Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 « L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: « L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »   Sam 28 Sep - 11:40



« L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »


Yui Komori & Aaron Satô

C'était une belle journée et, malgré l'air frisquet du matin, le soleil réchauffait les coeurs endoloris. On était samedi et, comme tous les samedis, Yui s'était levée de bonne heure pour passer la journée en ville. Il faut dire qu'elle travaillait toujours beaucoup en semaine, parfois plus que nécessaire, et le samedi était le seul jour où elle se permettait une pause. Le dimanche ? Eh bien, elle se remettait à travailler pour préparer la semaine à venir. En fait, Yui était toujours anxieuse, voire stressée, quand il s'agissait de ses études. Mais d'un certain côté, que pouvait-elle faire d'autre à part étudier ? Ce n'est pas comme si elle avait des amis qui l'invitaient à sortir tous les soirs...

Aujourd'hui, elle avait décidé d'aller faire un tour du côté du centre commercial. Il ne lui restait pas beaucoup d'argent à dépenser mais elle savait apprécier le simple fait de regarder les marchandises. Et peut-être allait-elle trouver un accessoire pas trop cher qui lui plairait...
Au final, elle ne passa pas beaucoup de temps dans les magasins de vêtements et de chaussures et se cloîtra dans une petite librairie écrasée entre deux imposantes boutiques de bijoux. Pauvre petite librairie sans clients, qui voyait toujours passer devant elle ces starlettes qui dépensaient leur argent juste à côté... Yui aimait bien cette boutique, bien que le choix de livres qu'elle proposait n'était pas des meilleurs. Mais il y avait cette amosphère calme et reposante propre aux bibliothèques et autres endroits littéraires, cette étrange sensation que l'apprentie compositrice chérissait tant... Alors, elle y passa toute la matinée et y aurait bien passé plus de temps si aux alentours de midi, trois adolescents, sûrement plus âgés qu'elle, n'avaient passé la porte. A vrai dire, ces garçons n'avaient pas l'air d'être du type à apprécier la lecture mais l'innocente Yui ne comprit pas la raison de leur venue. Pas même quand il se dirigèrent vers elle. Encore moins quand ils firent mine de s'intéresser à la pile de bouquins juste à côté d'elle. Et elle ne comprit toujours pas quand ils commencèrent à lui parler.

Premier Inconnu ♥ Mademoiselle ? Excusez-moi, mais connaissez-vous bien cette librairie ?

Il était poli, élégant, et parlait bien. Qui aurait pu le soupçonner de quoi que ce soit ? Des filles méfiantes ou plus sages l'auraient fait. Mais Yui n'était pas vraiment ce qu'on pouvait qualifier de fille "méfiante". Cependant, elle était timide et ne lui répondit que par un doux sourire et un hochement de tête.

Premier Inconnu ♥ Parfait ! Dans ce cas, savez-vous où se trouvent les magazines ?

Les... magazines ? Bien sûr que cette librairie en vendait, mais venir ici juste pour ça... Yui ne cacha pas son étonnement - en fait, elle était incapable de dissimuler la moindre de ses émotions - et lui désigna le fond du magasin. Il la remercia et partit dans la direction indiquée. La jeune fille crut que c'en était terminé. Elle n'avait pas remarqué que les deux autres n'avaient pas suivi leur ami.

Deuxième Inconnu ♥ Tu es toute seule ?

Celui-là ne semblait avoir aucun sens du respect et de la politesse. Mais le sourire qu'il arborait rassura l'adolescente, alors qu'une autre fille l'aurait certainement trouvé inquiétant. Mais pour Yui, quelqu'un qui était capable de sourire ne pouvait pas être mauvais. Non, pour elle, personne ne pouvait être mauvais.

Yui ♥ Oui...

Elle lui répondit en souriant elle aussi, mais son sourire à elle était pur et innocent. Et terriblement naïf.

Troisième Inconnu ♥ Ça ne doit pas être drôle...

Le troisième était un peu plus petit que les deux autres et lui lançait un regard faussement attristé. Bien sûr, Yui n'y voyait que du feu.

Deuxième Inconnu ♥ C'est vrai ! Tu n'as pas envie de venir faire un tour avec nous ?

Elle le regarda sans vraiment comprendre. D'un côté, elle ne les connaissait pas, mais de l'autre, ils étaient gentils et c'était mieux de passer du temps avec des gens que d'être seule... En plus, ils pourraient peut-être devenir amis ! Un nouveau sourire éclaira son visage d'ange mais elle n'eut pas le temps de répondre : il lui avait déjà pris la main et la tirait vers la sortie. Le plus jeune se plaça judieucesement de l'autre côté, de sorte qu'elle se retrouvait juste entre eux deux. Et le premier, celui qui était parti chercher ses magazines, revint juste à ce moment-là. Ils la firent sortir de la librairie et Yui se sentit mal. Sans qu'elle sache pourquoi, elle ne se sentait pas en sécurité, elle ne se sentait pas bien...

Yui ♥ Hum... Je... S'il vous plaît...

Sa voix était faible et à peine audible tandis que son visage montrait son malaise. Ils ne lui répondirent pas. Faisaient-ils semblant de ne pas entendre ses balbutiements ou n'avaient-ils vraiment rien entendu ?




Dernière édition par Yui Komori le Lun 30 Sep - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »   Sam 28 Sep - 14:59

    Aaron était aujourd’hui, eh bien… Un Aaron dans toute sa splendeur.
    Il poussa un soupir particulièrement bruyant, posant négligemment ses bras sur le dos du banc et étalant ses jambes devant lui. Il aurait pu faire un croche-patte à un bon nombre de passants si ceux-ci ne sentaient pas les mauvaises ondes qui émanaient de lui et accentuaient encore sa présence d’ordinaire déjà pesante et peu avenante. Son visage était devenu imperméable à toute émotion, et bien qu’il prenait plaisir à se poser de la sorte et à apprécier cette solitude, il ne se laissait pas passer la moindre trace de soulagement et de tranquillité sur son visage angélique et trompeur. La dernière fois qu’il s’était laissé aller ainsi, un groupe de jeunes filles s’étaient plus ou moins timidement approché de lui, certainement pour filtrer un peu. Il n’avait néanmoins pas laissé le temps aux demoiselles de lui montrer leur véritable but qu’il les avait renvoyé balader avec une de ces injures bien placée qui avait le don de repousser toute personne un tant soit peu intéressée par sa personne.
    Oui, il était dans une période d’asociabilité totale, où un rien l’énervait et le faisait tiquer. Le peu d’amis qu’il avait l’avaient senti passer et avaient jugé bon de le laisser tranquille en ce samedi. Sage décision.

    Pas vraiment plongé dans ses pensées, le garçon observait les passants d’un œil critique, s’indignant de quelques tenues ou démarches qu’il n’appréciait pas ou peu, et suivit d’ailleurs du regard une joyeuse bande de luron. Trois adolescents visiblement aussi peu aimables que lui, à la différence près qu’ils en faisaient profiter un entourage peu disposé à supporter leur attitude grossière. Il les observa entrer dans une librairie un peu miséreuse à quelques mètres de là.
    Le fait d’entrer dans une librairie était un geste commun et tout à fait normal dont il ne se serait pas inquiété en temps normal. Mais là, il s’agissait de trois espèces de branleurs –excusez ce terme-. Or, l’adolescent aux cheveux blancs comme neige doutait fort qu’ils n’y soient entrés que pour les livres. Et son hypothèse fut rapidement confirmée lorsqu’il les vit ressortir en traînant plus ou moins une jeune fille avec eux.

    L’étudiant détourna finalement les yeux. Ce genre de scène ne l’intéressait pas et il serait certainement la dernière personne au monde à se mêler de ce qui ne le regardait pas. Il resta donc de marbre et s’évertua à contempler quelques autres passants qui avaient le malheur de passer sous son regard glacial.

    Puis la petite bande passa sous son nez. Il jeta un coup d’œil à la jeune fille qui était traînée par les trois idiots.
    Elle possédait une chevelure blonde et soyeuse, de grands yeux d’un rose insolite et une véritable bouille d’ange tout à fait innocente. Elle semblait particulièrement gênée et mal à l’aise, on aurait dit qu’elle tentait sans aucun succès d’expliquer qu’elle ne voulait pas tenir compagnie au trio.

    L’élève aux yeux vairons jura de façon peu éloquente et particulièrement vulgaire.
    Il la connaissait.
    C’était une compositrice de Saotome. Il ne se souvenait plus de quelle classe elle était – pas S en tout cas, il ne l’avait jamais vu-, mais savait qu’elle était tout comme lui en deuxième année d’étude. Il se souvenait avoir entendu parler de cette fameuse Yui Komori, la fille si naïve et innocente qui ne connaissait encore rien des tourments de la vie. Et honnêtement, elle lui avait tapé dans l’œil : chaque fois qu’il la voyait, il avait l’impression de regarder une enfant, et comme tout être normalement constitué –quoi qu’on puisse en douter dans son cas-, il avait été touché par son sourire chaleureux et sans la moindre arrière pensée.

    Aaron se releva péniblement remit une des mèches qui tombait devant son œil vert en place, puis marcha d’un pas décidé vers sa camarade. Lui qui avait prévu de rester toute la journée seul à ruminer dans son coin, il se retrouvait à jouer les preux chevaliers. Un changement de programme non prévu et surprenant venant de lui.

    Il prit Yui par la main d’un geste faussement affectueux en dégageant fermement la prise du garçon. Si au trois idiots il lança un regard noir de sous-entedus, il fit mine de se montrer particulièrement tendre avec la jeune fille, allant même jusqu’à la repousser doucement en arrière.

    Eh bien Yui, j’vois que tes beaux yeux ont encore attiré quelques emmerdeurs. Viens, on a des partitions à bosser j’te rappelle. Lança-t-il à la  pauvre ignorante tout en fixant avec insistance les dénommés « emmerdeurs ».

    Puis, sans laisser à quiconque le temps de répondre, il fit demi-tour en emmener avec lui Yui. Il ignorait comment avaient réagi les garçons –sûrement mal-, et l’adolescent espérait qu’ils ne se montreraient pas trop insistants et en resteraient là. Il ne leur fit cependant pas le plaisir de se retourner afin de vérifier ce dernier point et murmura quelques paroles plus froides en lâchant la main de la demoiselle.

    T’as de la veine que je t’ai reconnu. T’es vraiment aussi niaise qu’on le dit.

    Il s’arrêta une fois de nouveau arrivé à un banc et s’y affala le plus naturellement du monde, avant de se présenter. C’était la moindre des politesses, tout de même.

    J’suis Aaron Satô, compositeur en deuxième année, classe S.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »   Sam 28 Sep - 16:53



« L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »


Yui Komori & Aaron Satô

Elle aurait pu s'arrêter ou se dégager de leur emprise et s'enfuir. Ils n'auraient pas osé lui courir après comme ça, devant tout le monde... Mais cette idée n'effleura même pas son esprit. Yui continua d'essayer de se faire entendre, bien qu'elle n'ait pas spécialement envie de les quitter. Mais ils étaient trop brutaux pour elle et elle voulait au moins savoir où ils l'emmenaient. Cependant, la frêle voix du petit ange se noyait dans les bruits environnants et rien ni personne ne semblait pouvoir la sortir de là...

Et pourtant, un miracle eut lieu. Sans trop qu'elle ne sache comment, celui qui lui tenait la main n'était plus ce parfait inconnu à la chevelure rouge mais un garçon beaucoup plus rassurant. Rassurant, parce que son visage lui était familier mais aussi parce qu'il faisait preuve de tendresse avec elle. Il était élève à Saotome. Elle ne le connaissait pas vraiment et elle ne se souvenait pas lui avoir un jour parlé mais elle avait l'impression qu'elle pouvait lui faire confiance, pour la simple et bonne raison qu'elle savait qu'il étudiait à la même école qu'elle.

Aaron ♥ Eh bien Yui, j'vois que tes beaux yeux ont encore attiré quelques emmerdeurs. Viens, on a des partitions à bosser j'te rappelle.

... Quoi ? Comment la connaissait-il ? Et de quoi parlait-il ? Des emmerdeurs ? Mais pourquoi donc insultait-il ces pauvres garçons ? Et puis, de quelles partitions parlait-il ? Des tas de questions se bousculaient dans l'esprit embrouillé de la jeune fille. Elle avait une bonne mémoire et elle était certaine qu'elle ne pouvait oublier une chose aussi importante que les études... Il devait sûrement se tromper de personne. Mais non, il l'avait appelée par son prénom... La pauvre ne comprenait plus rien et le lui aurait volontiers dit s'il lui en avait laissé le temps. Mais il la tira avec autant d'autorité que l'inconnu qui lui avait pris la main et, encore une fois, elle n'eut d'autre choix que de le suivre.

Elle jeta un coup d'oeil par-dessus son épaule et lança un regard désolé aux trois garçons. Ils ne bougèrent pas et restèrent là à murmurer tout bas, leur expression étant passée de très étonnée à très énervée. Mais ça, elle ne s'en rendit pas compte. Toujours est-il qu'ils ne les suivirent pas et qu'elle s'en sentait étrangement soulagée.

Aaron ♥ T'as de la veine que je t'ai reconnu. T'es vraiment aussi niaise qu'on le dit.

Ces paroles ramenèrent son attention sur son sauveur et elle se rendit compte qu'il lui avait lâché la main. Etrangement, il ne parlait pas comme avant et était... froid. Elle le suivit sans rien dire, se demandant pourquoi elle devrait se sentir chanceuse qu'il soit venu et pourquoi il avait subitement changé. Et pourquoi il avait menti au trio. Et pourquoi il disait qu'elle était niaise.
Il s'assit sur un banc et Yui resta debout à côté de lui sans se rendre compte qu'elle aurait très bien pu partir et reprendre ses occupations. Peut-être son comportement pouvait-il se justifier par le fait qu'elle ne voulait pas être seule, même si elle devait endurer la mauvaise hureur de quelqu'un d'autre...

Aaron ♥ J'suis Aaron Satô, compositeur en deuxième année, classe S.

Elle comprit immédiatement pourquoi elle ne le connaissait pas plus que ça : il faisait partie de la classe S, la classe des élites et des prodiges. Déjà qu'elle ne parlait pas beaucoup avec les élèves de sa propre classe, elle ne pouvait pas approcher ceux de la classe S. Nombre de ceux-là se considéraient comme supérieurs à leurs camarades et Yui n'aimait pas rester avec eux. Mais Aaron l'avait aidée, non ? Elle sourit avec douceur.

Yui ♥ Je suis aussi en deuxième année, de la classe A.

Pas besoin de lui dire son nom vu qu'il le connaissait déjà.

Yui ♥ Merci d'être venu.

Elle ne savait pas trop pourquoi elle le remerciait mais elle avait l'impression qu'elle devait le faire. Yui suivait toujours son coeur et son instinct, au détriment de sa raison. En fait, c'était bien mieux ainsi... Car même si elle était intelligente, sa naïveté excessive pouvait la faire passer pour une vraie idiote. Souvent.

Yui ♥ Mais... Tu as été plutôt dur avec eux... Pourquoi leur as-tu dit ça ?

Elle leva vers lui des yeux pleins d'innocence. La pauvre ne comprenait vraiment pas et se sentait triste, voire même un peu coupable, envers ces trois adolescents. Ils étaient certes brutaux, mais ça ne voulait pas dire qu'ils étaient méchants...




Dernière édition par Yui Komori le Lun 30 Sep - 18:03, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »   Dim 29 Sep - 10:37


    Aaron écouta les paroles de la jeune fille plus attentivement que ne le laissait paraître son air distrait et son regard rivé sur les trois idiots qui s’éloignaient d’un pas rapide, certainement en jubilant. Un petit sourire satisfait étira alors ses lèvres à cette vue.
    Il pouvait faire le fier maintenant qu’il était certain d’avoir sauvé la mise à Yui. Il n’aurait pourtant pas donné cher de sa peau si le trio avait décidé d’insister et s’il avait dû en venir en main. En plus de ne pas être un fin combattant, dans le sens où il évitait au possible ce genre d’évènement, il aurait été seul contre trois. Une bagarre inégale qui aurait sans nul doute abouti à une défaite particulièrement humiliante. Mais cela, il ne l’avouerait jamais. Il était beaucoup trop fier pour cela. Et puis, à quoi bon penser à quelque chose qui n’était pas arrivé ?

    Au lieu de quoi, il reposa ses yeux sur le visage de la demoiselle alors que celle-ci finissait de se présenter à son tour et en venait aux remerciements. Le garçon hocha négligemment la tête, l’air de dire « c’est rien », avant pousser un soupir en son fort intérieur. Au moins avait-elle compris le risque qu’elle avait couru quelques minutes plus tôt, bien qu’il soit encore étonné qu’elle ne se soit pas défendue plus que cela. N’importe qui d’autre, plutôt que de se perdre en bafouillages et tentatives d’explications trop douces pour être efficaces, aurait lutté de toute ses forces et peut-être même crié pour que quelqu’un lui vienne en aide.
    Peu importe sous quel angle il le voyait, il la trouvait décidemment trop gentille. Elle manquait de caractère, et bien que jusqu’à présent cela n’avait pas dû l’incommoder outre mesure, il était certain qu’un jour ce petit détail lui poserait des problèmes. Dans le monde où elle ne tarderait pas à entrer après sa scolarité à Saotome, il fallait se montrer égoïste, exigeant, capricieux, énervant parfois. Mais ô grand jamais gentil. On se faisait alors marcher sur les pieds et le succès ne risquait pas de pointer le bout de son nez. A moins de posséder une chance inouïe ; ce que semblait avoir la compositrice en herbe.

    Mais... Tu as été plutôt dur avec eux... Pourquoi leur as-tu dit ça ?

    L’adolescent manqua de s’étrangler en passant d’une expression fermée à un air particulièrement surpris.
    Elle ne comprenait pas pourquoi il avait été froid avec eux ?

    Il n’arrivait pas même à savoir si elle disait cela dans le sens où il aurait pu s’y prendre plus gentiment ou si… Elle n’avait en fin de compte rien compris au danger qu’elle avait couru il y avait à peine quelques minutes de cela.
    Il poussa un long soupir, cherchant avec soin les mots qu’il allait employer. Il n’était pas vraiment quelqu’un de très délicat dans ses paroles, mais il voulait bien faire une exception cette fois-ci, pour cette espèce d’angelette qui semblait ne rien connaître aux grands tourments de la vie.

    Eh bien… Tu n’as pas une idée de ce que ces mecs voulaient ? Tu sais, les hormones, ça a l’air de les faire bosser dur, et ils te trouvaient mignonne… Allez, réfléchis un peu, t’es quand même capable de le deviner. J’vais pas te faire un dessin. Expliqua-t-il vaguement avec un sourire éloquent qu’il ne parvenait pas à réprimer.

    Pour ceux qui en douteraient encore, oui, Aaron sentait l’amusement et une envie irrépressible de taquiner la jeune fille revenir au grand galop, chassant presque sa mauvaise humeur du jour. Elle était tellement innocente, la tentation était trop forte. Il pourrait la faire tourner en rond encore des heures sur ce sujet sans qu’elle parvienne à comprendre le véritable but de ces idiots.
    Et dire que l’espace d’un instant, il avait sous-estimé la naïveté de Yui. Il se demandait comment il avait pu croire qu’elle comprendrait la nature de l’apparente amabilité du trio, même avec cette façon un peu troublée qu’elle avait de le regarder. Mais peut-être surestimait-il maintenant cette dite naïveté ? Il aurait été incapable de l’affirmer puisqu’il ne connaissait officiellement la demoiselle que depuis une ou deux minutes et que tout ce qu’il pouvait supposer d’elle tenait sa source de quelques rumeurs évasives et pas forcément exactes.
    Mais, étrangement, il sentait qu’elle allait l’amuser. Un peu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »   Dim 29 Sep - 12:28



« L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »


Yui Komori & Aaron Satô

Yui le regarda avec des yeux étonnés alors que lui-même arborait une expression abasourdie. Pourquoi avait-il l'air si surpris ? Il n'y avait rien d'étrange à la question qu'elle lui avait posée, si... ? Décidément, ce garçon était vraiment bizarre. Il insultait les gens sans aucune raison et s'étonnait après qu'on lui demande des explications ! Toujours aussi incertaine, la jeune fille attendit patiemment qu'Aaron ait fini de rassembler ses idées. En effet, il semblait réfléchir à la réponse qu'il allait lui donner. Yui scruta ses yeux vairons pour y déceler un indice mais tout ce qu'elle put y lire fut qu'il n'était plus aussi maussade que quand il lui avait parlé si froidement.

Après un soupir et quelques secondes d'hésitation, Aaron se décida enfin à parler. Elle l'écouta attentivement, ravie d'avoir réussi à le faire sourire. C'était un beau sourire. S'il y avait bien une chose dont la jeune compositrice se souvenait chez les gens, c'était leur sourire. Elle oubliait parfois leur nom, leur visage et d'autres choses, mais elle retenait toujours un sourire lorsqu'elle en voyait un. Cependant, elle avait beau avoir croisé Aaron à plusieurs reprises dans les couloirs de Saotome, elle ne se rappelait pas l'avoir un jour vu sourire... C'était donc une très grande fierté pour elle d'avoir réussi à illuminer son visage d'un sourire rayonnant. La pauvre ne savait pas que tous les sourires n'avaient pas la même signification...

Aaron ♥ Eh bien... Tu n'as pas une idée de ce que ces mecs voulaient ? Tu sais, les hormones, ça a l'air de les faire bosser dur, et ils te trouvaient mignonne... Allez, réfléchis un peu, t'es quand même capable de le deviner. J'vais pas te faire un dessin.

Elle fronça les sourcils dans son effort de compréhension mais, décidément, les paroles du compositeur étaient toutes dénuées de sens pour elle. Les hormones ? Mais qu'est-ce que ça venait faire là-dedans ? Elle avait beau réfléchir de toutes ses forces cérébrales, aucune hypothèse plausible ne lui venait en tête. Aaron était incompréhensible, tout comme le comportement des trois adolescents... Peut-être était-ce quelque chose que seuls les garçons pouvaient comprendre ? Peut-être était-ce pour ça qu'elle était si perdue ? Elle ne trouvait pas d'autre explication et son visage affichait nettement sa confusion.

Yui ♥ Mais... Je ne vois pas le rapport...

C'est à peine si elle n'était pas au bord des larmes. Elle n'aimait pas avoir l'esprit embrouillé et elle avait vraiment envie de comprendre. La pauvre ne faisait pas exprès, elle faisait vraiment de son mieux mais... disons qu'avoir été élevée dans une église n'a pas donné à son esprit l'occasion de s'ouvrir au monde. Déjà naïve à la base, son éducation très protectrice ne lui a pas été d'une grande aide...

Yui ♥ Je pensais qu'ils voulaient juste passer la journée avec moi pour que je ne sois plus toute seule...

Comme des amis, en somme. Elle regarda Aaron d'un air interrogatif mais quelque chose dans l'expression de ce dernier lui disait qu'elle faisait fausse route.

Yui ♥ ... Non ?

Au final, peut-être qu'il devrait lui en faire un, de dessin.




Dernière édition par Yui Komori le Lun 30 Sep - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »   Dim 29 Sep - 18:14

    Aaron, dans un élan d’amusement –et certainement de sadisme- ne put s’empêcher de lancer un sourire presque joueur à la jeune fille. Il voyait presque de la fumée s’échapper de ses oreilles et en l’occurrence de son cerveau tandis qu’une expression troublée se dessinait sur son fin visage. Il la regardait se creuser la cervelle sans qu’aucun éclair de génie ne semble lui traverser l’esprit, un peu comme il l’avait prévu. De même, comme il l’avait également prévu, il sentait cette petite pointe de bonne humeur revenir au grand galop alors qu’il avait l’occasion de titiller quelqu’un et de le faire tourner en bourrique.
    C’était certes un bien étrange moyen de faire fuir sa mauvaise humeur et son naturel grognon. Quoi que très efficace.

    Yui disait qu’elle ne voyait pas le rapport, n’est-ce pas ? Visiblement, hormones et belles demoiselles dans une même phrase ne lui faisait pas forcément penser à ce qu’il sous-entendait. Il alla même jusqu’à se demander quel genre d’éducation affreusement stricte elle avait pu recevoir pour être incapable de comprendre quelque chose d’aussi évident.
    Il pressentait néanmoins qu’au bout d’un moment, il serait bien forcé de lui expliquer plus clairement la situation précédemment vécue, dont il l’avait sauvé. Il imaginait déjà son air choqué et en riait presque, intérieurement du moins. Il ne laissait qu’un sourire non feint encré sur son visage.

    Je pensais qu'ils voulaient juste passer la journée avec moi pour que je ne sois plus toute seule...

    Le garçon sortit de ses pensées, et découvrit avec surprise que son interlocutrice était comme qui dirait presque au bord des larmes. Il afficha d’abord un air surpris qui céda bientôt à une expression plus gênée.
    Il était froid, distant, vulgaire, mais il n’avait jamais eu ne serait-ce qu’un instant la volonté de faire pleurer quelqu’un. Pas volontairement, du moins. Et voir des yeux si innocents étinceler sous la lumière du soleil le mettait décidemment mal à l’aise. Raison pour laquelle il se tortilla sur place jusqu’à ce que la compositrice en herbe termine sa phrase par un mot hésitant.

    ... Non ?

    L’adolescent se releva péniblement en s’appuyant sur ses genoux. Puis il s’approcha de la jeune fille et posa sa main sur ses cheveux, ébouriffant ceux-ci dans un geste plus ou moins affectueux mais surtout maladroit.

    De grognon, il passait à preux chevalier puis à un gentil garçon qui consolait « l’innocente victime ». Décidemment, il se retrouvait dans des rôles qu’il n’avait absolument pas prévu de jouer aujourd’hui. Il allait de surprise en surprise.

    Ah ça non, ils ne voulaient pas juste te tenir compagnie. Pour faire clair, c’était une bande cons qui voulaient te harceler. Sexuellement, j’veux dire. Précisa-t-il.

    Aaron et son tact légendaire.
    Il était rare qu’il choisisse soigneusement ses mots et plus encore que cela se produise plus d’une fois par jour ; raison pour laquelle il ne s’était pas montré particulièrement délicat en balançant cette vérité comme une gifle en plein visage à Yui, sans imaginer le moins du monde qu’elle pourrait mal prendre une annonce si mal dite.

    Mais pour t’faire oublier tout ça, j’veux bien passer un peu de temps avec toi. Et si ça peut te rassurer, j’suis pas comme eux.

    Il laissa passer un petit silence pendant lequel l’étudiant aux yeux vairons laissa son regard se perdre dans le vide en fixant un point que lui seul voyait. Et, sans crier gare, il revint à la réalité et ajouta quelques petites précisions qu’il jugeait utile, eh bien… de préciser.

    Juste : pas de câlins, pas de bafouillages, pas trop de bavardage, et… Voilà. Ah, si : te fais pas trop d’idées.

    Comme on l’aurait supposé, il ne voulait pas que la jeune fille s’imagine ou une deux choses au sujet de son comportement étonnement altruiste du jour. Certains auraient même trouvé cela alarmant. Et il se demandait si, avec la naïveté de son interlocutrice, elle penserait qu’il aurait un penchant pour elle ou ne verrait tout simplement que de la pure gentillesse dans comportement.
    En fait, les gens naïfs étaient aussi quelque peu imprévisibles. Cela, il ne s’y était pas attendu. Il commençait à se dire qu’il avait bien fait de s’installer sur ce banc en ruminant. Car sa journée commençait à s’égayer, pareillement au soleil qui commençait tout juste à montrer ses rayons derrières le ciel rempli de nuages.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »   Lun 30 Sep - 18:01



« L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »


Yui Komori & Aaron Satô

Yui regarda anxieusement Aaron se lever. Allait-il partir ? L'avait-elle blessé en disant quelque chose qu'il ne fallait pas ? Elle s'en voulut immédiatement, sans même savoir si elle avait vraiment fait quelque chose de mal. Mais, à son grand étonnement, il se rapprocha d'elle et une douce main vint se poser sur sa tête. Encore une fois, ce fut une paire d'yeux étonnés qui se leva vers le garçon.

Aaron ✿ Ah ça non, ils ne voulaient pas juste te tenir compagnie. Pour faire clair, c'était une bande de cons qui voulaient te harceler. Sexuellement, j'veux dire.

La jeune fille sentit un désagréable frisson lui parcourir la colonne vertébrale, lui hérissant les poils au passage. Elle devait sûrement avoir la chair de poule... La bouche légèrement entrouverte, elle était incapable de dire un seul mot, comme si sa gorge était coincée dans un étau d'acier. Elle commença à se sentir faible sous l'emprise de la Terreur qui l'animait - une chute de tension, peut-être ?
Aaron avait prononcé d'horribles paroles, beaucoup trop pour la pauvre Yui. Cependant, il faut avouer que cette fois, sa réaction était inexpliquée. Son père lui avait parlé de ce genre de choses - oui, aussi étonnant que cela puisse paraître, elle savait comment faire des bébés - et il l'avait aussi mise en garde contre les adolescents et leur esprit tordu... Mais même en sachant cela, Yui n'arrivait pas à assimiler que ces choses arrivaient souvent et que ça pouvait aussi lui arriver à elle, surtout si elle ne faisait pas attention. Et maintenant qu'elle avait compris le danger duquel Aaron l'avait sauvée, il était inutile de préciser à quel point elle était choquée. Choquée, et effrayée aussi. Et si son sauveur n'avait pas été là ? Et si personne ne l'avait aidée ? Que se serait-il passé... ?

Aaron ✿ Mais pour t'faire oublier tout ça, j'veux bien passer un peu de temps avec toi. Et si ça peut te rassurer, j'suis pas comme eux.

Malgré le profond malaise de l'adolescente et sa peur soudaine, jamais elle n'aurait pensé que son camarade compositeur soit "comme eux". Et c'était ça son plus grand problème : tout en ayant conscience que les gens pouvaient avoir des pensées cachées, elle ne pouvait tout simplement pas les soupçonner. C'était ainsi, c'était Yui.

Aaron ✿ Juste : pas de câlins, pas de bafouillages, pas trop de bavardage et... Voilà. Ah, si : te fais pas trop d'idées.

Si elle avait été moins sous le choc, elle lui aurait certainement répondu un innocent : "Des idées sur quoi ?" mais, à la place, elle leva vers lui des yeux emplis d'une infinie gratitude. Pour l'instant, elle se sentait encore trop mal pour parler et ne put donc pas l'inonder de mille "merci" mais, au fond, ces mots étaient pratiquement inscrits sur son visage, alors... Aaron avait bien fait de prendre les devants et de lui imposer immédiatement ses règles : s'il ne l'avait pas fait, Yui lui aurait déjà sauté au cou pour lui témoigner toute sa reconnaissance. En ce qui concernait les bafouillages et le bavardage, la timide prude qu'elle était ne devrait pas avoir trop de soucis avec ça.
Elle prit le temps de se calmer, les yeux rivés au sol, et réussit enfin à exprimer ce qu'elle voulait dire depuis tantôt :

Yui ✿ Merci beaucoup... Sans toi, je...

Elle ne put continuer, coupée par un sanglot. Elle avait envie de pleurer mais faisait tout son possible pour se retenir. Elle avait le pressentiment que ses pleurs allaient indisposer Aaron, et elle voulait tout sauf lui donner envie de partir. Elle serra donc ses frêles poings blancs dans un effort pour se contenir et continua :

Yui ✿ Si je peux faire quoi que ce soit pour toi...

Payer ses dettes était une de ses priorités. Certes, elle ne pourrait sûrement pas aider Aaron autant que lui l'avait aidée mais si elle pouvait faire la moindre chose pour lui, elle le ferait sans hésitation.




Dernière édition par Yui Komori le Dim 27 Oct - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »   Mar 1 Oct - 18:45

    Aaron ne tarda pas à cesser de caresser la tête de la jeune fille, jugeant à la fois qu’il n’était pas fait pour ce genre de gestes affectueux mais aussi qu’il allait finir par totalement la décoiffer à force d’entremêler ses longs doigts dans les quelques mèches qui dépassaient.
    Il recula de quelques pas, les bras croisés sur son torse, et observa de haut en bas celle qu’il était actuellement en train de consoler. Il lui semblait qu’elle était particulièrement choquée par ce qu’il venait de dire… Et il y avait de quoi, pour quelqu’un d’aussi naïf. Il avait été drôlement direct et n’avait absolument pas cherché à lui cacher la vérité. Raison pour laquelle il ne fut pas surpris de voir ces yeux roses s’agrandirent sous son ahurissement. Et, dans ce visage expressif, il vit défiler plusieurs expressions consécutives dont il ne parvint à reconnaître que deux d’entres elles : un genre de tristesse qui fit de nouveau monter les larmes aux yeux de la jeune fille, suivit de près par de la reconnaissance.
    Et quand il vit cette dite expression reconnaissante, le garçon se félicita intérieurement d’avoir prévenu Yui qu’il ne voulait pas de câlins. Outre ce regard rempli de gratitude, il sentait qu’elle ne se serait pas faite prier pour lui sauter au cou. A d’autres, cela aurait pu être une bonne chose. Mais dans son cas, mieux valait ne pas initier soi-même un contact physique trop insistant si on tenait à ne pas finir, disons… Par terre. Très rapidement.

    Merci beaucoup... Sans toi, je...

    Il poussa un soupir en découvrant qu’elle réprimait une fois encore un sanglot.

    Sans moi un autre Bon Samaritain t’aurait sauvé la mise. T’inquiète.

    Il avait dit cela dans un murmure, tout en passant une main derrière la tête, un peu gêné. S’il était un bon confident pour ses proches, il n’était pas habitué à consoler des personnes qu’il connaissait à peine, autrement dit depuis cinq ou dix minutes. Et il était encore moins habitué à leur donner un coup de main qui avait rajouté trois ennemis à sa longue liste de non désirables. Ce n’était que des idiots, certes, mais il fallait se méfier. Les idiots se déplaçaient et agissaient toujours en groupe. Contrairement à lui qui était presque toujours seul.

    Si je peux faire quoi que ce soit pour toi...

    L’adolescent lâcha un petit rire en entendant cette phrase. Supposant que la demoiselle ne devait pas comprendre pourquoi il réagissait ainsi, il ne tarda pas à s’expliquer :

    Pas de soucis : j’aurais aucun problème à v’nir te chercher si un jour tu peux me servir à quelque chose !

    Sur ces paroles pas forcément très aimables, Aaron commença à se creuser la cervelle dans l’espoir de trouver une activité qui leur convienne à tous deux et qui ne les ennuieraient pas à mourir. Excepté la libraire dans laquelle il était distrayant de se rendre seul, il savait qu’il se trouvait non loin un parc où il aimait se détendre… Seul aussi.
    Le musée, il préférait ne pas y penser : les œuvres d’art, s’il pouvait s’y intéresser tant que celles-ci lui apportaient quelque chose de bien précis, n’étaient pas vraiment son centre d’intérêt. Il y avait aussi le restaurant, mais lui-même avec déjà mangé trop récemment et supposait que ce soit également le cas de la jeune fille. Restait… Le spa ? Non, ce genre d’endroits, cela se visitait entre amis ou ami[ie]e[/i]s.
    La salle d’arcade traversa soudainement son esprit. L’étudiant, qui trouvait cet endroit fort amusant, espérait que ce soit également le cas de son interlocutrice. De toute manière, il ne lui laissait pas le choix. Monsieur l’avait sauvé et considérait donc comme normal qu’elle ne lui refuse pas cette proposition : voilà pourquoi il se mettait déjà en route vers ce dit lieu tout en prenant soin de faire un signe de tête pour que Yui le suive.

    J’espère pour toi que tu aimes la salle d’arcade, parce que c’est là qu’on va. A moins que t’aies une meilleure idée ? Lança-t-il à tout hasard.

    En fait, il était vraiment à l’écoute d’une meilleure idée. Quoi qu’il doute que la compositrice en herbe trouve un lieu plus approprié. Il ne restait plus qu’à voir ce qu’elle lui répondrait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

MessageSujet: Re: « L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »   Dim 27 Oct - 15:02



« L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »


Yui Komori & Aaron Satô

Yui écouta le rire d'Aaron sans trop savoir comment réagir. Il était évident qu'il ne se moquait pas d'elle, et rien de drôle n'avait été dit, alors pourquoi riait-il ? Elle pencha légèrement la tête sur le côté, mais l'explication vint d'elle-même :

Aaron ✿ Pas de soucis : j'aurais aucun problème à v'nir te chercher si un jour tu peux me servir à quelque chose !

La jeune fille sourit de plus belle, ravie. Elle espérait sincèrement qu'il vienne la chercher un jour et qu'elle puisse enfin servir à quelque chose. Il n'était pas rare que des gens viennent l'aider mais elle ne savait jamais comment leur rendre la pareille... En vérité, ces personnes l'aidaient volontiers et n'exigeaient rien en retour. Yui ne savait pas pourquoi. Elle ne savait pas que sa bonne humeur à toute épreuve et son sourire d'ange suffisaient largement, aux yeux de ses amis, à payer ses dettes. Car ils pouvaient venir lui parler à n'importe quel moment et jamais elle ne s'en plaignait. Quand ils étaient tristes, déprimés ou découragés, il suffisait d'aller la voir pour qu'elle dise, sans s'en rendre compte, des paroles réconfortantes et pleines de sagesse. Au début, beaucoup se méfiaient d'elle : son amabilité et sa gentillesse semblaient trop excessives pour être vraies. Et si cette adorable façade angélique cachait une abominable petite peste ? Cette hypothèse était plausible. Cependant, ils se rendirent vite compte que Yui ne cachait absolument rien et leur méfiance s'évanouit d'un coup.

Yui eut un léger moment d'hésitation quand Aaron se mit en route mais le signe de tête de celui-ci la rassura et elle lui emboîta le pas.

Aaron ✿ J'espère pour toi que tu aimes la salle d'arcade, parce que c'est là qu'on va. A moins que t'aies une meilleure idée ?

Une meilleure idée... ? Elle se mit à réfléchir. Si Aaron avait proposé la salle d'arcade, c'est qu'il avait envie d'y aller, non ? Et il était assez gentil pour lui demander son avis à elle... Comme si elle allait aller à l'encontre de son souhait ! Non, déjà qu'il voulait bien qu'elle l'accompagne un peu, elle n'allait pas se permettre de choisir leur destination...

Yui ✿ Non, la salle d'arcade, ce sera parfait.

La salle d'arcade. Yui n'y était jamais allée. C'était bruyant et inquiétant - de son point de vue. Etant de naturel discret, elle ne s'était jamais intéressée à ce lieu rempli de gens, avec toutes ces lumières qui clignotent et ces bruitages de jeux incessants. Et puis, elle n'avait personne pour l'y accompagner, et elle avait bien trop peur d'y aller seule ! Mais cette fois, c'était différent. Elle n'était plus seule, et Aaron avait l'air habitué à ce genre d'endroits. C'était l'occasion parfaite pour découvrir la salle d'arcade !

Yui ✿ Je n'y suis jamais allée, je me demande comment c'est...

Et elle lui sourit joyeusement. De la salle d'arcade, elle n'avait entendu que des rumeurs pas forcément vraies. Les filles, en général, n'appréciaient pas particulièrement cet endroit et disaient que c'était une tanière puante où de sauvages garçons suaient sur les machines desquelles ils pressaient frénétiquement les boutons. Les garçons, par contre, disaient qu'il s'agissait d'un paradis où joie, amusement et bonheur sont au rendez-vous, et qu'il n'existait pas meilleur endroit pour s'évader de l'éreintante vie de l'académie. Aujourd'hui, Yui pourrait se faire sa propre idée du lieu en question...

Yui ✿ Oh, je pourrais peut-être te payer quelques parties de ton jeu préféré ?

Peut-être qu'elle pourrait rembourser une partie de sa dette, comme ça ! Elle n'avait pas beaucoup d'argent mais assez pour s'amuser un peu. Econome comme elle était - ses seules dépenses consistant en l'achat de livres, d'accessoires pour les cheveux et parfois de vêtements bon marché -, elle avait toujours les moyens de se permettre quelques extras.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« L'innocence ne peut être sage et la sagesse ne peut être innocente. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Bio peut nourir la planète
» « La beauté n'est rien, mais la destin peut y être lié » || LIBRE /!\ PEUT CHOQUER
» On ne peut pas lutter contre le système, mais on peut toujours le foutre en l’air ! (Elizabeth)
» [FB] L'obscurité ne peut chasser l'obscurité; seule la lumière le peut. [SOLO]
» Peut-on se passer de la farine de blé ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Saotome Gakuen :: Archives :: Partitions perdues :: Archives RPs-
Sauter vers: