Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les aléas de la composition... • Misaki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Les aléas de la composition... • Misaki   Ven 9 Aoû - 21:15


    Le soleil était tourné depuis longtemps vers l'Ouest et colorait de ses derniers rayons le ciel polychrome pendant qu'une légère brise soufflait sur l'Académie Saotome. L'heure tardive apportait à ces lieux une certaine tranquillité due aux devoirs et aux diverses occupations silencieuses auxquelles s'adonnaient les élèves. La plupart d'entres eux s'étaient donc réfugiés dans leur chambre pour y travailler en paix, bien qu'il ne soit pas surprenant que certains fêtards se soient déjà éclipsés vers la ville pour se distraire. Quelques membres du personnel se plongeaient dans leurs activités respectives dans le calme le plus complet et les professeurs étaient certainement en train de corriger leur dernière copie. En somme, tout était vraiment serein.

    En réalité, seul un son osait briser le silence et couper court au chant des oiseaux. C’était une douce mélodie qui résonnait dans les corridors avoisinants et emplissait l’atmosphère d’une aura plus intense malgré les interruptions innombrables produites à intervalles réguliers.
    Il n’était pas dur de savoir d’où provenait cette musique… Ni qui était, à cette heure, encore penché dessus.

    Tss.

    Aaron tiqua pour la énième fois en cessant de pianoter sur les touches de son instrument fétiche et fronça les sourcils. L’agacement, au moins autant que la fatigue, se lisait à travers son air concentré et son regard songeur. Les cheveux en bataille à force de se frotter la tête, la peau encore plus pâle que d’ordinaire, il serait certainement passé pour un fantôme s’il n’avait pas choisi de s’habiller tout en noir (quoi que cela accentuait son air macabre) : pantalon noir, chaussures noir, t-shirt noir, veste longue noire, et… Une ceinture blanche, pour changer. Comme on pouvait s’en douter, il n’avait pas été d’humeur à se prendre la tête du côté vestimentaire ce matin.


    A dire vrai, le garçon n’avait pas imaginé que ce devoir serait aussi compliqué.
    Un peu plus tôt dans la journée, il avait donc assisté au cours de musique de mademoiselle Tendo. Si ses explications étaient claires et précises, son apparence juvénile et son sourire compatissant lui donnait un air un peu trop niais au goût de l’élève aux yeux vairons. Raison certainement stupide pour laquelle il se faisait chaque fois avoir et sous-estimait la difficulté des travaux qu’elle leur donnait par la suite. Et même si cette fois-ci il avait eu la prévoyance de réserver la salle de musique pour s’y entraîner et composer plus aisément (eh oui, c’est toujours plus facile de composer quand on peut entendre le résultat en même temps), il se retrouvait encore à travailler dans cette pièce remplie d’instruments en tout genre à cette heure tardive. Il savait que cela devait être dû à son naturel méticuleux, mais malgré l’habitude, il commençait à avoir un sacré mal de crâne…

    Assez perspicace, l’adolescent ne se laissait pas avoir par le besoin pressant de doliprane et continuait de peaufiner sa mélodie, de rajouter et de modifier des accords, comme l’avait demandé le professeur Misaki. Armé de son crayon à papier et de sa gomme, il ne cessait de modifier son brouillon, si bien que la feuille en devenait toute froissée et difficilement lisible. Avec lui, le terme « brouillon » était des plus approprié…

    Concentré et totalement plongé dans son monde et de la création de sa mélodie, ce ne fut qu’au bout de quelques minutes qu’il sentit qu’on l’observait. Poussant un soupir particulièrement bruyant et visant à informer l’intrus qu’il le dérangeait, il annonça sans même prendre la peine de se retourner :

    Ecoute, c’est pas que tu me fais chier, mais si en fait. Tu serais gentil de déga-

    Alors qu’il se retournait pour lancer de jolis petits éclairs haineux à son interlocuteur, le compositeur en herbe découvrit avec une certaine surprise qu’il lançait ses paroles à… Mademoiselle Tendo.

    Oh. C’est vous, Tendo. Pardon.

    Comme excuses et surtout comme langage, on avait déjà vu beaucoup mieux, mais Aaron n’avait plus son pareil pour, eh bien… Pour traiter tout le monde équitablement. Seulement, comme il ne tenait pas vraiment à se mettre tous ses professeurs à dos, il acceptait de faire le strict minimum, à savoir les vouvoyer et éviter les gros mots en leur présence… Il fallait dire que là, il s’était quelque peu loupé. Et en même temps… Il fallait dire qu’il y avait de quoi la confondre avec quelqu’un de son âge, cette enseignante en musique. Son apparence frêle et juvénile en avait déjà trompé plus d’un, et il n’était pas rare que des garçons l’abordent en pensant avoir affaire à une camarade qu’ils pouvaient séduire plutôt qu’à un de leur professeur. C’était souvent le cas des premières années… Et c’était toujours amusant de voir leur réaction lorsqu’ils apprenaient qu’elle avait non pas seize ou dix-sept ans mais bel et bien une vingtaine d’années…


Dernière édition par Aaron Satô le Lun 12 Aoû - 20:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les aléas de la composition... • Misaki   Sam 10 Aoû - 11:13


L'air frais du matin, rien de mieux pour se réveiller. Je suis arrivée de bonne heure pour préparer les derniers détailles de mes cours. Aujourd'hui, je recevais une des dernières classes de premières années que je n'avais pas encore eu. J'avais hâte de voir la réaction des garçons surtout : deux ou trois fois je me fis abordée par certains d'entre eux. Ils m'avaient draguées en faite, mais ce fut... amusant. Ce qui est d'autant plus amusant c'est de voir leur réaction quand ils découvre que je suis leur professeur. J'ai dut faire des heures et des heures de contrôle de soi  pour ne pas éclater de rire en cours. Mais je ne les en veux pas du tout. D'ailleurs si je ne m'étais pas présentée en tant que professeur j'aurais encore été une élève, et puis il n'y avait pas de mal.

Pour les premières années, ce cours servit de découverte de chacun, étant donné que je ne les connaissais pas encore. Mais pour les deuxièmes années, j'ai pris cœur à ce cours.  J'entrai dans la salle où ils étaient déjà tous installés.  Je déposa mes papiers puis commença.

-Bonjour à tous !  Fis-je sourire aux lèvres comme toujours.
Aujourd'hui nous allons commencer le cours par une toute petite leçon. Celle-ci n'est pas importante dans le monde de la musique, mais il est quand même bon de la connaître.

Je pris une craie un mot : Dynamiques.

-J'ai pus avoir l'honneur d'écouter à tous vos compositions qui étaient d'ailleurs magnifiques je tiens à préciser. Ce cours aujourd'hui va vous permettre d'améliorer la façon de jouer vos morceaux. En gros les dynamiques se composent de deux parties les nuances et les accents.

En même temps que je parlais je notais les sortes de dynamiques.

-On va passer vite fait sur les accents : c'est comme son nom l'indique, sert à accentuer un accord. Mais l'on verra ça dans un autre cours. Pour l'instant ce qui nous intéresse ce sont les nuances. A la différence des accents, elles s'appliquent sur tout le morceau. Les deux nuances principales sont le forte et le piano. Rien à voir avec l'instrument ne vous inquiétez pas.


Un rire se fit entendre dans la salle. Ca va devenir intéressant. Ce sujet paraît simple mais il cache une certaine difficulté.

-C'est tous simple et bête mais l'on ne pense pas souvent à l'utiliser au début. Le forte est le fait de jouer fort son morceau et le piano au contraire de jouer doucement. Pour la plus grande partie d'entre vous, vous n'utilisez que le piano tout le long de vos morceaux. Donc votre but, ce sera d'ajouter du forte !! Il ne s'agit pas d'ajouter sur un coup de tête le forte, il faut quand même un minimum de transition entre les deux parties. Faite preuve de tact, sans pour autant changer le style de votre morceau. Pour la prochaine fois, vous devrez me faire écouter vos changements.





La sonnerie retentit. La plupart des élèves s'en allèrent en coup de vents, quelques-un sont venus me voir pour quelques explications et puis il y avait Aaron qui ne se pressa pas pour sortir de la salle mais qui semblait ailleurs. J'ai été surprise pas son style de musique, il semble renfermé presque insociable en faite mais sa composition était douce. En faite j'aurais imaginé qu'il utiliserait du forte par apport aux autres mais non...

La journée passa et les élèves aux talents plus surprenants les uns que les autres avançaient dans le monde de la musique. Il était tard et il ne restait personne dans l'établissement, du moins je le croyais. Il me vint alors l'envie de jouer. Je me dirigea vers la salle de composition située au deuxième étage, toutes mes affaires en main. En marchant dans le couloir, j'entendis une mélodie parvenir à mes oreilles. Elle venait de la salle de compos. J'avançais à pas de loup et ouvris la porte. En passant la tête par l'ouverture, j'aperçus l'auteur de cette mélodie : Aaron.

Tss.


Il semblait agacé et exténué.

*Je suppose qu'il est resté ici depuis la fin des cours...*


Je souris à cette idée, cela me fis pensé à mes année collège où j'ai dut composé mon premier morceau. J'y ai passé en tout trois jours et trois nuits... Je pénétra doucement dans la salle, refermant la porte derrière moi. Apparemment pas assez doucement car Aaron sentit ma présence.

Ecoute, c’est pas que tu me fais chier, mais si en fait. Tu serais gentil de déga-


Il se retourna vers moi et fut surprit. Je ris doucement mais me calma vite avant d'entrer dans une folie extrême.

Oh. C’est vous, Tendo. Pardon.

Tendo... rien que ce nom me donnait envie de vomir...

-Tendo c'est mon père, moi c'est Misa. Sempai si vraiment tu es contre le tutoiement.


J' avançai doucement vers lui et remarqua un morceau de papier plein de rature et de gommage.

*Il a dut se prendre la tête avec mon sujet ^^*


Je posai alors mon regard sur lui : il était plus pâle que d'habitude et fronçait les sourcils. Je suppose qu'il n'a pas du manger, à force de travailler. Je sortis une boîte de mon sac. Elle contenait deux cupcake : un au chocolat et l'autre à la vanille.

-Tu devrais manger, sinon tu va nous faire une crise d'hypoglycémie.


Je dépose la boîte sur une petite table en face de lui puis osa poser ma question.

Il y a un problème avec le sujet ? Ou besoin d'un conseil ?

Je ne sais pas si il est du genre à accepter l'aide d'une personne mais en tant que professeur et même en tant qu'ancienne élève je sais à quel point un regard extérieur ou un conseil peu aider.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les aléas de la composition... • Misaki   Sam 10 Aoû - 12:15

    Le professeur Tendo, malgré son petit rire, sembla ne pas apprécier cette d’être nommée de la sorte et proposa même qu’Aaron l’appelle par un diminutif de son prénom, Misa, ou simplement Sempai s’il était trop attaché au principe du vouvoiement entre professeurs et élèves. Comme ce n’était pas vraiment le cas et qu’il ne restait poli envers ses enseignants uniquement pour ne pas recevoir de sanctions, il choisit de bêtement l’appeler Misaki et de la tutoyer. Il serait un peu plus à l’aise de cette façon… Quoi qu’on ne puisse pas le qualifier de gêné à cet instant malgré cette… Légère gaffe. Il s’était juste demandé ce qu’il risquait de subir comme réprimande, mais comme rien ne venait, il avait déjà oublié ce petit incident.

    La jeune femme s’approcha doucement du garçon alors que celui-ci l’observa sans piper mot. Hm… Oui, et maintenant ? Elle ne comptait pas partir comme il l’avait suggéré familièrement quelques instants plus tôt ? En la voyant sortir de son sac deux cupcakes, il supposa que, malheureusement pour lui, c’était un non. Il serra les dents en sentant l’odeur alléchante du chocolat et de la vanille emplir la pièce et rappeler à son estomac qu’il n’avait pas été rempli comme il se devait en cette soirée. Elle lui conseilla ensuite de manger, au risque de faire une… Crise d’hypoglycémie. Elle le croyait en sucre ou quoi ?

    Non, c’est bon, j’ai pas besoin de manger. Garde-les.

    Malgré ce refus catégorique et assez explicite quant à son envie de se retrouver à nouveau seul, Misaki insista quelque peu en comprenant que le sujet sur lequel il travaillait était le devoir qu’elle avait donné.

    Je m’en sors très bien, alors laisse-moi tranquille… S’il te plait.

    Absolument pas habitué aux formules de politesse, il avait bien failli manquer de respect à son professeur de musique pour la deuxième fois dans la soirée.


    Considérant cependant sa phrase comme « obéie d’avance », il se plongea à nouveau dans ses partitions et en gomma une petite partie pour la réécrire d’une façon légèrement différente qui apportait un nouveau charme à ce bout de morceau. Il reproduit cette opération à plusieurs reprises et à différents endroits mais toujours d’une manière différente, fredonnant la mélodie pour mieux saisir la portée du son que cela donnait.
    Quelques instants plus tard, il testa le résultat au piano en espérant que les changements apportés auraient contribués à parfaire cette harmonie. Hm… Le début n’était pas trop mal, même s’il restait des imperfections qui n’échappèrent pas à son oreille attentive et à son jugement critique.

    Ses doigts cessèrent instantanément de pianoter les touches de l’instrument lorsque son ventre émit soudainement un gargouillis. L’adolescent ferma les yeux et sentait de nouveau l’odeur des cupcakes titiller ses narines. Il jeta alors un coup d’œil sur le côté et constata d’un air blasé que son interlocutrice n’avait pas bougé d’un pouce et qu’un sourire compatissant marquait encore ses lèvres. Il poussa un long soupir… Pas très convaincant, son coup de « il n’avait pas besoin de manger ».

    J’veux bien celui à la vanille.

    Alors qu’il prononçait ses paroles, il détournait instinctivement le regard de celui de son professeur, un peu frustré de devoir admettre sa famine aussi aisément. A noter pour la prochaine fois…. Amener quelque chose à manger avant d’être obligé d’accepter la compagnie de quelqu’un parce qu’il lui proposait de la nourriture.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les aléas de la composition... • Misaki   Dim 11 Aoû - 7:21

J'observais le couché de soleil par la grande fenêtre de la pièce. Cela ne me surpris pas qu'Aaron refusa non seulement mon aide mais aussi un innocent  petit cupcake. Je les avais laissé là où je les avais posé. Doucement je suis partie cherchée un petit pouf et m'installa à à peine 1m 50 de Aaron. Il s'était replongé directement dans sa composition et n'a même pas pris la peine de vérifier que j'étais partie. Vu que je suis du genre obstiné et têtue, je suis restée. On ne dirait pas mais je suis sûr à 99% qu' Aaron était du genre sportif.  Et même si il niait sa faim il avait besoin de quelque chose à se mettre sous la dent. Tout le monde au collège me croyait en sucre mais j'étais bien le contraire : je suis une sportive acharné qui adore courir tous les matins. La première règle d'or pour tous sportif est de bien manger.

Je sortis mon cahier de composition et commença à écrire. Mais je ne pouvais m'empêcher de jeter des petits coups d'oeil sur mon élève. Il semblait si sérieux et paisible. Puis il se leva et s'installa au piano. Il commença à jouer. Je le regardais plus sérieuse que jamais. Sa première partie était bien, même très bien, il y avait juste un tout petit soucis de transition qui était à peine audible. Le plus dur dans cet exercice était de trouver non seulement le bon moment pour ajouter le forte mais aussi la bonne manière.

La deuxième partie n'était pas fausse mais pas juste non plus : au lieu d'effectuer des nuances il m'a ajouté des accents. Puis il s'arrêta laissant un long gargouillis parvenir jusqu'à moi. Je souris.

*J'ai bien fais de rester en faite... *


Il se tourna et poussa un soupir découragé.

*On ne se débarrasse pas de moi comme ça* avais-je envie de lui lancer mais je m' abstenue.

J’veux bien celui à la vanille.

Il se retourna directement vers le piano.  

«  Sers toi. » lui lançais-je.



Puis une idée me passa à l'esprit. Je gribouilla vite fait deux partitions différente sur mon cahier puis en déchira les pages. Je releva la tête : le cupcake vanille avait disparut.  Mais maintenant, Aaron était en train de rejouer sa deuxième partie. Il avait changé une ou deux note mais sa donnait le même résultat : ce n'était que des accents. Je me levai alors et me dirigeai devant le piano. Je mis les deux partitions sur son pupitre.

« Joue moi ça et dit moi quelle est la différence entre les deux. »

En faite, c'était exactement la même partition à un détail près : l'une que des accent l'autre avec deux sortes de nuances. Mais je voulais qu'il trouve par lui même tout ça. Puis je repensai à la manière dont il m'a demandé de partir. Avec son grand égo il ne voudra sûrement pas le faire.

« Oui et puis si tu ne veux pas le jouer je te collerais. »

J'avais pris une voix sérieuse mais en fin de compte je souris. Je suis sûr qu'il doit me trouver sadique ou maso, mais si je lui avais proposer gentillement mon aide, il aurait refusé. En espérant que mon stratagème va marcher...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les aléas de la composition... • Misaki   Dim 11 Aoû - 10:03

    Lorsque Misaki répondit au garçon qu’il pouvait se servir, il ne se fit pas prier. S’emparant du cupcake à la vanille, il le finit en quelques bouchées malgré sa consistance et sans chercher à cacher plus que cela la faim qui le tiraillait depuis… Depuis seulement quelques minutes. Après quoi, le ventre à moitié rempli, il murmura un vague « merci » et reprit sa composition sans plus porter son attention sur elle. Il perdait déjà suffisamment de temps à lui parler, il valait mieux qu’il se remette au boulot s’il voulait finir ce sujet avant la nuit et surtout avant le couvre-feu. Enfin, à proprement parler, il n’y en avait pas réellement… Ce qui n’empêchait pas les élèves d’être réprimandés lorsqu’ils étaient coincés à se promener dans les couloirs en pleine nuit. Comme lui ne voulait pas en arriver jusque là parce qu’il avait trop tardé ici, il préférait achever ce travail au plus vite.


    Remarquant à peine les bruits de pas légers de son professeur, Aaron se stoppa net dans sa mélodie lorsqu’elle posa deux autres partitions déjà toutes faites par-dessus la sienne. Il les observa avec une certaine curiosité mélangée à du mépris. Il espérait que ce ne soit pas les réponses aux devoirs… Si c’était le cas, il allait vraiment sortir de ses gongs. Il détestait déjà être aidé si ce n’était pas lui qui le demandait, alors qu’en dire si on le privilégiait…
    Heureusement pour lui et pour son interlocutrice, celle-ci lui ordonna simplement de les jouer. Oh, ce n’était que ça ? Malgré tout, il ne voyait pas pourquoi il ferait cela. Il était plus ou moins occupé, au cas où elle ne l’aurait pas remarqué. Raison pour laquelle il s’apprêtait à les virer d’un coup sec de son pupitre quand la demoiselle lui annonça qu’elle le collerait s’il refusa. D’abord quelque peu surpris, il posa vivement son regard sur son professeur d’un air outré avant de se rasséréner. Il n’était pas stupide au point de ne pas savoir que c’était lui qui la força à aller jusque là pour qu’il obéisse…

    Un peu sadique sur les bords, hein… ? Ironisa-t-il dans sourire imperceptible.

    En fait, il avait cru cette jeune femme vraiment naïve et suffisamment souriante pour prouver toute son invulnérabilité, mais il semblait qu’elle ait plus de caractère qu’il ne l’avait imaginé au départ. Une bonne chose…

    Il soupira et prit entre ses mains une des deux partitions afin de l’étudier brièvement puis la reposa et commença à en jouer la mélodie, d’abord lentement et prudemment, puis en se familiarisant avec elle, avec plus d’aisance. Une fois celle-ci jouée, il reproduit la même opération avec la seconde tout en restant particulièrement attentif au son qu’elles produisaient. Méticuleux comme il l’était, il ne pensait pas avoir trop difficulté à trouver cette fameuse différence…
    Quand il eut finit, il se tourna vers Misaki, sa tête posée contre sa main qui elle-même reposait sur son coude. Il se concentra quelques instants qui parurent une éternité, retournant encore et encore ces deux identiques mélodies dans son esprit.

    A la base, ce sont les mêmes. Mais elles ont une petite différence. L’une ne possède que des accents et l’autre…

    Il fit une petite pause, pas certain de sa réponse pour celle-ci. Il jeta un coup d’œil furtif vers la seconde partition. Allez, il n’avait pas le choix, de toute façon. Il aurait l’air un peu crétin s’il ne finissait pas sa phrase, même si c’était pour une mauvaise réponse.

    a quelques nuances… ?

    Ses yeux vairons se posèrent à nouveau sur son professeur, prêt à entendre son verdict.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les aléas de la composition... • Misaki   Dim 11 Aoû - 12:09

Comme je l'avais pensé, Aaron a très mal prit l'interruption de son travail. D'ailleurs si je ne l'avais pas menacé, il aurait certainement fait volée mes partitions au loin.

Un peu sadique sur les bords, hein… ?


Je fus surprise de sa réplique mais j' éclata quand même de rire. Peu après il s'exécuta, même s'il ne semblait pas très content. Après avoir joué et fait une analyse des deux morceaux. Il se tourna vers moi. Ses deux yeux vairons se posèrent sur moi comme si ils pouvaient lire mon esprits. Ses yeux étaient vraiment magnifiques d'ailleurs : l'un vert pomme l'autre bleu. Cela amenait un peu de couleur à cet élève vêtue de noir et à la peau blanche comme neige. S'il souriait un peu plus je suis sûr que certaines filles courraient sur lui. Mais que veut-on, il ne sourit presque pas c'est dommage.

*J'essayerais une prochaine fois de la décoincer tien...*


En même temps on ne peut pas dire que je sois une personne « normale ». Cheveux roses et yeux roses, ça ne passe pas inaperçue.  Aaron finit par me faire une réponse.

 A la base, ce sont les mêmes. Mais elles ont une petite différence. L’une ne possède que des accents et l’autre…


Il s'arrêta de parler comme si il n'était pas sûr de sa réponse. Mais s'il a trouvé la différence entre les deux morceaux, il trouvera de quoi est fait l'autre partition.

a quelques nuances… ?


Je souris à cette réponse. Je ne m'étais pas trompée sur lui : il est méticuleux et n'aime pas l'aide des autres, même d'un professeur, et en plus  il a une très bonne écoute.

Je vais dire oui... et non. En faite c'est une question piège.


Je suis sûr qu'au font de lui même il doit enrager et me maudire.

En faite, ce morceau possède en effet deux nuances mais ce qu'il fait qu'elles sont différentes ce ne sont pas les nuances en elle même car comme  tu peux le voir que ce sont exactement les même accords.


Je fis une pose pour être sûr qu'il suit.

Donc la question serait : qu'est ce qui les différencies autant pour nous faire croire qu'il y ait deux nuances différentes ? Ce sont en faite la manière de transition.


Je me dirigea vers le clavier du piano et m'installa à côté de lui. Je pris la seconde partition et continua.

La première nuance est du crescendo : elle passe de note en piano en note en forte.


Je jouais en même temps pour illustrer et lui faire entendre la transition.

La deuxième est tout son contraire : elle passe de note forte pour terminer sur des note piano. C'est le decrescendo
.

Comme absorbée par la mélodie j'avais dit tout ça en appréciant le morceau et fermant les yeux.

Ton morceau sont comme ces deux partitions, l'une de nuances l'autre d'accents.  A toi de trouver le meilleur moyen de nuancer tes accents.


Je n'allais pas non plus lui dire tu n'as utiliser que des crescendo et que tu devrais essayer pour la deuxième partie des decrescendo. Ce serait trop simple et là il me maudirait encore plus. Je regardai ma montre et bondis telle un chat.

Je dois te laisser mais je suis sûr que tu trouveras comment faire.


En passant derrière lui j' ébouriffa ses cheveux et pris mon sac, en prenant soin de laisser le cupcake sur la table.

Bye et j'attends avec impatience ta composition demain^^.

Je me dirigea vers la porte mais m' attarda pour lui dire encore un mot :

Si tu crois que c'est un traitement de faveur tu te fourres le doigt dans l'oeil jusqu'aux orteilles.


Je sortis sourire aux lèvres. Je ne me fais pas de soucis pour lui car Aaron est tout à fait capable de trouver seul.

Mmm... fis-je en m'étirant.
J'ai hâte d'être à demain.

Puis je suis partis retrouver ma maison et mon chat qui doit mourir de faim lui aussi. D'ailleurs moi aussi j'avais un petit creux...



HRP : On peux continuer ce rp dans une salle de classe^^. A toi de voir si tu commences ou je commence.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: Les aléas de la composition... • Misaki   Lun 12 Aoû - 19:31

Rp Terminé.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les aléas de la composition... • Misaki   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les aléas de la composition... • Misaki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Joyeux anniversaire Misaki-chan !!
» Composition Los Angeles
» Misaki Tsukiyo
» Fan-Club de Yata Misaki
» [Aide]Composition d'une équipe pokémon Rubis Oméga

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saotome Gakuen :: Archives :: Partitions perdues :: Archives RPs-
Sauter vers: