parents adoptifs. Ils aimeraient qu’il prenne un peu conscience de ses actions et qu’il revienne dans le droit chemin. Pourtant, si vous aussi, vous croyez qu’il est simplement idiot et naïf, alors vous vous trompez lourdement. L’adolescent possède un grand sens du devoir. Si ses amis se font attaquer devant lui ou pendant qu’il est absent, il ne cherchera pas à essayer de se faire pardonner juste en s’excusant auprès d’eux. Il ira les venger, et ça, certains disent que ça le rend vraiment dangereux et violent. Le combat à mains nues, il maîtrise plutôt bien, ce qui effraye d’autant plus ses adversaires qui ne reviennent pas chercher des noises à son petit gang. Il ne supporte pas les personnes qui martyrisent les plus faibles que soi. Parfois aussi, il a l’impression que ses mouvements lui sont dictés par une conscience inconnue. Peut-être des réminiscences de son passé oublié.

D’ailleurs, tant qu’on en parle… « la sale rosée des rues » est terrifiée par une chose : ses souvenirs effacés. L’idée-même qu’il puisse retrouver la mémoire un jour le paralyse dès que quelqu’un le lui mentionne. Il est effrayé par le fait qu’il pourrait changer complètement en la recouvrant. Les médecins de l’orphelinat lui ont affirmé que ce n’était qu’une perte temporaire. Il continue d’espérer secrètement de ne jamais la récupérer. Si après huit ans, cela semble désormais impossible, Eirin se garde bien de raconter les flashbacks qui lui traversent l’esprit de temps à autres. Il cache bien sa terreur derrière son courage et son enthousiasme à toute épreuve, préférant ne rien dire à personne.

Extrêmement ouvert à tout le monde, le gamin parle très facilement à n’importe qui, abordant quelques fois les sujets les plus invraisemblables juste par curiosité. Il veut toujours en apprendre plus sur les autres et connaître leurs avis. Ce qui agace énormément les gens qui ne lui ont rien demandé. Surtout que derrière ça, lui, il reste très mystérieux quand ça le concerne. En tant que petit chef autoproclamé de son gang, il utilise souvent un ton autoritaire et s’avère des fois très direct, ne passant pas toujours par quatre chemins pour dire ce qui ne lui plaît pas. Un détail qui ne se remarque pas aux premiers abords, mais Eirin est bien plus cultivé qu’on ne le croit. Ayant perdu la mémoire, il a voulu rattraper son retard en se renseignant sur tout ce qui l’environne… notamment dans le domaine de la musique.

Ah, nous y venons enfin ! Sa passion pour la musique. Déjà, commençons par une phrase banale : il ne sait pas d’où elle vient. La première chose qu’il ait faite après son réveil lorsqu’il était petit… fut de chanter une chanson. Une chanson qu’il connaissait par cœur, mais qu’il n’a pas la moindre idée d’où elle provient. Et beaucoup de personnes lui ont fait immédiatement la remarque qu’il avait une belle voix, bien que très enfantine. Il a une forte préférence pour les chansons de genre métal et en anglais. Il retient avec une facilité déconcertante les paroles des musiques qu’il préfère. Certains éducateurs liés à l’orphelinat ont fini par juger qu’il rejoindrait plus tard le milieu musical, et qu’il était possible que ses parents biologiques soient dans ce même domaine. Cependant, c’est pour cette même raison que quelques autres adultes de l’orphelinat se sont opposés à l’idée qu’il se dirige vers cette voie. Au final, il n’eut pas le choix car le couple qui l’adopta l’a envoyé à l’école Saotome où il passa les examens plutôt bien.

Mais les cours… ah mon dieu, les cours ! C’est d’un ennui total, pour Eirin ! Il déteste les cours. Ça ne l’intéresse pas. Alors ça lui arrive plus ou moins souvent de les sécher. Il ne supporte pas d’être enfermé dans une salle tandis qu’il fait parfois un temps magnifique dehors. Et il veut en profiter. Bien évidemment, les sanctions tombent très lourdement sur lui, sauf que ça lui est bien égal. Il est têtu. Quand il ne veut pas, il ne veut pas, point barre. Et il ne le cache pas. Néanmoins, il y a bien des cours qu’il ne rate jamais, ceux concernant la musique et le chant notamment. Il n’aime pas particulièrement se montrer en public alors qu’on essaye de faire de lui une Idole… et il supporte encore moins de recevoir tous les mérites. Il apprécie énormément les chansons et la confiance mutuelle avec les Compositeurs. C’est pour cette raison qu’il n’hésite pas à les traîner sur scène.

Eh bien, nous avons globalement fait le tour… il reste quelques détails sans importance à citer comme le fait qu’il joue de la guitare électrique en guise de passe-temps… qu’il adore dessiner des graffitis… qu’il a peur de l’eau – et donc, les cours de sport à la piscine, c’est mort – pour une raison mystérieuse… ou encore qu’il a le mal de transports… mais genre, de tous les transports, que ce soit le vélo, la voiture, le bus, l’avion ou encore le bateau ! S’il veut aller quelque part, ça sera à pied ! Il est également un gros fainéant – bien que ça, on l’aura déjà compris depuis longtemps – et ranger sa chambre est un supplice. Vraiment, c’est le désordre complet. Au passage, il est très imaginatif quand il s’agit de trouver des excuses pour ses absences en cours.
Histoire


Jour 1 – Mon Passé

Où suis-je… ? Non… d’abord… qui suis-je… ? Pourquoi est-ce que je ne me souviens de rien… ? Je ne comprends pas… À mon réveil, je me trouvais dans une petite pièce, et il y avait plein de gens, adultes et jeunes, autour de moi. J’ai eu peur. Je ne les connaissais pas. Je ne les avais jamais vus. Ils m’ont demandé comment je m’appelais et d’où je venais. J’étais incapable de répondre. Après tout, je ne le savais pas moi-même. Ils m’ont alors raconté qu’ils m’avaient trouvé au bord de la rivière, et que j’étais trempé de la tête aux pieds. Alors ils avaient décidé de me ramener de toute urgence ici, dans leur orphelinat. Au mot « rivière », j’ai tressailli de terreur. Pour une raison qui m’échappe, l’idée que j’ai pu manquer de me noyer m’effraye. Mon esprit m’a susurré que j’ai peur de l’eau, bien que je ne sache pas pourquoi. Les adultes m’ont également raconté que j’avais dormi trois jours. Si ce n’est plus, avant qu’ils ne me trouvent… Ils m’ont apporté à manger, supposant que j’avais faim après tout ce temps. J’ai hésité, mais ça semblait si appétissant que mon estomac a pris le dessus. C’était vraiment délicieux. Ce n’est que le soir que j’ai réussi à leur dire que je ne me souvenais de rien…

Jour 2 – Nouvelles Informations

Aujourd’hui… toujours rien… aucun souvenir ne m’est revenu… cependant, je ne sais pas ce qui m’a pris, mais j’ai chanté une chanson dès que j’ai ouvert les yeux. Je connaissais les paroles par cœur mais pas moyen de savoir comment je les sais. Des enfants ont dit que je chantais super bien et que j’avais une jolie voix. J’ai aussi appris quelques petits trucs sur moi… pas grand-chose, mais c’est toujours mieux que rien… je pourrai peut-être avancer avec ça… ça peut m’aider à me rappeler… Quelqu’un est venu. Il possédait des informations sur moi. Apparemment, je me nomme Eirin. Mon nom de famille est inconnu, mes parents aussi. Mais je suis né un 21 juin et j’ai 10 ans. Avec ces étranges infos obtenues je-ne-sais-où, on m’a donné un casque blanc et noir, ainsi qu’un lecteur MP3 blanc. Il y avait plusieurs chansons d’enregistrées dessus. On m’a dit qu’il m’appartenait, sauf que je n’ai pas le moindre souvenir d’avoir eu un objet pareil. Caché dans l’un des écouteurs, j’ai dégoté un petit bout de papier. Dessus, il y a écrit « The Dark Skulls ». Je ne sais pas ce que ça veut dire, ça ressemble à un nom… un nom de groupe de musique, peut-être ? Là, j’écoute quelques chansons pour voir. J’aime beaucoup d’ailleurs.

Jour 3 – Décision

Les gens m’ont annoncé que j’allais rester ici, à l’orphelinat, jusqu’à ce qu’on trouve un indice pouvant me conduire à mes parents. Ça ne me dérange pas, je suis bien dans cet endroit. Les autres enfants sont gentils avec moi. Ils m’invitent souvent à jouer avec eux. Je suis heureux. Malgré qu’ils ne sachent rien sur moi, ils m’acceptent quand même si facilement parmi eux. Je me demande si j’avais des amis comme eux avant. Si c’est le cas, j’aimerais bien les revoir. Mais encore faudrait-il que je me souvienne d’eux… Je veux vite retrouver la mémoire ! Ah ! J’ai compris aussi que « The Dark Skulls » est un groupe de musique ! J’ai trouvé leur nom dans certains titres des chansons de mon MP3, et je me suis renseigné sur eux. C’est un groupe de métal vraiment cool. Je les adore ! Je ne pense pas que ça soit nouveau, j’ai dû garder mes goûts d’antan ! Je pense que si j’arrive à réunir tout ce que j’aime et ce que je n’aime pas, je pourrai reconstruire peu à peu mes souvenirs… voire les récupérer totalement ! J’ai hâte d’être autorisé à sortir dans la rue pour en apprendre plus sur moi-même ! Pour l’instant, les adultes ne veulent pas car ils ont peur qu’il m’arrive quelque chose de grave. Des gens sont peut-être à ma recherche, d’après ce qu’ils disent, même si j’ai du mal à y croire…

Jour 22 – Première Sortie

Enfin ! Je peux enfin sortir ! Super ! Après plusieurs semaines de recherche, les adultes n’ont rien découvert de plus me concernant. Et mes souvenirs ne me sont toujours pas revenus. Le médecin est venu me voir, une fois. Il a dit que ce n’était qu’une perte temporaire et que ma mémoire finirait par me revenir naturellement. Mais dans combien de temps ? Je ne sais pas. Je m’entends super bien avec les autres enfants. Je suis l’un des plus âgés alors je dois veiller un peu sur eux, qu’on m’a demandé. Pas de problèmes ! Je le ferai ! Cependant, aujourd’hui, je suis autorisé à sortir dehors. Donc je sors ! Je t’ai pris avec moi, mon cher carnet ! Je peux écrire tout ce que je vois comme ça ! C’est vraiment extraordinaire ! Il y a plein de maisons, de grandes et des petites ! Le ciel est tout bleu et il y a un gros soleil jaune ! Un adulte m’accompagne, bien évidemment, pour que je ne me perde pas. Il me fait un peu visiter les environs. J’espère que certains paysages vont me rappeler des souvenirs ! Pour l’instant, rien ne me vient. Je marche dans les rues en regardant partout. Les gens qui ont construit ces bâtiments sont très impressionnants ! Oh. Je viens de voir un petit groupe d’enfants dans une rue. Ils sont mal habillés… Mon accompagnateur m’explique que ce sont des enfants abandonnés. Pourquoi on ne les recueille pas à l’orphelinat dans ce cas ? Je ne comprends pas trop…

Jour 24 – Échappade

Je me suis enfui de l’orphelinat. Non, je compte bien y retourner tout à l’heure, mais je veux vraiment revoir ce groupe d’enfants que j’ai vu hier. Mon casque sur les oreilles, j’arpente les rues tout seul en les cherchant. Je retrouve finalement la rue où je les ai trouvés. Mais ils ne sont plus là. Alors je continue de fouiller les rues un peu plus loin. Je les aperçois en train de voler des pommes sur un étalage. Je m’arrête, horrifié. Ce qu’ils viennent de faire est mal ! Je ne sais pas pourquoi, c’est une impression qui me l’affirme ! Ce doit être pour ça qu’on ne les recueille pas à l’orphelinat ! Ce sont des vauriens ! Je repars pour rentrer à l’orphelinat. Sauf que les adultes ont remarqué que je me suis échappé. Ils m’ont grondé et ils m’ont puni. Je suis interdit de sorties pendant une semaine entière. Ça ne fait rien. Je ne veux plus sortir si c’est pour rencontrer des gens méchants comme ça ! Moi qui voulais les aider, bah finalement, je n’en ai plus envie ! Ils peuvent se débrouiller tous seuls ! Je boude le reste de la journée, sur mon lit, à écouter de la musique, chantonnant les paroles en même temps qu’elles défilent.

Jour 32 – Rentrée à l’École

Les adultes sont venus me réveiller tôt, aujourd’hui. Ils m’ont annoncé que j’allais à l’école. L’école, c’est un endroit où plein d’enfants se réunissent pour apprendre ce qu’il y a à savoir dans différentes matières comme les mathématiques, le japonais, l’histoire ou encore la géographie. Comme j’ai 10 ans, je suis en cinquième année d’enseignement primaire, qu’on m’a expliqué. Mais avec ma mémoire encore défectueuse, je ne comprends pas grand-chose… il va falloir que je rattrape mon retard à l’orphelinat ! J’ai emprunté plusieurs livres pour ça, dont une bonne partie sur la culture musicale du pays. Je ne sais pas, je suis attiré instinctivement vers la musique. Je me suis présenté à ma classe sous le nom provisoire « Sakando ». C’est le nom de l’orphelinat. Certains élèves ont paru vite faire le lien. J’ai parlé avec plusieurs d’entre eux, me demandant d’où je venais, si j’avais été abandonné par mes parents ou diverses choses comme mes goûts. J’ai vite perdu le fil des discussions. Je n’en avais aucune idée, moi. Alors je leur ai simplement répondu que je ne me souvenais de rien d’avant mon réveil à l’orphelinat. Ce n’est en rien un mensonge. C’est la pure vérité. Mais quelques uns n’ont pas eu l’air de me croire…

Jour 45 – Mes Amis

Je commence à rattraper mon retard peu à peu. Ce n’est pas facile du tout. Mais heureusement, de nombreuses personnes me soutiennent et m’aident, aussi bien à l’école qu’à l’orphelinat. J’ai rejoint un petit groupe d’amis à l’école. Avec eux, je visite la ville. On traîne dans les rues. Ils me racontent qu’il y a des gangs dont il faut se méfier si on est tout seul. Et le meilleur moyen de les éviter est de ne pas entrer sur leur territoire. Ils m’ont montré des tags sur différents murs. J’ai ainsi appris que chaque gang possédait son propre symbole, son propre dessin qui le différencie des autres. Ils marquent leur territoire de ce symbole sur tout le périmètre. C’est là qu’un premier flash m’a traversé l’esprit. J’ai vu l’ombre d’un homme, une bombe de peinture à la main, en train de dessiner une sorte de tête de mort noire sur le mur. Je n’ai pas pu en voir plus, mes amis m’ont ramené à la réalité en me tapotant sur l’épaule car je ne les écoutais plus. Je me demande qui était cet homme… quelqu’un de mon passé en tout cas ! Est-il possible que je fasse parti d’un gang quelconque ? Peut-être de celui de cet homme d’ailleurs.

Jour 46 – Vérité sur « The Dark Skulls »

Je n’arrête pas d’y penser depuis hier. Et si j’appartiens vraiment à un gang ? Qu’est-il devenu ? Est-ce que je peux le retrouver ? Je suis sûr qu’ils pourront m’éclaircir sur mon passé ! Je veux savoir. C’est pour ça que j’ai réuni mes camarades de classe dans un coin au fond de la salle de cours. J’ai pris un crayon noir et j’ai dessiné le symbole de mon flashback sur une feuille blanche. Puis je leur ai demandé s’ils le connaissaient ou s’ils l’avaient déjà vu quelque part. Mes amis se sont regardés. Certains d’entre eux ont affiché une expression triste. Et finalement, ils m’ont répondu que ce gang se nomme « The Dark Skulls ». En entendant ce nom, le groupe de musique que j’écoute souvent a fait irruption dans mon esprit. Et je n’ai pas hésité à leur dire qu’ils se trompaient, que « The Dark Skulls » est un groupe de musique et non un gang. Mais ils ont secoué la tête. J’ai découvert que le groupe a une double identité. C’est un gang qui veille à ce que les autres gangs ne fassent pas de débordement pouvant nuire à la sécurité des civils. Du moins… il faisait ça… jusqu’à ce que « The Dark Skulls » soit complètement décimé par une alliance de gangs…

Jour 47 – Renaissance

Je n’arrive toujours pas à y croire. Mon unique indice d’en apprendre plus sur mon passé vient de s’envoler. Mais je commence à me demander si c’est vraiment une bonne idée que je cherche à m’en souvenir. Cela ne va-t-il pas m’attirer des ennuis ? Et si j’appartenais réellement à cet ancien gang, des ennemis ne vont-ils pas essayer de se débarrasser de moi avant que je tente quelque chose contre eux ? … non. Je sais ce que je dois faire. Cependant, tout seul, je n’y parviendrai jamais. J’ai donc réuni une nouvelle fois mes camarades de classe et je leur ai exposé mon idée toute simple : recréer le gang « The Dark Skulls ». Ils sont d’abord restés sceptiques à cette proposition, et ils ont voulu savoir pourquoi je souhaitais tant faire ça. Je leur ai raconté que j’étais certainement un survivant de ce gang. Aussi surprenant que cela puisse paraître, je crois qu’ils m’ont cru. Ils n’ont pas rigolé. Et leur choix est tombé. Ils ont accepté. Je suis super content ! Je vais pouvoir venger mes anciens compères ! Enfin… même si je n’étais pas l’un des leurs, je veux les venger quand même car je suis fan de leurs chansons !

Jour 365 – Un An

Aujourd’hui, ça fait pile un an que les adultes de l’orphelinat m’ont recueilli. Je n’ai toujours pas recouvré la mémoire. Et j’ai fini par laisser tomber cette idée, me concentrant uniquement sur le maintien de mon gang. Des amis de l’orphelinat nous ont rejoints aussi, d’ailleurs ! J’ai acheté des bombes de peinture pour dessiner le symbole ressemblant à une tête de mort noire sur les murs avant que les gens sachent que « The Dark Skulls » est de retour, qu’ils sont prêts à contrattaquer. Mes amis m’ont reconnu officiellement comme le Leader du gang, ce dont je suis particulièrement fier. Je ne baisserai pas les bras ! Je vengerai mes compères ! Et peut-être que ceux-ci, en voyant le symbole se dresser à nouveau à travers la ville, les incitera à nous rejoindre ! Mais qui croirait que c’est un gamin de 11 ans qui se cache derrière le renouveau des « The Dark Skulls » ? Suis-je seulement capable de pouvoir me battre à force égale avec l’un de ces types costauds dans les autres gangs ? Ne me suis-je pas précipité ? Il est trop tard pour faire marche-arrière. La révolution est en marche. Et tous mes amis me font confiance. Je ne peux pas les trahir !

Jour 579 – Bagarre

Contrairement à ce qu’on peut croire, cette journée a été loin d’être tranquille. J’étais avec le gang comme souvent, ces derniers temps. Et puis, alors que nous traînions dans les ruelles, nous sommes tombés sur un groupe de gars en train d’harceler un autre plus jeune. Ils étaient sur le point de le frapper, mais sans comprendre ce qui m’a pris, je me suis interposé pour protéger le petit. Ça ne leur a pas plu. Et évidemment, comme je m’en suis douté, ça a tourné à la bagarre. Notre première bagarre ! Mes camarades se sont chargés des autres, tandis que je m’occupais de leur chef. C’est à ce moment-là que j’ai découvert quelque chose de bizarre. C’était la première fois… et pourtant, je me battais à force égale. Je crois… oui, je crois que j’ai eu plusieurs flashs durant tout l’affrontement. Mais ils n’étaient pas vraiment nets. Cependant… j’ai l’impression que mes souvenirs enfouis quelque part au fin fond de mon esprit me guidaient dans les gestes à effectuer pour riposter. Au final, j’ai réussi à vaincre leur chef, et nos ennemis se sont enfuis sans demander leur reste. Mes amis étaient impressionnés. Ça m’a un peu rassuré. Le petit garçon nous a remerciés avant de partir à son tour. À mon avis, c’est la première bagarre d’une longue série…

Jour 1095 – Nouvelle Teinte

Eh bien… eh bien… ça fait maintenant trois ans que notre gang existe. Pour tout vous dire, je n’y croyais pas. Mais des adultes se sont même joints à nous. Ça me fait un peu bizarre de leur donner des ordres parfois. Pour fêter nos trois années d’existence, mon meilleur ami, Heiwa, m’a lancé le défi de me colorer les cheveux en rose foncé. Je l’ai relevé. Et à vrai dire, contre toute attente, j’ai fini par apprécier cette couleur. Donc désormais, ma chevelure aborde une couleur entre le rose foncé et le rouge-violet. … couleur bordeaux. Oh ! Je ne l’ai pas dit, mais nous avons un quartier général aussi, maintenant ! Il s’agit d’un vieil entrepôt abandonné. Il se trouve proche de la rivière où l’on m’a retrouvé endormi. Même si je déteste l’eau, je n’ai pas choisi cet endroit par hasard. Imaginons que durant leur affrontement final, l’un des membres de « The Dark Skulls » m’a peut-être jeté à l’eau pour me sauver la vie. Enfin, ce n’est qu’une supposition parmi tant d’autres. Après tout, mes souvenirs ne me sont toujours pas revenus. Mais je perçois de nombreux flashbacks dans mes rêves. Et certains vagues souvenirs me font penser que la vérité sur ce qu’il s’est passé est bien plus complexe que je ne le croie…

Jour 1648 – Adoption

Une date qui restera à jamais graver dans ma mémoire. Nous sommes un 7 juillet. J’ai 14 ans. La journée a débuté normalement, comme toutes les précédentes. Et je me préparais pour aller rejoindre mes amis au quartier général. Cependant… j’ai été interrompu. Plus qu’une simple interruption, à vrai dire. Des gens sont arrivés à l’orphelinat, un homme et une femme âgés d’au moins 35 ans. Les deux avaient les yeux d’une couleur bleu pur. Mais l’homme avait les cheveux bruns comme moi avant, et la femme était blonde. Apparemment, il s’agit d’un couple qui ne peut pas avoir d’enfants. Alors ils sont venus à mon orphelinat pour en adopter un. Ils ont posé leurs critères. Ils cherchaient un enfant âgé entre 12 et 16 ans, qui aime la musique et chanter. Très vite, les adultes qui nous gardent ont guidé le duo jusqu’à ma chambre pour me présenter à eux, et inversement. La femme eut un petit air surpris en me voyant, mais les deux ont fini par sourire. Je ne sais pas pourquoi… donc je l’écris ici… j’ai ressenti comme une douce chaleur traverser mon corps en les regardant. Était-il possible que je les ai rencontrés par le passé ? Je ne m’en souviens pas. Et ils n’ont rien dit à ce propos. Le couple a donné sa décision. Ils acceptaient de me prendre avec eux. Il ne manquait plus que mon accord. Étant donné que j’ai voulu en savoir plus sur cet étrange sentiment à leur égard, je l’ai donné sans hésiter. C’est ainsi que je me suis retrouvé chez eux. J’écris depuis ma nouvelle chambre. La maison est immense, on dirait un manoir. Il y a deux étages, mais personne ne vit au deuxième. Il sert d’espace de stockage d’instruments de musique.

Jour 1703 – Guitare Électrique

Ça fait un peu plus d’un mois que j’ai rejoint ma nouvelle famille. J’ai pris le nom de « Kiyoyuki ». Donc désormais, je m’appelle Eirin Kiyoyuki sur le registre civil. Je suis un peu triste, j’aimais beaucoup mon ancien nom… à moins que je n’y étais juste habitué… de toute façon, il va falloir que je me réadapte. Et puis, que mes parents adoptifs soient d’accord ou non, rien ne m’empêchera aussi de sortir pour aller voir mon gang. D’ailleurs, ils m’en ont parlé, car ils se demandaient pourquoi je rentrais si tard le soir ou pourquoi je disparaissais toute la journée, le week-end. Je n’ai pas pu leur cacher que je dirigeais un gang nommé « The Dark Skulls ». Je me rappelle que mes parents se sont regardés sans rien dire. Ils ne paraissaient même pas surpris. Ils ne m’ont même pas grondé ou ordonné de mettre un terme à ça. Non, ils m’ont simplement souri. À cause de leur réaction, je suis encore plus curieux. Je veux savoir qui ils sont. Font-ils partis de cet ancien gang ? Connaissent-ils mes parents biologiques ? Je veux savoir. Bon, ce n’est pas tout ça… mais si j’écris là, c’est pour une autre raison. Mes parents ont décidé pour moi que je devais apprendre à jouer d’un instrument. Je n’ai pas eu à choisir, ils l’ont fait d’eux-mêmes aussi. Et c’est tombé sur la guitare électrique. Je n’ai rien contre cette idée, en fait. J’ai toujours rêvé d’apprendre à en faire. Sauf que demander à l’orphelinat de me prendre des cours de guitare… c’était un peu compliqué. Alors j’ai laissé tomber. Je suis content que mes parents adoptifs me l’aient proposé ! J’espère être à la hauteur !

Jour 2281 – Examen d’Entrée

Pour une raison qui m’échappe, mes parents adoptifs m’ont inscrit à l’Académie Saotome. Elle est très réputée auprès des élèves qui veulent se diriger vers le domaine de la musique. Mais moi… je ne sais pas exactement ce que je souhaite faire. Mon passé est encore extrêmement flou, malgré que six longues années se soient écoulées. Rien ne m’est vraiment revenu. Ça ne reste que des flashbacks. Et maintenant… je dois avouer que j’ai peur de retrouver la mémoire. Et si j’apprenais quelque chose d’horrible ? Et si tout ce que je crois est faux en réalité ? Je tomberai de haut, sans pouvoir me raccrocher à quoi que ce soit. Alors j’espère que mes souvenirs resteront enfouis au fin fond de mon cœur et ne se réveilleront jamais finalement. Je me concentre sur le présent et sur le futur, ça me suffit. J’élèverai le nouveau gang « The Dark Skulls » au sommet. Et c’est justement pour cette raison que mes parents adoptifs m’ont conseillé de suivre la voie musicale. Après tout, les « The Dark Skulls » d’autrefois avaient la double identité d’un groupe de musique connu. J’ai accepté l’idée. Si je veux me rapprocher le plus possible de l’ancien gang, c’est une bonne solution de suivre ce chemin. En plus, je pourrai assouvir ma passion de chanter… Pourtant… je ne m’attendais pas à devoir passer un examen de culture générale sur la musique ou à des questions sur la spécialité que je veux ! Argh ! Autant, je m’en suis peut-être sorti grâce aux nombreux livres que j’ai lus concernant la culture musicale… mais la spécialité… autant admettre que je ne m’étais pas beaucoup renseigné là-dessus… du coup, j’ai choisi idole un peu sur un coup de tête parce que compositeur ne paraissait pas correspondre à ce que je voulais…

Jour 2288 – Lettre de Confirmation

La lettre est arrivée ce matin, pile une semaine après l’examen. J’ai tellement peur de l’ouvrir que je l’observe seulement depuis mon lit. Finalement, c’est ma mère qui est montée dans ma chambre pour connaître le résultat qui l’a ouverte devant moi. Elle l’a d’abord lue dans sa tête, puis elle a souri. J’ai compris immédiatement que c’était gagné. Elle m’a serré dans ses bras en me félicitant. Mon père est entré ensuite pour me féliciter à son tour. Alors ainsi… de nouvelles aventures commencent, hein ? L’école n’a jamais vraiment été mon truc. J’espère que ça ne sera pas trop ennuyeux. Je n’y ai pas trop réfléchi. Je ne connais rien de cette académie. Je verrai sur place. Je suis apparemment en classe B, pas l’une des meilleures, je m’en doutais. Mais c’est toujours mieux que rien. « The Dark Skulls » se rapproche à petits pas de son modèle.
About you
PSEUDO : Lunapis / Flocon
ÂGE : L’âge que j’ai o/
PERSONNAGE SUR L'AVATAR : Ikaruga Shimon — Sousei no Onmyouji
COMMENT AS-TU TROUVÉ LE FORUM : Top-Sites, il me semble
AUTRES : Euh… salut ? Oh ! Pour la petite info’ secrète, le couple qui a adopté Eirin est en réalité ses parents biologiques, voilà ~ Euh… en fait, je note juste ça là pour m’en souvenir à l’avenir =’D
CODE : Validé par Thusia~
Revenir en haut Aller en bas

avatar
MESSAGES : 366


MessageSujet: Re: « Parce qu’il paraît que je dois suivre cette voie… » – Eirin Kiyoyuki [ Terminée ]   Mar 17 Mai - 8:57

Bonjour et bienvenue !

Fuwaa j'ai pris toute ma première heure de boulot juste pour lire ta fiche, je devrais avoir honte...

Ton personnage est très intéressant, il me plait beaucoup et j'espère que nous pourrons avoir des RPs voire même des liens avec l'un ou plusieurs de mes personnages (même si j'avoue que sur le coup j'ai pas trop d'idées).

Évite de faire des tags sur les murs de l'établissement, en tout cas, tu risquerais des ennuis, même si c'est pour dire que "The Dark Skulls" veille sur Saotome. Et pas trop de bagarre dans l'enceinte de l'établissement, OK ?
Sinon, amuses-toi bien !


Tu es validé !

Tu peux désormais aller recenser ton avatar. Et maintenant que tu fais partit de la famille il te faut rp, pour cela passe une demande, et qui dit rp dit lien alors n'oublies pas de faire ta relationship. De plus il est important que tu fasses une demande de logement histoire d'avoir un toit où dormir ! N'oublies pas de faire un tour du côté des news pour être au courant de tout et bien sûr la zone flood t'ouvre ses bras, mais attention aux abus ;)
Sur ce, bon rp sur le forum !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
« Parce qu’il paraît que je dois suivre cette voie… » – Eirin Kiyoyuki [ Terminée ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parce qu'il paraît que la vie continue ...
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» Camembert président, parce que l'on ne rigole pas avec le plaisir...
» Parce que nous le valons bien... ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saotome Gakuen :: The secrets moments :: Présentation des personnages :: Archivées-
Sauter vers: